La France inflige une amende de 500 millions d’euros à Google

L'amende de 500 millions d'euros est la plus importante jamais infligée par l'Autorité de la concurrence française

L’amende de 500 millions d’euros est la plus importante jamais infligée par l’Autorité de la concurrence française.

Le régulateur français de la concurrence a giflé mardi Google avec une amende de 500 millions d’euros (593 millions de dollars) pour ne pas avoir négocié « de bonne foi » avec les sociétés de médias sur l’utilisation de leur contenu en vertu des règles de droit d’auteur de l’UE.

Il s’agit de « la plus grosse amende jamais infligée » par l’Autorité de la concurrence pour le non-respect par une entreprise de l’une de ses décisions, a déclaré à la presse la directrice de l’agence, Isabelle De Silva.

Dans une décision publiée sur son site Internet, l’Autorité de la concurrence a également ordonné au géant américain de l’Internet de présenter aux éditeurs de médias « une offre de rémunération pour l’utilisation actuelle de leurs contenus protégés par le droit d’auteur », sous peine de payer des dommages-intérêts supplémentaires pouvant aller jusqu’à 900 000 euros par jour.

Un porte-parole de Google a déclaré dans un communiqué à l’AFP que la société était « très déçue » par la décision.

« Nous avons agi de bonne foi pendant toute la période de négociation. Cette amende ne reflète pas les efforts mis en place, ni la réalité de l’utilisation des contenus d’information sur notre plateforme », a insisté l’entreprise.

« Cette décision concerne principalement des négociations qui ont eu lieu entre mai et septembre 2020. Depuis lors, nous avons continué à travailler avec les éditeurs et les agences de presse pour trouver un terrain d’entente. »

La bataille juridique de longue date s’est concentrée sur les allégations selon lesquelles Google aurait montré des articles, des images et des vidéos produits par des groupes de médias lors de l’affichage des résultats de recherche sans compensation adéquate, malgré le changement radical des revenus publicitaires en ligne.

En avril 2020, l’autorité française de la concurrence a ordonné à Google de négocier « de bonne foi » avec des groupes de médias après avoir refusé de se conformer à une nouvelle loi européenne régissant le droit d’auteur numérique.

Les « droits voisins » visent à garantir que les éditeurs d’informations soient rémunérés lorsque leur travail est diffusé sur des sites Web, des moteurs de recherche et des plateformes de médias sociaux.

Mais en septembre dernier, des éditeurs de presse, dont l’Agence France-Presse (AFP), ont déposé une plainte auprès des régulateurs, affirmant que Google refusait de continuer à payer pour afficher du contenu dans les recherches sur le Web.

En particulier, l’Autorité de la concurrence a reproché à Google de ne pas avoir « eu de discussion spécifique » avec les sociétés de médias sur les droits voisins lors des négociations sur le lancement de son service d’information Google Showcase, lancé à la fin de l’année dernière.

Les organes de presse aux prises avec la diminution des abonnements imprimés ont longtemps bougé du refus de Google de leur donner une part des millions d’euros qu’il gagne grâce aux publicités affichées à côté des résultats de recherche d’actualités.

Le géant de la recherche rétorque qu’il encourage des millions de personnes à cliquer sur les sites de médias, et il a également beaucoup investi dans le soutien des groupes de médias d’autres manières, y compris un financement d’urgence pendant la crise de Covid-19.

Google a annoncé en novembre avoir signé « des accords individuels » sur le paiement des droits d’auteur avec des journaux et magazines français, dont les grands quotidiens Le Monde et Le Figaro.


Google fait face à une décision française sur le droit d’auteur avec des groupes de médias


© 2021 AFP

Citation: La France inflige une amende de 500 millions d’euros à Google dans le dossier du droit d’auteur d’actualités (2021, 13 juillet) récupéré le 13 juillet 2021 sur https://techxplore.com/news/2021-07-france-fines-google-mn-euros.html

Ce document est soumis au droit d’auteur. En dehors de toute utilisation équitable à des fins d’étude ou de recherche privée, aucune partie ne peut être reproduite sans l’autorisation écrite. Le contenu est fourni seulement pour information.