Que faire si vous n'aimez pas faire de l'exercice :

Je ne sais pas vraiment comme s'exercer.

OK je type de comme soulever des poids lourds et faire le poirier.

Mais je n’aime certainement pas le « cardio ».

Plutôt que de m'intéresser à la biomécanique, je m'intéresse davantage à l'anthropologie et au comportement humain.

Plutôt que d'aller courir un 5 km, je préfère m'asseoir sur mon canapé et jouer Fallout 4 Je (je viens de regarder l'émission, c'est fantastique.)

Ce que j'essaie de dire, c'est que je ne suis pas un passionné de fitness.

Je suis un nerd qui essaie d'être en forme.

Donc, si vous êtes quelqu'un qui n'aime tout simplement pas faire de l'exercice, vous êtes en bonne compagnie.

J'ai aussi des nouvelles étonnantes pour vous.

Dans le temps

J'ai lu récemment Exercé par Daniel Lieberman, professeur d'anthropologie à l'Université Harvard.

Lieberman a passé beaucoup de temps à étudier et à vivre avec des tribus de chasseurs-cueilleurs du monde entier, y compris les Tarahumara (qui apparaissent dans le livre Né pour courir), le peuple de Pemja (Kenya) et la tribu Hazda de Tanzanie.

Lieberman souligne que la plupart des études et des recherches sont menées sur un sous-ensemble très spécifique et restreint d’humains :

Des humains bizarres !

Wl'est, Eduqué, jeindustrialisé, R.Moi et Démocratique.

La société occidentale moderne ne représente qu’une infime partie de l’expérience humaine totale.

Les Homo Sapiens existent depuis plus de 150 000 à 300 000 ans !

Ainsi, si notre objectif est de voir « ce que font la plupart des humains », nous devons élargir la variété des humains que nous observons, remonter le temps et observer le comportement humain en dehors de la culture occidentale moderne.

Heureusement, Lieberman a fait exactement cela, vivant avec des tribus modernes de chasseurs-cueilleurs et étudiant des cultures anciennes :

Génération après génération, nos ancêtres, jeunes et vieux, se réveillaient chaque matin reconnaissants d'être en vie et n'ayant d'autre choix que de passer plusieurs heures à marcher, à creuser et à faire d'autres activités physiques pour survivre jusqu'au lendemain.

Parfois, ils jouaient ou dansaient aussi pour le plaisir et pour des raisons sociales.

Sinon, ils évitent généralement les activités physiques non essentielles qui détournent l’énergie de la seule chose qui intéresse vraiment l’évolution : la reproduction.

Pendant 99,99 % de notre existence en tant qu'espèce, nous avons dû conserver de l'énergie, sans essayer inutilement de brûler de l'énergie supplémentaire. Chaque fois que nous n'assurions pas activement notre survie, nous nous reposions pour économiser de l'énergie. Tout ce concept moderne consistant à essayer de développer un excès de muscle ou à faire de l'exercice pour brûler des calories supplémentaires serait un concept étranger à nos ancêtres.

La nourriture était toujours en quantité limitée, ce qui signifie que chaque jour, le cycle corporel de chaque être humain doit décider comment utiliser chaque calorie consommée.

Parce que nous devions brûler de précieuses calories pour chasser ou trouver notre nourriture, brûler inutilement des calories excédentaires pendant le reste de la journée n'a tout simplement aucun sens pour les humains anciens, ni pour les chasseurs-cueilleurs modernes.

Donc! Bien sûr…

Il est logique que vous ne vouliez pas faire d'exercice !

Comme le souligne Lieberman :

Nous n'avons jamais évolué pour faire de l'exercice.

… Aujourd’hui, l’exercice est le plus souvent défini comme une activité physique volontaire entreprise dans un souci de santé et de forme physique.

Mais c’est en tant que tel un phénomène récent…

Le mantra de ce livre est que rien dans la biologie de l’exercice n’a de sens sauf à la lumière de l’évolution, et rien dans l’exercice en tant que comportement n’a de sens sauf à la lumière de l’anthropologie.

Comme Lieberman l’explique dans son livre, les tribus comme les Hazda brûlent certainement plus de calories que les employés de bureau occidentaux, mais seulement parce qu’elles y sont obligées, et pas de façon dramatique : « Les chasseurs-cueilleurs typiques sont à peu près aussi actifs physiquement que les Américains ou les Européens, qui incluent environ une heure d'exercice dans leur routine quotidienne », mais n'ont pas un accès abondant à une énergie facilement consommable comme le reste d'entre nous.

C’est là que nous rencontrons le «Hypothèse de décalage évolutif» :

Les différences de facteurs de stress entre l’environnement dans lequel les humains ont évolué et l’environnement actuel constituent des inadéquations susceptibles de provoquer des maladies.

Jusqu’à il y a 10 000 ans, les humains menaient un mode de vie nomade en tant que chasseurs-cueilleurs, soumis à des facteurs de stress différents de ceux auxquels les humains sont confrontés aujourd’hui dans les environnements modernes.

Remarque : ce n'est PAS ici que je vais vous dire de commencer à manger du Paléo (Le paléo est un régime malavisé cela fonctionne pour des raisons mathématiques, pas pour des raisons « ancestrales »).

Je parle spécifiquement de la façon dont notre cerveau et notre corps tentent de fonctionner dans un environnement moderne. Edward Wilson l’a bien dit : « Nous avons des émotions paléolithiques, des institutions médiévales et une technologie divine. »

Ce qui signifie que nous devons commencer par l'acceptation: Plutôt que de nous en vouloir pour avoir lutté pour développer une habitude volontaire d’exercice, nous pouvons accepter que nous sommes humains.

Nous avons évolué pour survivre dans la pénurie et existons désormais dans un monde d’abondance.

L’exercice est bénéfique ET n’est plus « nécessaire »

L'exercice est bon pour nous.

Le cardio est bon pour notre cœur et nos poumons. L’exercice, quel qu’il soit, peut contribuer à créer un déficit calorique, et réduire notre pourcentage de graisse corporelle peut contribuer à réduire la mortalité toutes causes confondues. Construire et maintenir une masse musculaire et des os solides est critique pour notre santé en vieillissant. On se sent aussi mieux après on fait du sport : merci la dopamine et la sérotonine et les endorphines !

L’exercice physique présente littéralement des centaines de bienfaits pour notre santé.

Nous le savons tous.

Et pourtant, nous pensons tous : « Je sais que je devrait faire plus d'exercice, mais je n'arrive pas à le faire.

Laissons de côté le fait que nous sommes tous très occupés et que prendre plus de temps dans notre journée pour faire de l'exercice est une GRANDE demande pour beaucoup (merci aux parents célibataires qui ont plusieurs emplois !). Cela étant dit, pourquoi est-il si difficile pour nous de prendre de nouvelles habitudes d’exercice et de nous y tenir ?

Parce que nous luttons contre la biologie et notre histoire.

Pour notre survie au quotidien, nous ne besoin faire plus d'exercice :

  • Avant, nous devions trouver/chasser notre nourriture, maintenant nous pouvons appuyer sur un bouton de notre téléphone.
  • Avant, nous devions nous déplacer partout à pied, maintenant nous pouvons conduire une voiture.
  • Avant, nous devions rester actifs ou mourir, mais nous pouvons désormais survivre longtemps même si nous sommes en mauvaise santé et inactifs.

Et si l'exercice est n'est plus nécessaire pour notre survie…

Les deux seules raisons pour lesquelles nous faisons de l'exercice

À moins d'être poursuivi par un sanglier ou de tomber d'un bateau et de devoir nager jusqu'au rivage, aucun d'entre nous n'a besoin de faire de l'exercice aujourd'hui. spécifiquement pour survivre.

Alors pourquoi est-ce que quelqu’un fait de l’exercice ? Comme Lieberman le catégorise, nous faisons de l’exercice pour l’une des deux raisons suivantes :

  • C'est émotionnellement gratifiant
  • C'est physiquement gratifiant

Nous pouvons faire de l'exercice parce que c'est gratifiant sur le plan émotionnel : Nous pourrions aller courir à cause de la dose de dopamine ou parce que nous faisons partie d’un club socialement actif. Nous pouvons nous entraîner parce que cela nous donne du pouvoir, ou parce que nous ne voulons pas nous sentir seuls ou paresseux, ou parce que cela nous aide à gérer notre anxiété ou notre dépression.

Nous pouvons faire de l'exercice parce que c'est physiquement gratifiant. Nous pourrions essayer de nous améliorer au pickleball parce que nous sommes compétitifs. Ou nous pouvons faire de l'exercice parce que nous voulons perdre du poids et rentrer dans des vêtements de certaines tailles, ou parce que nous ne voulons pas mourir d'une crise cardiaque à un âge précoce comme notre père.

Dans TOUS les exemples ci-dessus, nous avons tous un débat interne avec nos cerveaux paresseux, qui préfèrent économiser l'énergie.

Nous devons nous convaincre que « les avantages de cette activité dépassent désormais les inconvénients, alors je suis prêt à prendre du temps dans ma journée pour la faire ! »

Voici comment procéder exactement.

Comment rendre l'exercice plus gratifiant

La « nécessité » étant écartée, nous devons trouver des moyens de rendre l’exercice gratifiant sur le plan émotionnel, gratifiant physiquement, ou les deux.

Voici quelques réflexions pour vous aider à démarrer.

Commençons par le rendre plus gratifiant sur le plan émotionnel :

La socialisation est une partie ÉNORME de l'humanité et comprend des choses comme la camaraderie, la pression sociale positive, etc.

  • Rejoignez un club de course à pied dont l'objectif n'est même pas de « s'améliorer en course à pied », mais parce que ce sont vos amis.
  • Des cours de danse ou des cours d'arts martiaux dans des disciplines qui vous semblent ludiques.
  • Une ligue de kickball ou une ligue de pickleball pour votre immeuble.

Nous pouvons également recadrer notre façon de penser à l’exercice. Au lieu de simplement brûler les calories, et si nous concentrions votre exercice sur « Cela me fait me sentir mieux ».

  • Écoutez vos podcasts préférés tout en vous entraînant (regroupement de tentations).
  • Traitez votre promenade quotidienne comme une marche méditative.
  • Courir un 5 km pour récolter des fonds pour une cause caritative.
  • Votre grand pourquoi (être un modèle pour vos enfants, être présent pour vos petits-enfants).

Pouvez-vous trouver des moyens de rendre l’exercice physiquement gratifiant ? Oui, « avoir fière allure nue » reste un facteur de motivation viable pour beaucoup. N’hésitez pas à garder cela comme une raison de faire de l’exercice ! C'est certainement une de mes raisons.

Cependant, pour beaucoup de nos coacher des clients, leur grand changement vers l'exercice durable se produit lorsque leur mentalité passe de « Combien de poids dois-je perdre ? » à “Je me demande de quoi mon corps est capable!”

Au lieu de simplement perdre du poids, ils ont des objectifs tels que :

Alternativement, l’exercice peut être physiquement gratifiant lorsqu’il ne ressemble pas à de l’exercice ! Danse, yoga, GN, randonnée, marche. Nous avons même écrit sur 40 façons de faire de l'exercice sans s'en rendre compte. Le mouvement peut être amusant.

Vous pouvez également commencer à apprécier les sensations physiques de l’exercice et à sentir votre corps bouger. Pour beaucoup de nos clientsse concentrer sur ce que leur corps est capable de faire et sur la sensation de bouger leur corps peut complètement faire passer leurs associations avec l'exercice de nocives à accueillantes.

Enfin, l’exercice peut être physiquement gratifiant lorsque nous trouvons des moyens de le rendre secrètement plus « nécessaire ». Se garer à l'autre bout du parking, adopter un chiot mignon qu'il faut promener tous les jours, prendre les escaliers, marcher ou faire du vélo au lieu de conduire.

Tout s'additionne !

Pourquoi je fais personnellement de l'exercice

Ce livre m'a amené à réfléchir sur mes raisons personnelles de m'entraîner.

J'ai un seul dossier d'entraînement dans Evernote contenant 1975 notes, et mes entraînements au cours des 11 dernières années n'ont pas beaucoup changé.

Comment puis-je faire le même entraînement ennuyeux, 4 fois par semaine, chaque semaine, pendant plus d'une décennie, même si je ne le fais pas aime faire de l'exercice?

C'est une combinaison de toutes les méthodes ci-dessus :

  1. Loterie génétique (chance). Je fais de l'exercice parce que j'ai toujours fait de l'exercice. J'ai grandi en étant actif, j'ai fait du sport, je me suis entraîné à l'université, c'est maintenant quelque chose que je fais. j'ai eu de la chance.
  2. Faire de l'exercice me fait du bien (c'est gratifiant émotionnellement et physiquement). Quand je fais de l'exercice, j'ai l'impression d'avoir fait quelque chose de bien pour moi-même. Tout comme prendre une douche et passer la soie dentaire, cela fait partie de mon hygiène. Je dors également mieux et je mange mieux les jours où je fais de l'exercice.
  3. L’exercice est le chemin vers la confiance en soi esthétique (physiquement gratifiant). Je pourrais avoir plus de plaisir à faire de l'exercice d'une autre manière, mais je sais que l'entraînement en force avec des mouvements composés lourds m'aide à avoir une certaine apparence (comme un gars qui possède une entreprise de fitness)
  4. L'entraînement est mon temps de méditation et de podcast (émotionnellement enrichissant). Je sais que j'ai 1 heure sans pouvoir regarder un écran. Ce qui signifie que je peux écouter un podcast amusant et faire de l'exercice.
  5. Je fais des promenades méditatives (émotionnellement enrichissantes). Quand je marche, je ne peux pas regarder un écran. Je suis aussi dehors. Je pourrais écouter une marche méditative ou un podcast, ou simplement me forcer à être réellement présent avec mes pensées sur les promenades.
  6. L’exercice me rend meilleur au golf (gratifiant émotionnellement et physiquement). J'aime le golf et je sais que l'entraînement en force me rendra meilleur au golf. Et le golf ne ressemble pas à de l'exercice, mais cela me permet de sortir de la maison, de téléphoner, de passer du temps avec mes amis et de marcher plus de 5 miles à chaque fois que je joue.

Rappelez-vous, ce n'est pas grave si vous ne le faites pas vouloir s'exercer.

L'exercice n'est plus nécessaire à la survie immédiate et nous n'avons pas évolué vers vouloir faire de l'exercice pour brûler les calories excédentaires. Il s’agit d’un phénomène moderne et inadapté.

Nous sommes toujours des singes sur un rocher, construits pour la rareté, mais entourés d'abondance.

Ainsi, si vous pouvez trouver un moyen de rendre l’exercice plus gratifiant physiquement ou émotionnellement, vous êtes plus susceptible d’en faire une routine que vous attendez avec impatience, plutôt que quelque chose que vous devez endurer.

Bonne chance, camarade singe sur un rocher !

-Steve

PS : Si vous détestez les tapis roulants, n'hésitez pas à cacher ce fait. Exercé dans votre poche arrière :

« Les appareils de type tapis roulant ont d'abord été utilisés par les Romains pour faire tourner des treuils et soulever des objets lourds, puis modifiés en 1818 par l'inventeur victorien William Cubitt pour punir les prisonniers et empêcher l'oisiveté.

Pendant plus d’un siècle, les prisonniers anglais (parmi lesquels Oscar Wilde) ont été condamnés à marcher péniblement pendant des heures par jour sur d’énormes tapis roulants.

Laisser un commentaire