L’organisation “inefficace” de la criminalistique numérique policière ralentit les enquêtes : étude

police

Crédit : domaine public Unsplash/CC0

Les méthodes “inefficaces” d’évaluation des risques et le traitement des éléments pour l’analyse médico-légale numérique ont conduit à des tensions policières et ralentissent les enquêtes, prévient une nouvelle étude.

Quatre-vingt-dix pour cent de tous les cas en Angleterre et au Pays de Galles comportent un élément numérique. Les chercheurs ont analysé comment les demandes de la police pour des examens médico-légaux numériques internes ont été organisées dans 35 forces en Angleterre et au Pays de Galles entre 2012 et 2022.

Ils ont découvert qu’un outil d’évaluation des risques utilisé par de nombreuses forces – la matrice de priorisation des cas – a forcé les praticiens de la criminalistique numérique et les policiers à entreprendre des activités supplémentaires qui affectent la vitesse de leur travail. Ceux qui l’utilisent disent qu’il n’est pas compatible avec les besoins de la police ou d’autres intervenants du système de justice pénale.

La recherche montre également comment un manque d’orientation et de surveillance centralisées à l’échelle nationale a entraîné une incertitude considérable quant à la manière dont les forces en Angleterre et au Pays de Galles devraient gérer les priorités multiples et changeantes et l’augmentation des demandes d’examen médico-légal numérique. Les leçons sont rarement partagées entre les forces, et même au sein d’une même gendarmerie, l’évaluation des processus d’évaluation des risques et la prospective font souvent défaut.

L’étude appelle à une compréhension actualisée des risques et des priorités et à une meilleure prévision de la demande de police interne, qui sont nécessaires pour répondre à la demande croissante d’analyses médico-légales numériques et garantir la justice aux victimes.

Depuis 2012, de nombreuses forces analysées ont utilisé la matrice de priorisation des cas, qui a été conçue par la National Policing Improvement Agency pour évaluer les cas soumis pour analyse. Cependant, une augmentation des demandes d’examens médico-légaux spécialisés et plusieurs changements socio-juridiques au cours de la dernière décennie ont conduit les parties prenantes à s’interroger sur son utilité et à rechercher des alternatives.

L’outil d’évaluation des risques classe les cas en utilisant une compréhension spécifique du risque basée sur le type d’infraction le plus fréquent. Cette approche se traduit par une moindre importance des délits dont le risque n’est pas reconnu ou diminué par l’algorithme utilisé.

Non seulement les agents doivent améliorer la manière dont ils soumettent les informations aux unités de criminalistique numérique, mais les responsables de la criminalistique numérique passent également beaucoup de temps à analyser les soumissions des agents de contrôle pour ajuster les scores de l’outil et tenir compte des changements législatifs et d’autres priorités policières.

Sur les 35 forces analysées, 25 se sont appuyées sur cet outil d’évaluation des risques. Bon nombre de ces forces envisageaient, développaient ou mettaient en œuvre d’autres instruments pour évaluer les risques liés à la criminalistique numérique. La plupart des participants des forces qui ont utilisé l’outil ont critiqué son efficacité et son manque d’alignement avec les besoins des agents, du ministère public ou des services de protection de l’enfance.

Les participants ont fait valoir que son mécanisme de notation et ses catégories ne reflétaient pas l’augmentation de la demande d’examens médico-légaux numériques liés à d’autres types de crimes et rendaient les nouveaux types d’infractions difficiles à évaluer car ils laissaient « trop de place à l’interprétation ».

Les gardiens de la criminalistique numérique ont souvent décrit les scénarios couverts par l’outil comme “trop ​​​​limités”, car il n’inclut pas les infractions telles que le harcèlement, le harcèlement et le suicide, ou ne prend pas en compte de nouvelles catégories, telles que le up-skirting. Les développements et les changements législatifs depuis l’adoption de l’outil en 2012, tels que les conditions de mise en liberté sous caution, les dates d’audience, l’impact sur les victimes et les pressions du ministère public pour entreprendre une analyse médico-légale numérique rapide nécessaire pour la détention provisoire, auraient été difficiles à intégrer dans son utilisation.

L’étude de Dana Wilson-Kovacs et Jen Wilcox de l’Université d’Exeter est publiée dans la revue Services de police : une revue de politiques et de pratiques.

Le professeur Wilson-Kovacs a déclaré : « Plutôt que d’être un outil de prise de décision impartial et objectif, la matrice nécessite une contribution, une interprétation et une discrétion humaines. Cela crée des lignes floues de propriété et de responsabilité, une compréhension opérationnelle fragmentée de ce que la criminalistique numérique peut accomplir, quelles informations sont nécessaires pour traiter les soumissions et la difficulté de justifier les décisions axées sur la matrice auprès des acteurs de la police, ce qui entraîne des tensions entre les unités de criminalistique numérique et les unités opérationnelles et démontre la nécessité d’approches plus systématiques de la gestion de ce type de demande interne. ”

L’étude fait partie d’un projet sur le développement et l’application de la criminalistique numérique dans les services de police en Angleterre et au Pays de Galles. Les chercheurs ont effectué 270 heures d’observations ethnographiques dans quatre DFU affiliées à quatre forces de police en Angleterre, 67 entretiens semi-structurés avec des parties prenantes de ces constabulaires, dont 12 experts en criminalistique numérique et cadres supérieurs en criminalistique, 14 autres avec des gestionnaires en criminalistique numérique d’autres forces, et de nombreuses discussions informelles avec des praticiens de la criminalistique numérique, des responsables de la criminalistique et de la police et divers autres intervenants du gouvernement et de la police.

Plus d’information:
Dana Wilson-Kovacs et al, Managing Policing Demand for Digital Forensics through Risk Assessment and Prioritization in England and Wales, Services de police : une revue de politiques et de pratiques (2022). DOI : 10.1093/police/paac106

Fourni par l’Université d’Exeter

Citation: Organisation « inefficace » de la criminalistique numérique policière ralentissant les enquêtes : étude (2023, 24 janvier) récupérée le 24 janvier 2023 sur https://techxplore.com/news/2023-01-ineffective-police-digital-forensics.html

Ce document est soumis au droit d’auteur. En dehors de toute utilisation loyale à des fins d’étude ou de recherche privée, aucune partie ne peut être reproduite sans l’autorisation écrite. Le contenu est fourni seulement pour information.