L’ONU appelle à une meilleure réglementation des technologies de surveillance

malware

Crédit : Unsplash/CC0 Domaine public

L’ONU s’est alarmée lundi d’informations selon lesquelles plusieurs gouvernements auraient utilisé des logiciels malveillants pour téléphones israéliens pour espionner des militants, des journalistes et d’autres, soulignant le besoin urgent d’une meilleure réglementation de la technologie de surveillance.

Les rapports sur le logiciel espion Pegasus « confirment le besoin urgent de mieux réglementer la vente, le transfert et l’utilisation de la technologie de surveillance et d’assurer une surveillance et une autorisation strictes », a déclaré la chef des droits de l’ONU, Michelle Bachelet, dans un communiqué.

Une enquête collaborative menée par The Washington Post, The Guardian, Le Monde et d’autres médias a révélé un espionnage potentiellement beaucoup plus étendu qu’on ne le pensait auparavant en utilisant le malware du groupe israélien NSO, capable d’allumer la caméra ou le microphone d’un téléphone et de récolter ses données.

Bachelet a qualifié les révélations d' »extrêmement alarmantes », affirmant qu’elles « semblent confirmer certaines des pires craintes concernant l’utilisation abusive potentielle de la technologie de surveillance ».

Elle a rappelé que l’ONU avait signalé à plusieurs reprises les dangers de l’utilisation par les autorités d’outils de surveillance pour pirater les téléphones et les ordinateurs de journalistes, militants et opposants politiques légitimes au nom de la sécurité publique.

« L’utilisation de logiciels de surveillance a été liée à des arrestations, des intimidations et même des meurtres de journalistes et de défenseurs des droits humains », a-t-elle ajouté, avertissant également que l’utilisation généralisée de ces technologies pourrait conduire à l’autocensure.

Le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme a déclaré que les mesures de surveillance ne peuvent être justifiées que « dans des circonstances étroitement définies, avec un objectif légitime » tels que « des enquêtes sur des crimes graves et de graves menaces pour la sécurité ».

« Si les récentes allégations concernant l’utilisation de Pegasus sont même en partie vraies, alors cette ligne rouge a été franchie encore et encore en toute impunité. »

Bachelet a déclaré que les entreprises impliquées dans le développement et la distribution de technologies de surveillance devraient s’assurer que leurs technologies ne sont pas utilisées pour violer les droits de l’homme.

Et elle a déclaré que les États devraient mettre fin à la surveillance qui viole les droits de l’homme et protéger les individus contre les entreprises qui abusent de leur droit à la vie privée, notamment en réglementant la technologie d’espionnage.


50 000 numéros de téléphone dans le monde sur une liste liée à un logiciel espion israélien : rapports


© 2021 AFP

Citation: L’ONU exhorte à une meilleure réglementation de la technologie de surveillance (2021, 19 juillet) extrait le 19 juillet 2021 de https://techxplore.com/news/2021-07-urges-surveillance-technology.html

Ce document est soumis au droit d’auteur. En dehors de toute utilisation équitable à des fins d’étude ou de recherche privée, aucune partie ne peut être reproduite sans l’autorisation écrite. Le contenu est fourni seulement pour information.