Microsoft conclut un accord avec l'organisme européen de réglementation du cloud concernant des plaintes antitrust

Microsoft a conclu un accord avec Cloud Infrastructure Services Providers in Europe (CISPE), près de deux ans après que l'association commerciale européenne à but non lucratif a déposé une plainte antitrust auprès de la Commission européenne (CE) alléguant que Microsoft utilisait sa position dominante sur le marché des logiciels d'entreprise pour lier les clients à son cloud Azure.

Les discussions en vue d'un accord ont débuté en avril dernier, alors que Microsoft cherchait à tenir les régulateurs à distance, bien qu'aucune des deux parties n'ait voulu révéler quels étaient les changements proposés au statu quo. Quelque 15 mois plus tard, nous pouvons désormais confirmer ce qui se passe.

Le problème principal concerne un changement de licence intervenu en 2019, en vertu duquel Microsoft a rendu plus coûteuse l'exécution des logiciels d'entreprise de Microsoft sur des services cloud concurrents.

L'accord conclu mercredi comprend un protocole d'accord signé par les membres du CISPE et Microsoft, par lequel Microsoft s'engage à apporter des modifications pour répondre aux plaintes du CISPE. Cela comprend une collaboration entre toutes les parties pour publier une « version améliorée d'Azure Stack HCI » pour les fournisseurs de cloud européens, qui offrira des fonctionnalités telles qu'une infrastructure de bureau virtuel multisession basée sur Windows 11 ; des mises à jour de sécurité étendues gratuites (ESU) ; et des licences à la carte pour SQL Server.

AWS est l'un des membres les plus importants du CISPE, aux côtés d'autres fournisseurs européens de services cloud plus petits comme Anexia et UpCloud. Cependant, l'accord exclut AWS, qui n'a pas fait partie des négociations, selon le CISPE.

Le CISPE a également déclaré qu'il créerait un Observatoire européen du Cloud (ECO) indépendant « pour surveiller le développement et l'évaluation continue » des changements, que Microsoft a neuf mois pour mettre en œuvre.

Dans le cadre de cet accord, CISPE a indiqué que Microsoft lui verserait également une somme forfaitaire non divulguée pour couvrir les frais de litige et de campagne engagés jusqu'à présent. En échange, CISPE a déclaré qu'elle retirerait sa plainte antitrust auprès de la Commission européenne.

« Il s'agit d'une victoire significative pour les fournisseurs européens de cloud ; le CISPE a accordé le bénéfice du doute à Microsoft et estime que cet accord offrira des conditions de concurrence équitables aux fournisseurs européens de services d'infrastructure cloud et à leurs clients », a déclaré Francisco Mingorance, secrétaire général du CISPE, dans un communiqué publié sur Testeur Joe.

Cependant, Ryan Triplette, directeur exécutif de la Coalition pour un logiciel équitable (CFSL), a déclaré que cette mesure ne profite qu'à une poignée de fournisseurs en Europe et souligne la nécessité de traiter le problème à l'échelle mondiale.

« Cet accord est la dernière tentative de Microsoft pour éviter un contrôle réglementaire sans s'attaquer aux pratiques anticoncurrentielles sous-jacentes qui ont un impact sur des millions de clients du cloud dans le monde », a déclaré Triplette. « Même après la mise en place de cet accord, Microsoft continuera d'utiliser ses pratiques déloyales en matière de licences de logiciels pour limiter le choix, augmenter les coûts et fidéliser les clients. Un accord avec certains petits fournisseurs européens qui exclut la grande majorité des clients et des fournisseurs de cloud ne fait rien pour remédier au comportement anticoncurrentiel mondial de Microsoft. »

rewrite this content and keep HTML tags

Microsoft a conclu un accord avec Cloud Infrastructure Services Providers in Europe (CISPE), près de deux ans après que l'association commerciale européenne à but non lucratif a déposé une plainte antitrust auprès de la Commission européenne (CE) alléguant que Microsoft utilisait sa position dominante sur le marché des logiciels d'entreprise pour lier les clients à son cloud Azure.

Les discussions en vue d'un accord ont débuté en avril dernier, alors que Microsoft cherchait à tenir les régulateurs à distance, bien qu'aucune des deux parties n'ait voulu révéler quels étaient les changements proposés au statu quo. Quelque 15 mois plus tard, nous pouvons désormais confirmer ce qui se passe.

Le problème principal concerne un changement de licence intervenu en 2019, en vertu duquel Microsoft a rendu plus coûteuse l'exécution des logiciels d'entreprise de Microsoft sur des services cloud concurrents.

L'accord conclu mercredi comprend un protocole d'accord signé par les membres du CISPE et Microsoft, par lequel Microsoft s'engage à apporter des modifications pour répondre aux plaintes du CISPE. Cela comprend une collaboration entre toutes les parties pour publier une « version améliorée d'Azure Stack HCI » pour les fournisseurs de cloud européens, qui offrira des fonctionnalités telles qu'une infrastructure de bureau virtuel multisession basée sur Windows 11 ; des mises à jour de sécurité étendues gratuites (ESU) ; et des licences à la carte pour SQL Server.

AWS est l'un des membres les plus importants du CISPE, aux côtés d'autres fournisseurs européens de services cloud plus petits comme Anexia et UpCloud. Cependant, l'accord exclut AWS, qui n'a pas fait partie des négociations, selon le CISPE.

Le CISPE a également déclaré qu'il créerait un Observatoire européen du Cloud (ECO) indépendant « pour surveiller le développement et l'évaluation continue » des changements, que Microsoft a neuf mois pour mettre en œuvre.

Dans le cadre de cet accord, CISPE a indiqué que Microsoft lui verserait également une somme forfaitaire non divulguée pour couvrir les frais de litige et de campagne engagés jusqu'à présent. En échange, CISPE a déclaré qu'elle retirerait sa plainte antitrust auprès de la Commission européenne.

« Il s'agit d'une victoire significative pour les fournisseurs européens de cloud ; le CISPE a accordé le bénéfice du doute à Microsoft et estime que cet accord offrira des conditions de concurrence équitables aux fournisseurs européens de services d'infrastructure cloud et à leurs clients », a déclaré Francisco Mingorance, secrétaire général du CISPE, dans un communiqué publié sur Testeur Joe.

Cependant, Ryan Triplette, directeur exécutif de la Coalition pour un logiciel équitable (CFSL), a déclaré que cette mesure ne profite qu'à une poignée de fournisseurs en Europe et souligne la nécessité de traiter le problème à l'échelle mondiale.

« Cet accord est la dernière tentative de Microsoft pour éviter un contrôle réglementaire sans s'attaquer aux pratiques anticoncurrentielles sous-jacentes qui ont un impact sur des millions de clients du cloud dans le monde », a déclaré Triplette. « Même après la mise en place de cet accord, Microsoft continuera d'utiliser ses pratiques déloyales en matière de licences de logiciels pour limiter le choix, augmenter les coûts et fidéliser les clients. Un accord avec certains petits fournisseurs européens qui exclut la grande majorité des clients et des fournisseurs de cloud ne fait rien pour remédier au comportement anticoncurrentiel mondial de Microsoft. »

Laisser un commentaire