Bob Hersh – annonceur pour 6 Jeux olympiques et 9 championnats du monde – est décédé à 82 ans

L’USATF pleure la perte de Bob Hersh, Hall of Famer et contributeur de longue date

Communiqué de presse de l’USATF
18 janvier 2023

INDIANAPOLIS — Robert « Bob » Hersh, intronisé au National Track & Field Hall of Fame qui a joué un rôle essentiel dans la formation du Congrès d’athlétisme, le passage à USA Track & Field et la professionnalisation de l’athlétisme, est décédé aujourd’hui à Long Island, New York, à NorthShore University Hôpital. Il avait 82 ans.

L’article continue sous le joueur

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter ou suivez-nous sur les réseaux sociaux

Les dernières nouvelles en cours d’exécution, envoyées chaque semaine dans votre boîte de réception ou lorsque des nouvelles urgentes arrivent.

Vous êtes abonné.

“La communauté d’athlétisme a perdu une présence et une personne incroyables à Bob Hersh”, a déclaré le PDG de l’USATF. Joint maximum. « Les contributions de Bob à l’athlétisme sont vraiment incommensurables. Il a construit un héritage sans pareil grâce à son dévouement de toute une vie au sport, et cet héritage se perpétuera pour les générations à venir.

“Nous sommes profondément attristés d’apprendre le décès de notre cher ami, Bob Hersh”, a déclaré le président de l’USATF. Vin de Lananna ajoutée. « L’impact positif de Bob sur notre sport est sans égal. De ses jours en tant qu'”annonceur de stade” du Madison Square Garden aux stades olympiques, il a été un leader générationnel. Il a contribué de manière désintéressée à notre Fédération aux niveaux local, collégial, national et mondial. Nous avons perdu un géant aujourd’hui, mais ses contributions mondiales à l’athlétisme se feront sentir pour toujours ».

De directeur d’école secondaire à l’échelon supérieur du sport international, Hersh a servi le sport de l’athlétisme en tant qu’officiel, annonceur de discours public, écrivain et administrateur au cours de ses plus de 60 ans d’implication.

D’abord directeur de son équipe de Midwood High School, Hersh a exercé les mêmes fonctions à l’Université de Columbia, puis est passé à l’arbitrage après la faculté de droit à Harvard. Il a joué un rôle essentiel dans le congrès d’athlétisme/USA Track & Field en tant que président du comité des records (81-88), président du comité des règles (89-01) et avocat général (89-97) et a été membre du conseil d’administration de 1981 à 2015.

Hersh a été membre du Conseil de l’IAAF de 1999 à 2015, atteignant le poste de vice-président principal en 2011, le poste le plus élevé jamais occupé par un Américain à l’IAAF. Dans ce rôle, il a également siégé à de nombreux comités et a été délégué technique aux Jeux olympiques et aux championnats du monde de l’IAAF. Il a reçu l’Ordre du mérite d’argent de l’IAAF en 2015.

En tant qu’annonceur de l’AP pour six Jeux olympiques et neuf championnats du monde, Hersh a été la voix anglophone de l’athlétisme pendant une génération. Il a également annoncé lors d’une multitude de rencontres majeures aux États-Unis. Il a été nommé lauréat du prix Giegengack de l’USATF en 1997 et a reçu deux fois les prix du président.

Dans les années 1980, Hersh a joué un rôle moteur dans le développement du USA/Mobil Indoor Grand Prix, qui a réuni les principaux événements américains dans une série qui a fourni des prix aux athlètes, et l’IAAF a rapidement suivi avec un circuit de Grand Prix en salle sur le niveau mondial. Il a également été rédacteur en chef du magazine Track & Field News pendant de nombreuses années.

Hersh a été intronisé au National Track & Field Hall of Fame en 2018. Voici les questions et réponses qu’il a faites avant son intronisation.

INTERVIEW DU TEMPLE DE LA RENOMMÉE DE BOB HERSH

Comment as-tu commencé l’athlétisme ?
Quand j’étais enfant, j’étais un passionné de baseball. J’ai grandi à deux pâtés de maisons d’Ebbets Field, la maison des anciens Dodgers de Brooklyn, et j’y allais tout le temps. Quand j’avais 12 ans, un bon ami m’a suggéré d’aimer l’athlétisme, alors mon père m’a emmené à une rencontre d’athlétisme au Madison Square Garden, et je suis devenu fou. Je ne pouvais pas le croire. Je pensais vraiment que c’était le plus grand sport du monde. Quelques années plus tard, j’ai pu aller en ville pour des rencontres au Garden par moi-même et je suis devenu un habitué là-bas.

Je savais que je n’étais pas un athlète particulièrement doué, alors je suis devenu l’étudiant manager de l’équipe d’athlétisme de mon lycée, puis j’ai fait la même chose au collège à Columbia. Après mes études de droit, je suis revenu à New York et je me suis de plus en plus impliqué dans le sport.

De quelle réalisation êtes-vous le plus fier dans votre carrière en athlétisme ?
La première fois qu’on m’a demandé d’annoncer les Jeux olympiques, j’en étais très, très fier. Et j’ai continué à être fier du fait qu’au cours de quelques décennies, j’ai été la voix de l’athlétisme international au plus haut niveau. J’ai annoncé six Jeux olympiques, neuf championnats du monde et de nombreuses autres compétitions internationales et nationales.

Une autre chose dont j’étais très fier, c’est que dans les années 1980, j’ai développé le USA/Mobil Indoor Grand Prix. C’était un programme qui regroupait les rencontres du circuit intérieur nord-américain, et il y en avait plus d’une douzaine à l’époque. J’ai conçu le Grand Prix, j’ai écrit les règles, et j’étais le marqueur et l’administrateur ; ils m’ont d’ailleurs donné à un moment donné le titre de commissaire.

Le Grand Prix a beaucoup apporté, tant aux compétitions qu’aux athlètes. Il a fourni de l’argent pour aider les compétitions à survivre et pour offrir une compétition aux athlètes, ainsi que des prix en argent pour les athlètes eux-mêmes. Quelques années après que TAC (USATF) l’ait fait, l’IAAF a développé son propre Grand Prix, très largement basé sur le modèle que nous avions fait.

Y a-t-il un moment qui vous a marqué dans votre carrière d’annonceur ?
Oui, c’est le relais Penn Relays 4×800 mètres 2007. J’étais au micro, et à ma grande surprise, et à la surprise de tous les autres, Columbia a remporté la course. Ils sont revenus par derrière à la fin et ont battu des équipes comme Michigan, Villanova et Georgetown; il y avait de très fortes puissances de piste dans la course. Personne ne s’attendait à ce que Columbia le gagne. Ils sont arrivés à la fin et j’ai juste crié “Columbia!”

C’était une fois où je regrettais d’être au micro parce que je devais garder mon sang-froid. Ce que je voulais vraiment faire, c’était commencer à sauter de haut en bas et à crier. Mais j’ai dû laisser la foule se calmer quelques instants, puis trouver des choses à dire. Si les gens me demandent quelle est la plus grande course sur piste que j’ai jamais vue, c’est ce qui me vient immédiatement à l’esprit.

L’autre était probablement la plus grande compétition que j’aie jamais vue, à savoir les Championnats du monde de saut en longueur de 1991. Mike Powell établit le record du monde et bat Carl Lewis – une compétition incroyable.

Combien de records du monde avez-vous vu, et lequel a été vu par le moins de monde ?
Je peux vous dire que sur les 42 événements standard dans les stades aux championnats du monde et aux Jeux olympiques, c’est-à-dire tout autre que les marches et le marathon, j’ai vu le record du monde actuel dans 23 d’entre eux.

Au fil des ans, j’en ai vu beaucoup, beaucoup plus que ça.

Pour les moins témoins, il y en a deux qui me viennent à l’esprit. L’un était Vladimir Yashchenko, un Ukrainien qui a battu le record du monde de Dwight Stones au saut en hauteur lors d’une rencontre junior US-URSS à Richmond, en Virginie, en 1977. C’était une petite piste, et il ne pouvait pas y avoir beaucoup de monde. dans les tribunes. Personne ne s’attendait à un record du monde.

L’autre qui me vient à l’esprit était aux Championnats d’Europe à Prague en 1978. Vilma Bardauskiene, qui était une Lituanienne également en compétition pour l’Union soviétique, a battu le record du monde de saut en longueur. C’était dans une matinée et il n’y avait pas beaucoup de monde dans les tribunes.

Quelle préparation avez-vous faite pour annoncer les Jeux Olympiques et autres grands rendez-vous ?
Une préparation conséquente. En fait, avant que nous ayons des ordinateurs portables avec accès au Web, je devais transporter une petite bibliothèque pour les réunions. J’avais l’habitude de dire que pour chaque heure au micro, je passais deux heures à me préparer, juste à faire des recherches. À l’époque pré-Internet, cela prenait beaucoup de temps et impliquait l’accès à beaucoup de documents imprimés, ce que j’avais. Cela a pris du temps parce que je voulais m’assurer d’avoir la meilleure identification possible pour chaque athlète.

L’autre chose qui impliquait la préparation des compétitions internationales était la prononciation des noms étrangers. Encore une fois, c’est beaucoup plus facile maintenant qu’à l’époque, car maintenant vous pouvez obtenir des guides de prononciation en ligne très facilement. J’avais quelques dizaines de ces guides Berlitz de poche pour prononcer des langues comme le tchèque, le hongrois et le russe, et d’autres langues courantes, et j’essayais d’obtenir la bonne prononciation. Lors de certaines compétitions, j’allais aux réunions avant la compétition et si je voyais des entraîneurs ou des officiels d’un pays en particulier, j’avais un magnétophone et je leur demandais de lire leur liste.

Quels sont les changements de règles les plus importants de l’IAAF et de l’USATF auxquels vous avez joué un rôle ?
Lorsque j’ai rejoint le comité technique de l’IAAF pour la première fois, la règle, difficile à appliquer strictement, était qu’il était interdit d’entraîner depuis les tribunes ou d’ailleurs. Un entraîneur ne pouvait pas crier des instructions à un athlète ou utiliser des signaux manuels ou brandir une pancarte. J’ai pensé que c’était absurde. Étant donné que les basketteurs et les joueurs de football pouvaient aller parler aux entraîneurs, je ne pensais tout simplement pas que cela avait du sens. J’ai pu facilement convaincre l’IAAF de changer cette règle. Maintenant, bien sûr, ils sont allés encore plus loin en fournissant des sièges aux entraîneurs dans les tribunes, en particulier à proximité des événements sur le terrain.

Une autre chose que j’ai contribué à changer très tôt était la règle de la « jambe dormante » dans le triple saut, qui était très controversée aux Jeux olympiques de 1980.

J’ai également contribué à l’introduction de la règle que nous avons actuellement régissant les échanges pour le relais 4 × 400, où les athlètes sont alignés dans le même ordre que la position de leurs équipes à la marque des 200 mètres. Avant cela, il n’y avait aucune règle du tout et il y avait souvent des problèmes. Lors de la Coupe du monde de 1985 à Canberra, en Australie, l’échange final a été un gâchis total avec des coureurs qui se sont écrasés et des corps sur la piste. J’ai travaillé pendant quelques années, en particulier avec des gens des Penn Relays, pour trouver un bon moyen de réglementer la procédure d’échange. Ce que nous avons maintenant n’est pas parfait, mais je pense que cela a mis de l’ordre dans une région qui était auparavant chaotique.

Comment le sport dans son ensemble a-t-il changé depuis que vous vous êtes engagé pour la première fois ?
Quand je me suis impliqué pour la première fois, il y avait cinq rencontres au Madison Square Garden chaque saison en salle, et il y avait des rencontres majeures, majeures, en plein air en Californie, et elles étaient très fréquentées.

Il y avait aussi un circuit intérieur florissant, principalement dans l’est mais aussi ailleurs. Au fil des ans, la popularité du sport a diminué jusqu’à ce qu’elle est aujourd’hui, ce qui est bien différent. Nous pourrions parler pendant des jours de la raison pour laquelle cela s’est produit, mais c’est le changement le plus spectaculaire.

À un moment donné après avoir commencé à suivre le sport, les femmes sont devenues plus importantes. Il y avait très peu d’épreuves féminines, voire aucune, dans les années 50 et 60. Cela a commencé à changer rapidement dans les années 1970 et après, et cela a bien sûr été un bon changement.

Avez-vous un événement préféré à regarder et une rencontre annuelle préférée ?
J’ai toujours aimé regarder le lancer du marteau. Malheureusement, pour un certain nombre de raisons, je ne vois plus autant de lancers de marteau que je le souhaiterais, mais cela reste un événement formidable. Sur la piste, j’ai toujours aimé le 800 mètres. C’est juste la bonne combinaison de vitesse et de tactique. D’un autre côté, il n’y a vraiment aucun événement que je n’aime pas. J’aime les regarder tous. Je peux m’asseoir et les regarder avec plaisir.

Les Penn Relays sont ma rencontre annuelle préférée, réponse facile. Le numéro deux, je pense, serait les championnats extérieurs de la NCAA ; J’ai assisté aux 50 dernières d’entre elles. J’ai également assisté à tous les championnats du monde de l’IAAF, à tous les championnats du monde en salle et à toutes les coupes du monde et continentales qui ont jamais eu lieu. Je ne pense pas qu’il y ait quelqu’un d’autre dans le monde qui puisse faire cette déclaration.

Y a-t-il quelqu’un qui vous a particulièrement inspiré au cours de votre carrière ?
Une personne qui me vient à l’esprit est Dick Mason, qui était l’entraîneur-chef de Columbia lorsque j’y étais. C’était un excellent entraîneur, un homme très passionné par la compétition et le sport, et en même temps, il portait un intérêt réel, personnel et sincère à toute l’équipe en tant qu’individus, à leurs études et à leur vie personnelle. Il était une figure paternelle pour de nombreux athlètes, et il m’a vraiment montré qu’on peut être très impliqué dans le sport et avoir aussi de grandes valeurs humaines.

Quelle a été votre réaction à l’annonce de votre intronisation au Hall of Fame ?
Ma réaction a été “Wow !”

Je savais que j’avais été nominé, donc ce n’était pas un choc total, mais réaliser que j’allais être dans le Hall of Fame et penser à toutes les autres personnes de la catégorie des contributeurs qui sont là aussi – c’était vraiment excitant tome.

Parlez du décès de Bob Herh sur le babillard LRC : Mo : RIP Bob Hersh – Annonceur à 6 Jeux olympiques et un grand gars de l’USATF / WA décède à 82 ans

Suite: World Athletics Tribue sur Hersh : L’ancien vice-président principal Hersh décède | NOUVELLES | Athlétisme mondial