Mudita n'est pas une « joie sympathique »

Personne agenouillée devant une statue géante de Bouddha dans un templePersonne agenouillée devant une statue géante de Bouddha dans un temple

Ceci est un extrait de l'introduction de mon cours sur Mudita, qui fait partie d'une plus longue série d'enseignements sur les brahma-viharas – également connus sous le nom de « incommensurables ».


Le troisième du Brahmaviharasaprès bonté et la compassion, c'est boue. Mudita est généralement traduit par joie sympathique ou empathique, et est décrit comme « se sentir heureux parce que les autres sont heureux ».

C’est une interprétation avec laquelle je suis profondément en désaccord.

Un texte du premier siècle appelé le Chemin vers la liberté décrit la culture de boue comme ça:

Quand on voit ou entend que les qualités d'une personne sont estimées par les autres, et qu'elle est en paix et joyeuse, on pense ainsi : « Sadhu ! Sâdhu ! Puisse-t-il rester joyeux pendant longtemps !

(Sādhu, en passant, signifie quelque chose comme « Ouais ! » ou « Très bien ! » ou « Super ! »)

Les archives dont nous disposons sur les enseignements du Bouddha ne définissent pas la mudita, et le texte ci-dessus est le plus ancien que je connaisse et qui nous donne une indication de ce qu'est la mudita et de la manière dont elle doit être cultivée. Il y a plusieurs choses qui sont significatives ici.

  • On nous demande d'évoquer quelqu'un dont les qualités habiles sont développées au point que les autres les estiment. Ayant boue implique de reconnaître ce qui est habile.
  • On ne nous demande pas seulement d'évoquer quelqu'un qui est heureux, mais quelqu'un qui est heureux (et en paix) grâce à ces qualités habiles. Alors quand nous avons boue nous voyons le lien entre les actions habiles et leurs résultats bénéfiques.
  • L’appréciation est impliquée. Nous apprécions les qualités habiles, ainsi que la paix et la joie qu’elles apportent, comme étant de bonnes choses.
  • L’amour est impliqué. Parce que nous voulons ce qui est bon pour elle, nous encourageons la joie et le bonheur futurs de cette personne, en soutenant, en nous réjouissant et en encourageant son habileté.
  • En valorisant l'habileté de cette autre personne, ainsi que la paix et la joie qui en découlent, nous devenons nous-mêmes joyeux. Nous cultivons donc un état d’appréciation joyeux.

Tout cela va bien au-delà « d’être heureux parce que quelqu’un est heureux ». Cette expérience beaucoup plus banale est en réalité semée d’embûches spirituelles, car une grande partie du bonheur apparent que nous voyons autour de nous découle d’actions malhabiles. Nous ne devrions pas nous réjouir que quelqu'un soit heureux parce qu'il vient de frauder une vieille dame de ses économies, par exemple.

En résumé, lorsque nous pratiquons mudita, nous apprécions les attributs, les paroles et les actions habiles, et cela apporte de la joie. Et ainsi boue est une « joyeuse appréciation ».

Une progression

Il y a une progression dans les trois premiers brahma-viharas.

Metta c'est la gentillesse. Nous voulons ce qu’il y a de mieux pour le bonheur et le bien-être à long terme des autres. Nous voulons qu'ils soient heureux. Nous voulons qu’ils se sentent soutenus et qu’ils sachent qu’ils comptent. Nous parlons et agissons avec bienveillance, et pensons également aux autres avec bienveillance.

Karuna, ou compassion, est ce qui se produit lorsque nous voulons que les êtres soient heureux mais sommes conscients qu'ils souffrent. Pour qu’ils soient heureux, nous voulons supprimer leur souffrance, ou au moins les soutenir tant que la souffrance persiste.

Lorsque nous avons mudita, nous voulons que les autres soient heureux, mais maintenant nous reconnaissons que le bonheur n'est pas quelque chose qui arrive au hasard. Le bonheur qui nous intéresse est celui qui vient du fait de posséder des qualités habiles. Ainsi, voulant que les êtres soient heureux, nous reconnaissons en eux les qualités habiles qui donnent naissance au bonheur, et nous apprécions, nous réjouissons et encourageons le développement de ces qualités.

Pour avoir mudita, nous devons être capables de reconnaître la conditionnalité, c'est-à-dire la manière dont certaines conditions et actions engendrent la souffrance, tandis que d'autres nous libèrent de la souffrance. Mudita est donc au moins en partie une pratique de sagesse.

Tout comme nous pouvons définir la compassion comme metta face à la souffrance, nous pouvons définir mudita comme metta rencontrer l'habileté. Cette rencontre est une expérience joyeuse, ou du moins est capable de susciter de la joie.

Les étapes de la pratique Mudita

Comme pour les pratiques de bienveillance et de compassion, la méditation d’appréciation joyeuse comporte cinq étapes.

  1. Nous commençons par cultiver l’appréciation de nous-mêmes, ou du moins établir de la gentillesse envers nous-mêmes. Cette étape ne figure pas dans la première description de la pratique, mais constitue un bon point de départ, étant donné que beaucoup d’entre nous manquent souvent d’appréciation de nos propres qualités.
  2. Nous évoquons alors une personne qui incarne des qualités habiles et qui en éprouve la paix et la joie.
  3. Ensuite, nous faisons cela pour un étranger relatif (« personne neutre »).
  4. Ensuite, pour la personne avec laquelle nous avons des difficultés.
  5. Et puis enfin, nous souhaitons que tous les êtres développent des qualités habiles et connaissent ainsi le calme et la joie.

Comme pour la pratique de la compassion, il n’y a pas d’étape « ami ». La personne possédant des qualités habiles dans la deuxième étape peut être un ami, ou nous pouvons inclure des amis dans l'étape finale.

Pendant les premiers jours, nous allons nous concentrer sur l’appréciation de soi.



Aujourd'hui, j'ai choisi un exercice de « Vivre avec appréciation ». C'est sur « Prendre le temps de savourer le positif ». Le guide commence par un court exposé et dure 10 minutes au total.

La méditation ne suffit pas

Bien que mudita bhavana soit une pratique de méditation, développer une appréciation joyeuse est également quelque chose que nous pouvons et devons faire dans la vie quotidienne. Nous pouvons reconnaître les paroles et les actions habiles que nous rencontrons, et nous pouvons aussi être plus généralement reconnaissants – reconnaître et être heureux pour tout ce qui nous apporte des avantages ou à autrui.

Un exercice

Aujourd’hui, adoptez une attitude d’appréciation du mieux que vous pouvez. Lorsque vous rencontrez les autres, ou même simplement en pensant à eux, soyez conscient qu’ils contiennent les graines de la bonté. Lorsque de bonnes choses vous arrivent, aussi mineures soient-elles, elles semblent s'y attarder avec appréciation.

Laisser un commentaire