“Je veux lancer un mouvement de jeunesse”

La dénonciatrice de Facebook Frances Haugen prévoit de faire une tournée dans les universités l'année prochaine et d'inspirer un mouvement de jeunesse

La dénonciatrice de Facebook, Frances Haugen, prévoit de faire une tournée dans les universités l’année prochaine et d’inspirer un mouvement de jeunesse.

Que fait-on exactement après avoir divulgué des milliers de documents de la société de médias sociaux la plus puissante au monde ? Pour Frances Haugen, la réponse est évidente : lancer un mouvement de jeunesse.

Facebook a fait face à des critiques cinglantes concernant la perte de documents du dénonciateur, notamment les révélations selon lesquelles la société savait que son application photo Instagram pouvait potentiellement nuire à la santé mentale des adolescents.

L’ancien ingénieur Facebook Haugen pense que les jeunes ont plus de raisons que quiconque de faire pression sur les sociétés de médias sociaux pour qu’elles fassent mieux.

“Je veux lancer un mouvement de jeunesse”, a-t-elle déclaré à l’AFP dans une large interview, ajoutant que les jeunes qui ont grandi en ligne ne devraient pas se sentir si “impuissants” face aux réseaux sociaux qui s’emmêlent dans leur vie.

Haugen a passé près de deux mois sous les projecteurs à cause de ses affirmations selon lesquelles Facebook a toujours priorisé les profits sur la sécurité des personnes, et les partisans comme les ennemis se demandent ce qui va suivre.

L’interview de vendredi dans un hôtel de luxe parisien, surveillée de près par son avocat, est intervenue à la fin d’une tournée européenne gérée par une équipe de relations publiques habile, avec le soutien financier de l’organisation philanthropique du fondateur d’eBay, Pierre Omidyar.

Haugen, 37 ans, s’est adressé aux législateurs de Londres, Bruxelles et Paris, ainsi qu’à une foule de milliers de personnes en liesse lors d’une conférence technologique à Lisbonne.

La Grande-Bretagne et l’UE débattent actuellement d’une nouvelle réglementation technologique, et elle a déclaré que la tournée était une opportunité “d’influencer où vont ces réglementations”.

Ami radicalisé

Née dans l’Iowa, Haugen savait très bien avant de travailler pour Facebook que ses sites étaient capables d’envoyer des gens dans des terriers de lapin dangereux.

Un ami proche qui s’est radicalisé en 2016 était convaincu que le milliardaire George Soros contrôlait secrètement l’économie.

Haugen a déclaré à l'AFP qu'elle était

Haugen a déclaré à l’AFP qu’elle était “très choquée” par l’incapacité de Facebook à lutter contre les effets secondaires néfastes de sa plate-forme.

“C’était très douloureux”, a-t-elle déclaré.

Haugen a néanmoins travaillé chez Facebook pendant deux ans avant de démissionner en mai, se disant immédiatement “très choquée” par un échec persistant à lutter contre les effets secondaires néfastes tels que la spirale des discours de haine dans des pays politiquement instables comme le Myanmar.

Malgré sa tentative d’influencer la législation en Europe, la confiance de Haugen dans la réglementation est limitée – au moment où les législateurs se mettront d’accord, la technologie aura évolué.

Au lieu de cela, elle souhaite que Facebook soit légalement tenu de mettre en œuvre des politiques en réponse aux dommages potentiels identifiés par les personnes qui l’utilisent.

“Facebook n’a jamais eu à nous dire comment il va réparer les dommages. Ils font toujours la même chose quand il y a un scandale : ils disent :” nous sommes désolés, c’est dur, nous y travaillons “, ” a déclaré Haugen.

Si Facebook était obligé de publier des données indiquant l’ampleur du problème – le nombre de publications trompeuses avec plus de 1 000 partages chaque semaine, par exemple – l’entreprise pourrait se sentir obligée de trouver de meilleures solutions, soutient-elle.

“Chaque fois que vous avez plus de soleil, cela rend les choses un peu plus propres.”

Investissements cryptographiques astucieux

Selon le même principe, Haugen insiste sur le fait que Facebook devrait être contraint de faire face aux dangers potentiels de ses projets de construction d’un “métaverse”, un Internet de réalité virtuelle dont le directeur général Mark Zuckerberg est si enthousiaste qu’il a renommé la société mère Meta.

Si les gens finissent par passer toute la journée dans un monde de réalité virtuelle où ils ont « une meilleure coupe de cheveux, de meilleurs vêtements, un appartement plus agréable », se demande Haugen, qu’est-ce que cela pourrait faire pour la santé mentale des gens ?

“Je n’ai pas entendu Facebook expliquer comment ils vont faire face à ce mal”, a-t-elle déclaré. “Ils sont sur le point d’investir 10 000 ingénieurs là-dedans. N’est-ce pas une conversation que nous devrions avoir maintenant ?”

Malgré sa tentative d'influencer la législation en Europe, la confiance de Haugen dans la réglementation est limitée

Malgré sa tentative d’influencer la législation en Europe, la confiance de Haugen dans la réglementation est limitée.

Elle n’est pas surprise que la réponse de Facebook au scandale actuel ait été en grande partie une attitude de défi plutôt que d’humilité.

“Facebook a été fondé par un groupe d’enfants de Harvard qui n’avaient jamais rien fait de mal dans leur vie”, a-t-elle déclaré, suggérant que bien accepter les critiques ne faisait pas partie de la culture d’entreprise.

Leur collègue diplômée de Harvard admet volontiers qu’elle jouit également d’une position privilégiée : les investissements astucieux en crypto-monnaie qu’elle a réalisés en 2015 financent désormais sa vie à Porto Rico.

“Il existe de nombreuses façons dont ce risque pour moi est moins risqué que pour quelqu’un qui pourrait ne pas avoir les économies que j’ai”, a-t-elle déclaré.

Haugen prévoit maintenant de visiter les universités au début de l’année prochaine.

À 37 ans, elle souligne que son rôle serait simplement de lancer le mouvement des jeunes, en l’envisageant comme un mouvement basé sur le campus où les étudiants pourraient aider les adolescents à faire face aux problèmes liés à Internet que leurs parents pourraient ne pas comprendre, comme la dépendance aux applications.

Son rôle plus large serait d’encourager les jeunes à faire pression à la fois sur les entreprises et les législateurs pour un « média social juste et équitable ».

Elle prévoit également de travailler avec des universitaires pour créer un « réseau social simulé », un modèle que les ingénieurs stagiaires pourraient utiliser pour mener des expériences avant que les changements ne soient mis en œuvre sur des plates-formes réelles, où ils peuvent faire du mal dans le monde réel.

En attendant, elle surveillera les projets de nouvelle réglementation technologique.

“J’ai parlé à un certain nombre de régulateurs gouvernementaux qui ont déclaré que cette divulgation ne faisait que changer le ton du débat”, a-t-elle déclaré. “J’espère que cette fois sera différente.”


Un lanceur d’alerte fustige le rebranding Meta de Facebook


© 2021 AFP

Citation: Lanceur d’alerte Facebook : ‘Je veux lancer un mouvement de jeunesse’ (2021, 13 novembre) récupéré le 13 novembre 2021 sur https://techxplore.com/news/2021-11-facebook-whistleblower-youth-movement.html

Ce document est soumis au droit d’auteur. En dehors de toute utilisation équitable à des fins d’étude ou de recherche privée, aucune partie ne peut être reproduite sans l’autorisation écrite. Le contenu est fourni seulement pour information.