Comment le vent a tourné sur les centres de données en Europe

L'Irlande était autrefois le chouchou de l'industrie des données, mais a maintenant un moratoire de facto sur les nouveaux centres

L’Irlande était autrefois le chouchou de l’industrie des données, mais a maintenant un moratoire de facto sur les nouveaux centres.

Chaque fois que nous passons un appel sur Zoom, téléchargeons un document sur le cloud ou diffusons une vidéo, nos ordinateurs se connectent à de vastes entrepôts remplis de serveurs pour stocker ou accéder à des données.

Il n’y a pas si longtemps, les pays européens se bousculaient pour accueillir les entreprises qui exploitaient ces entrepôts, appelés centres de données ou granges à bits.

Des politiciens aux yeux écarquillés ont vanté les investissements et rêvé de créer des pôles technologiques mondiaux.

Mais ensuite le rêve a tourné au vinaigre.

La quantité d’énergie et d’eau nécessaire pour alimenter et refroidir ces fermes de serveurs a choqué le public.

L’industrie a absorbé 14% de l’électricité de l’Irlande l’année dernière, Londres a averti les constructeurs de maisons que les pénuries d’électricité causées par les granges pourraient affecter les nouveaux projets, et Amsterdam a déclaré qu’il n’y avait tout simplement plus de place pour les entrepôts.

Puis les choses ont empiré.

La guerre en Ukraine a contribué à déclencher une crise énergétique à travers le continent, laissant les consommateurs confrontés à des factures en flèche et les pays envisageant des pénuries d’énergie.

“Les centres de données seront une cible”, a déclaré à l’AFP le blogueur critique Dwayne Monroe, affirmant que l’attention ne ferait que croître si l’Europe ne pouvait pas résoudre sa crise énergétique.

Les campagnes de terrain et l’opposition locale ont déjà permis de stopper cette année les projets d’Amazon en France, de Google au Luxembourg et de Meta aux Pays-Bas.

Le gouvernement irlandais, tout en réaffirmant son soutien à l’industrie, a imposé des limites strictes aux nouveaux développements jusqu’en 2028.

L’industrie des données dit qu’elle se sent injustement ciblée, soulignant ses efforts pour s’approvisionner en énergie verte et affirmant que l’externalisation du stockage vers des granges de bits a contribué à réduire la consommation.

‘Voile d’ombre’

Ces arguments se jouent de manière plus spectaculaire en Irlande.

Les militants font campagne sur un large éventail de sujets et utilisent les forums locaux pour défendre leur cause.

“Ils occupent énormément d’espace mais ne fournissent pratiquement aucun emploi”, déclare Madeleine Johansson, conseillère à Dublin pour le parti People Before Profit, qui fait campagne sur la question.

Johansson a récemment fait adopter une motion dans sa zone de conseil interdisant les centres, déclenchant une dispute toute-puissante avec le gouvernement national qui n’a pas encore été résolue.

Dylan Murphy de Not Here, Not Anywhere, l’un des nombreux groupes climatiques qui défendent la question en Irlande, a déposé une motion auprès de son conseil local de Fingal appelant les entreprises à révéler le type d’informations qu’elles détiennent.

“Il y a un manque total de transparence (…) sur les données réellement stockées dans ces centres de données”, a-t-il dit, qualifiant cela de “voile d’ombre”.

L'industrie technologique continue d'innover avec de nouveaux produits qui nécessitent invariablement de grandes quantités de puissance de traitement et de stockage de données

L’industrie technologique continue d’innover avec de nouveaux produits qui nécessitent invariablement de grandes quantités de puissance de traitement et de stockage de données.

L’industrie des données dit que révéler cette information serait impossible.

Michael McCarthy de Cloud Infrastructure Ireland, un groupe de pression, a déclaré que les militants avaient perdu l’argument sur la durabilité et jetaient maintenant tout contre le mur.

“Les centres de données sont certainement de gros consommateurs d’énergie, mais ils font partie d’une cohorte de gros consommateurs d’énergie”, a-t-il déclaré.

McCarthy et des personnalités de l’industrie dans d’autres pays affirment que le véritable problème réside dans des années de sous-investissement dans les infrastructures énergétiques nationales.

Il a également souligné que l’industrie en Europe s’était engagée à devenir neutre en carbone d’ici 2030.

Et il y a encore des pays qui aspirent à ce que des entreprises de données s’y installent, en particulier l’Islande et la Norvège.

Questions sur le métaverse

Dans ce contexte, l’industrie technologique continue d’innover de nouveaux produits qui nécessitent invariablement de grandes quantités de puissance de traitement et de stockage de données.

Les outils d’apprentissage automatique, par exemple, sont extrêmement gourmands en énergie – Google a déclaré plus tôt cette année qu’ils représentaient entre 10 et 15% de sa consommation totale d’énergie.

Le métaverse, un concept émergent pour un Internet 3D défendu par le propriétaire de Facebook Meta, serait également extrêmement énergivore.

Le blogueur critique Monroe estime que le métaverse cèdera sous son propre poids, en partie à cause de ses besoins en données.

“La construction du métaverse nécessiterait que Facebook construise une distribution de centres de données qui rivaliserait avec ce qu’Amazon, Microsoft et Google ont fait pour leurs clouds”, a-t-il déclaré.

L’AFP a contacté Meta pour une réponse.

En ce qui concerne l’empreinte carbone d’une telle innovation, les experts en énergie interrogés par l’AFP ont déclaré qu’elle serait difficile à évaluer.

Le métaverse, par exemple, pourrait aider à réduire les émissions dans d’autres domaines en réduisant le besoin de se déplacer.

Un responsable de l’énergie qui ne voulait pas être nommé s’est demandé si les centres de données étaient la meilleure cible pour les critiques lorsque les crypto-monnaies étaient si inutiles.

Alors que les centres de données utilisaient environ 1 % de la production mondiale d’énergie en 2020, l’extraction de crypto-monnaie en utilisait environ la moitié, selon l’Agence internationale de l’énergie.

McCarthy a déclaré que ceux qui s’opposaient aux centres de données devaient tenir compte de leur degré d’intégration dans la vie quotidienne, en particulier depuis la pandémie.

“Ils facilitent la façon dont nous pouvons travailler et vivre en ligne, c’est la réalité”, a-t-il déclaré.


Google prévoit d’investir 3 milliards d’euros en Europe


© 2022 AFP

Citation: Comment la marée a tourné sur les centres de données en Europe (14 septembre 2022) récupéré le 14 septembre 2022 sur https://techxplore.com/news/2022-09-tide-centres-europe.html

Ce document est soumis au droit d’auteur. En dehors de toute utilisation loyale à des fins d’étude ou de recherche privée, aucune partie ne peut être reproduite sans l’autorisation écrite. Le contenu est fourni seulement pour information.