Une application de transport pourrait changer la culture automobile en Australie

Une application peut-elle changer la culture automobile australienne ?  Seulement si toutes les pièces mobiles fonctionnent ensemble

Crédit : Shutterstock

Se déplacer dans une ville australienne sans voiture peut être un vrai problème. Imaginez à quel point ce serait plus simple si vous aviez la possibilité de combiner les transports en commun et les services partagés – que ce soit le bus, le train, le tramway, le taxi, le covoiturage, le vélo électrique ou le scooter électrique – et que vous puissiez réserver et payer le lot en utilisant un application unique.

En Finlande, c’est déjà une option. La plateforme numérique Whim vous permet de réserver et de payer un voyage mêlant transports en commun, service de ferry, location de voiture, taxi, vélo partagé et même e-scooter.

Vous n’avez qu’à entrer votre destination dans l’application, et Whim vous recommande les meilleures options. Vous pouvez payer sur une base d’abonnement ou de paiement à l’utilisation. C’est pratique, flexible et d’un meilleur rapport qualité-prix que de réserver chaque étape séparément.

Le concept et la technologie derrière Whim sont connus sous le nom de Mobility as a Service ou MaaS. L’objectif est de promouvoir des modes de déplacement plus durables et de rendre inutile la possession d’une voiture individuelle pour la mobilité urbaine.

Whim s’est maintenant étendu aux Pays-Bas, en Belgique, en Autriche et en Suisse. Un tel service pourrait-il fonctionner en Australie ?

Le MaaS dans les villes australiennes doit évidemment faire face aux défis de l’offre et de la demande. Du côté de l’offre, les défis incluent des densités de population plus faibles avec des alternatives moins complètes à l’utilisation de véhicules privés. Émuler le succès de Whim aurait également besoin de quelque chose comme la loi nationale sur les transports de la Finlande, qui exige que les services de mobilité rendent leurs données et leurs API ouvertes à des tiers.

Du côté de la demande, les Australiens ont un taux élevé de motorisation, les coûts fixes incitant à utiliser ces véhicules plutôt que des alternatives.

Un service MaaS pourrait-il inciter plus d’Australiens à laisser la voiture à la maison ? Notre recherche suggère une certaine marge d’optimisme, avec 44% des 331 adultes que nous avons interrogés disant qu’ils utiliseraient régulièrement un MaaS s’il était disponible. Mais pour traduire cet enthousiasme en un changement de comportement réel, il faudra associer de nombreuses pièces mobiles.

Ce que notre sondage a trouvé

Nous avons mené notre enquête fin 2020. Notre échantillon d’enquête était largement représentatif de la société australienne. Il y avait plus de femmes (59 %) et de personnes diplômées (40 %, contre 35 % de tous les Australiens âgés de 20 à 64 ans). Environ 13 % avaient un revenu annuel de plus de 100 000 $. Environ 84 % possédaient une voiture (ce qui correspond à peu près au taux de motorisation suggéré par les statistiques).

Les attitudes envers le concept MaaS étaient généralement très favorables. Sur les 144 participants sur 331 qui ont déclaré qu’ils utiliseraient régulièrement MaaS s’il était disponible, 75 % ont déclaré qu’ils l’utiliseraient pour des déplacements sociaux, 72 % pour se rendre au travail et étudier, et 66 % pour des déplacements généraux (achats, courses , visite chez le médecin, etc.).

Lors du dernier recensement des modes de déplacement australiens (en 2016), 69 % se rendaient au travail en voiture, 5 % étaient des passagers en voiture, 4 % marchaient et 5 % travaillaient à domicile. Cela signifie que 17% ont utilisé d’autres modes. Dans notre enquête, 31% ont indiqué qu’ils étaient ouverts à l’utilisation de MaaS pour les trajets domicile-travail.

Bien sûr, il y a presque toujours une différence entre les bonnes intentions et le comportement réel. Le phénomène du biais de réponse dans les enquêtes, avec le désir d’apparaître pro-social influençant les réponses des répondants, est bien documenté.

Néanmoins, nos résultats suggèrent que MaaS pourrait faire une différence dans l’évolution des habitudes de déplacement, sans parler de rendre les déplacements urbains beaucoup plus faciles pour ceux qui n’ont pas de voiture.

MaaS en Australie

Notre recherche souligne l’importance d’un service MaaS intuitif, facile à utiliser, fiable, efficace et économique.

Ce dernier point a également été démontré par les résultats du seul essai MaaS réalisé jusqu’à présent en Australie.

L’essai de Sydney Maas, qui s’est déroulé de novembre 2019 à mars 2021, a impliqué 100 employés de la compagnie d’assurance IAG à l’aide d’une application (appelée Tripi) fournie par le développeur de logiciels MaaS Skedgo.

L’essai a testé, entre autres, la volonté des utilisateurs de payer, soit par abonnement, soit au fur et à mesure, pour des forfaits de transport combinant transports en commun, taxi, covoiturage, covoiturage et location de voiture.

La recherche a été menée par l’Institute of Transport and Logistics Studies de l’Université de Sydney. Le rapport final a été publié en mars 2021. Les principaux résultats étaient que MaaS avait attiré les propriétaires de voitures et les utilisateurs fréquents de voitures, mais les plus enthousiastes étaient déjà des voyageurs multimodaux.

Notamment, les chercheurs ont rapporté : « Sans une incitation (monétaire), les voyageurs semblent voir très peu de valeur dans MaaS en présence d’applications existantes qui s’améliorent en permanence (telles qu’Opal Connect, Apple Pay, Google Pay et des améliorations techniques plates-formes qui facilitent le paiement en plus de la recherche et de la planification) et, par conséquent, il se peut que l’on n’obtienne pas suffisamment d’adhésion pour rendre un produit de niche actuellement évolutif. »

Et aussi : « Bien qu’une application MaaS (et donc des acteurs techniques) soit importante, ce n’est qu’un des nombreux facteurs dont nous avons besoin pour structurer une offre de programme/produit MaaS réussie.

Ainsi, bien que les résultats de notre enquête montrent de l’enthousiasme pour le MaaS, nous devons être prudents quant à sa viabilité actuelle pour fonctionner à grande échelle. Une meilleure compréhension est nécessaire sur la conception de MaaS, la durabilité des modèles commerciaux, l’évolutivité des essais et des réactions des utilisateurs et des informations comportementales.


Une solution de voyage intégrée pour Manchester


Fourni par La Conversation

Cet article est republié à partir de The Conversation sous une licence Creative Commons. Lire l’article original.La conversation

Citation: L’application de transport pourrait changer la culture automobile de l’Australie (2021, 13 septembre) récupéré le 13 septembre 2021 à partir de https://techxplore.com/news/2021-09-app-australia-car-culture.html

Ce document est soumis au droit d’auteur. En dehors de toute utilisation équitable à des fins d’étude ou de recherche privée, aucune partie ne peut être reproduite sans l’autorisation écrite. Le contenu est fourni seulement pour information.