Un développeur de Wukong accusé de culture de travail sexiste et non professionnelle

Black Myth : Le studio de Wukong, Game Science, a une fois de plus été accusé de favoriser un environnement de travail sexiste, les développeurs étant accusés d’avoir fait des commentaires grossiers, hautement sexualisés et humiliants à l’égard des femmes. Certains développeurs ont également souvent parlé du jeu en utilisant des insinuations sexuelles, ce qui a mis mal à l’aise de nombreuses femmes de la communauté des joueurs chinois.


LA VIDÉO GAMER DU JOUR

DÉFILEZ POUR CONTINUER AVEC LE CONTENU

Cela vient d’un rapport de l’IGN, explorant la misogynie attachée à Black Myth : Wukong et à l’industrie du jeu vidéo chinoise dans son ensemble. Dans le rapport, plusieurs cas d’employés de Game Science faisant des commentaires hautement sexualisés et sexistes sont partagés. IGN vérifie également les informations faisant état d’affiches de recrutement pour Game Science se vantant des avantages des « amis avec avantages sociaux » sur le lieu de travail, et d’une autre affiche indiquant prétendument : « Les gros devraient se faire foutre ».

Bien qu’il ait déjà été largement rapporté qu’un développeur de Black Myth : Wukong a ouvertement exprimé qu’il ne voulait pas que les femmes jouent à ses jeux, le rapport en trouve la source. Cela découle d’un article sur Weibo de l’artiste principal du jeu, Yang Qi, écrit en 2013, dans lequel il suggère que les femmes et les hommes ne peuvent pas profiter des mêmes jeux.

“Les points G des jeux masculins et féminins sont fondamentalement différents”, lit-on dans le message traduit par IGN. “Cela n’est pas déterminé par l’environnement de jeu, mais par les conditions biologiques.”

Il continue, de plus en plus haineux envers ce qu’il perçoit comme des jeux faits pour les femmes : “F*ck les poules mouillées, f*ck les histoires d’amour tragiques, putain de fleurs de pêcher au clair de lune et d’érudits jouant de la flûte ! […] Certaines choses sont réservées aux hommes, leur dépression, leur colère, leur douleur…”

Ces développeurs masculins n’ont jamais payé le prix de leurs propos misogynes.

Certains de ces commentaires sont récents, avec une publication sur les réseaux sociaux de l’artiste technique Daiwei discutant d’une femme à moitié-serpent qui apparaît dans la dernière bande-annonce de Black Myth. “L’esprit du serpent est différent de ce que j’imaginais”, explique Daiwei. “Mais si je couvre la moitié inférieure avec ma main, il est toujours possible de se branler.”

C’est un thème récurrent dans les publications des hommes de Game Science sur les réseaux sociaux depuis un certain temps. Malheureusement, le co-fondateur Feng Ji est connu pour faire fréquemment des insinuations sexuelles. Dans un message partagé dans le rapport, il a écrit : “Je veux élargir mon cercle et embaucher plus de personnes, me faire lécher jusqu’à ce que je ne puisse plus avoir d’érection. Je veux être honnête et faire un [game] bande-annonce, et être salué comme le sauveur de l’industrie.

Black Myth : Wukong a été révélé pour la première fois en 2020. Il n’a toujours pas de date de sortie ferme, mais vise 2024.

Le rapport cite plusieurs femmes de la communauté chinoise des joueurs qui expriment leur malaise face au langage utilisé par les hommes de Game Science.

«Ces développeurs masculins n’ont jamais payé le prix de leurs propos misogynes», déclare une femme, sous le pseudonyme de Jen. Elle affirme également que la communauté des joueurs ne veut pas que cela change. «A leurs yeux, les femmes ne veulent pas que les choses changent. méritent le respect. Le simple fait de les écouter est considéré comme de la complaisance, une tactique de marketing et une réponse au politiquement correct occidental. Je ne peux pas décrire à quel point c’est désespérant.”

Game Science n’a pas répondu au rapport, ni aux accusations de sexisme portées contre certains de ses développeurs.

Suivant : Dans Baldur’s Gate 3, il est impossible de sauver tout le monde

Laisser un commentaire