Vous ne savez pas comment vos données sont utilisées, ou comment les protéger ? Vous n’êtes pas seul, mais vous pouvez améliorer votre maîtrise des données

Vous ne savez pas comment vos données sont utilisées, ou comment les protéger ?  Vous n'êtes pas seul, mais vous pouvez améliorer votre maîtrise des données

Nous avons mesuré la maîtrise des données au Royaume-Uni entre 2019 et 2021. Crédit : Cytonn Photography/Unsplash

Les discussions sur le fonctionnement de Facebook ont ​​figuré en bonne place à l’ordre du jour de la semaine dernière alors que le Congrès américain enquête sur l’impact de la plate-forme. Au cœur de ces discussions se trouvent des questions sur la façon dont Facebook utilise les données que nous, en tant qu’utilisateurs, générons.

Des questions similaires peuvent être posées à tous les services numériques que nous utilisons, qu’ils soient gérés par des entreprises, des gouvernements ou d’autres organisations. Ces plateformes utilisent nos données pour déterminer le contenu que nous voyons ou les services qui nous sont proposés. Que nous le réalisions ou non, cela peut affecter nos vies de diverses manières.

Mais dans quelle mesure les gens comprennent-ils ces problèmes ? Ont-ils une idée de la manière dont leurs données sont utilisées ? Savent-ils comment le protéger contre une utilisation avec laquelle ils ne sont pas d’accord ?

Si vous sentez que vos connaissances dans cet espace font défaut, vous n’êtes pas seul. Nous avons exploré ce genre de questions dans notre projet « Me and My Big Data » et avons constaté que la « data littératie » des citoyens britanniques était assez faible. Même pour les personnes ayant de plus grandes compétences numériques et un large engagement numérique, leur compréhension des problèmes de données pourrait être décrite comme inégale.

Lorsque nous parlons de données, cela peut englober tout, des données que nous « partageons » sur Facebook, aux données extraites secrètement de nous, telles que notre emplacement et l’appareil que nous utilisons. Le concept de l’alphabétisation des données comporte plusieurs éléments qui se chevauchent, des compétences de base à la saisie de données et au partage d’informations, à la réflexion critique sur les données, à l’engagement avec les problèmes de données.

Dans une enquête menée auprès de 1 542 citoyens britanniques, nous avons mesuré la maîtrise des données en collectant des informations sur plus de 100 comportements et attitudes, et en posant des questions pour vérifier les connaissances des participants sur le fonctionnement des plateformes numériques.

À l’aide d’un modèle que nous avons développé pour un projet de recherche précédent, nous avons divisé nos répondants en six groupes différents, allant des utilisateurs « extensifs » qui entreprennent un large éventail d’activités Internet, aux « utilisateurs limités » et « non-utilisateurs ». Nous ne sommes pas une nation aussi numérique que vous pourriez le penser. Nos travaux antérieurs et cette enquête indiquent que les utilisateurs limités et les non-utilisateurs représentent environ 50 % de la population britannique.

Comme vous pouvez vous y attendre, les utilisateurs étendus ont obtenu les meilleurs résultats sur nos mesures de maîtrise des données et les utilisateurs limités les plus faibles. Avoir une éducation après 18 ans était également un prédicteur clé d’une meilleure maîtrise des données. Mais en moyenne, même les utilisateurs les plus étendus n’étaient pas pleinement conscients des principales utilisations auxquelles les plates-formes utilisaient leurs données, ni de la manière dont elles étaient partagées et vendues.

Très peu de personnes ont géré de manière proactive leurs paramètres de confidentialité pour protéger leurs données. Presque aucun de nos répondants n’avait lu les conditions générales détaillant ce que les plateformes peuvent faire avec leurs données. Seuls les utilisateurs les plus étendus étaient susceptibles de s’impliquer activement dans les problèmes de données, par exemple en aidant un ami à définir leurs paramètres de confidentialité ou en participant à des débats sur l’utilisation des données.

Les gens se sentent impuissants

En plus de notre sondage national, des discussions avec 14 groupes de discussion nous ont permis d’explorer plus en profondeur les expériences et les perceptions des gens. Trois thèmes clés sont ressortis de ces discussions.

Premièrement, de nombreux utilisateurs limités ont du mal à articuler ou ne connaissent pas les types de données collectées, en particulier ceux qui utilisent principalement les médias sociaux.

Deuxièmement, les gens s’accusent souvent d’un manque de compétences, plutôt que de plaider pour des améliorations dans les opérations des plateformes. Comme l’a noté une participante (une femme de 21 ans avec une éducation de plus de 18 ans) : « C’est horrible le fait qu’ils prennent toutes vos données, toutes vos données sont là-bas […] mais tout se résume aussi aux termes et conditions que je ne lis pas vraiment […] donc je suppose que c’est de ma faute. »

Enfin, la plupart des gens savent très bien que leurs données sont récoltées et utilisées, même s’ils ne savent pas quelles données et comment. Mais ils sont assez mal à l’aise que ce soit le « prix » de l’accès aux services. Un participant (un homme de 24 ans sans éducation après 18 ans) a déclaré : « [Facebook] est utile, et c’est effrayant en même temps parce que c’est un peu comme s’ils vous espionnaient. »

Dans l’ensemble, nous décririons nos répondants comme se sentant impuissants, incapables de contrôler de manière proactive ce qui est fait avec leurs données.

Être un citoyen des données

Nous considérons qu’une plus grande maîtrise des données est nécessaire pour soutenir les « citoyens du numérique et des données » qui peuvent faire des réclamations significatives sur leurs propres droits numériques et sur les données et ceux de leur communauté. Par exemple, affirmer ce qui constitue une utilisation acceptable de leurs données par les grandes technologies, le gouvernement et les organisations.

Si vous cherchez à améliorer votre propre maîtrise des données, prenez le temps de faire les choses suivantes :

  1. Découvrez comment les principales plateformes collectent et utilisent vos données.
  2. Explorez et définissez vos options et paramètres de confidentialité sur les sites clés que vous utilisez.
  3. Explorez des plateformes alternatives pour la recherche et les médias sociaux qui ne suivent pas, ne partagent pas et ne vendent pas vos données.
  4. Soyez proactif : aidez les autres avec leurs compétences numériques et protégez leurs données en ligne ; rejoignez des campagnes pour améliorer nos droits en ligne.

Il est très important que l’État joue un rôle clé à cet égard. Dans le cadre de l’éducation scolaire et post-scolaire, tous les citoyens doivent être dotés des compétences de base en matière de numérique et de données, et pas seulement de compétences numériques de base, pour être en mesure de s’engager de manière critique et de défier ceux qui utilisent leurs données.

Pendant ce temps, la législation devrait garantir que les entreprises technologiques, les organismes gouvernementaux et les organisations utilisant nos données rendent les utilisations claires et permettent au public de contester ces utilisations. Les politiques et pratiques actuelles sont loin de cet idéal.


Tous les jeunes ne sont pas des « natifs numériques » – les inégalités limitent énormément les expériences de la technologie


Fourni par La Conversation

Cet article est republié à partir de The Conversation sous une licence Creative Commons. Lire l’article original.La conversation

Citation: Vous ne savez pas comment vos données sont utilisées, ou comment les protéger ? Vous n’êtes pas seul, mais vous pouvez améliorer votre maîtrise des données (2021, 22 octobre) récupéré le 22 octobre 2021 sur https://techxplore.com/news/2021-10-dont-youre-literacy.html

Ce document est soumis au droit d’auteur. En dehors de toute utilisation équitable à des fins d’étude ou de recherche privée, aucune partie ne peut être reproduite sans l’autorisation écrite. Le contenu est fourni seulement pour information.