L’impact d’Instagram sur les enfants sondés par les États américains

Le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, fait la promotion du concept de son entreprise produisant un « métavers » du monde virtuel

Le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, fait la promotion du concept de son entreprise produisant un « métavers » du monde virtuel

La société mère d’Instagram, Meta, est interrogée par un consortium d’États américains au sujet d’allégations selon lesquelles elle aurait fourni la plate-forme de partage de photos à des enfants malgré la connaissance d’un préjudice potentiel, en danger pour le géant, ont déclaré jeudi des responsables.

Facebook est aux prises avec l’une de ses crises de réputation les plus graves à ce jour après qu’un dénonciateur ait divulgué des tonnes de documents internes montrant que les dirigeants étaient au courant de la possibilité que leurs sites soient endommagés, ce qui a incité les États-Unis à redoubler d’efforts pour la réglementation.

“Facebook, maintenant Meta, n’a pas réussi à protéger les jeunes sur ses plateformes et a plutôt choisi d’ignorer ou, dans certains cas, de doubler les manipulations connues qui constituent une menace réelle pour la santé physique et mentale – exploiter les enfants dans l’intérêt du profit, “, a déclaré la procureure générale du Massachusetts, Maura Healey, dans un communiqué.

Le consortium des procureurs généraux, les principaux responsables de l’application des lois et des conseillers juridiques des États, comprend New York, le Colorado, la Californie, la Floride, le Kentucky, le Nebraska, le New Jersey, le Tennessee et le Vermont. Une liste complète n’a pas été publiée.

Meta n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire.

L’enquête cible, entre autres, les techniques de Meta pour augmenter la fréquence et la durée de l’engagement des jeunes utilisateurs et les préjudices qui en résultent, a déclaré le procureur général de Californie, Rob Bonta.

Crise des lanceurs d’alerte

Cette enquête intervient après “des rapports révélant que les propres recherches internes de Meta montrent que l’utilisation d’Instagram est associée à des risques accrus de problèmes de santé physique et mentale chez les jeunes, notamment la dépression, les troubles de l’alimentation et même le suicide”, indique le communiqué de Bonta.

Les documents divulgués ont étayé un déluge d’histoires accablantes, notamment blâmant le PDG Mark Zuckerberg pour sa plate-forme se pliant aux censeurs de l’État au Vietnam et soulignant comment le site a attisé la colère au nom de l’engagement des utilisateurs.

Ils ont été divulgués aux législateurs, à un consortium de journalistes et de régulateurs américains par l’ancienne employée de Facebook Frances Haugen, qui est devenue une figure de proue des critiques de la principale plate-forme de médias sociaux.

Haugen a déclaré à l’AFP dans une large interview qu’elle pense que les jeunes ont plus de raisons que quiconque de faire pression sur les sociétés de médias sociaux pour qu’elles fassent mieux.

“Je veux lancer un mouvement de jeunesse”, a-t-elle déclaré, ajoutant que les jeunes qui ont grandi en ligne ne devraient pas se sentir si “impuissants” face aux réseaux sociaux mêlés à leur vie.

À 37 ans, elle souligne que son rôle serait simplement de lancer le mouvement des jeunes, en l’envisageant comme un mouvement basé sur le campus où les étudiants pourraient aider les adolescents à faire face aux problèmes liés à Internet que leurs parents pourraient ne pas comprendre, comme la dépendance aux applications.

Haugen a passé près de deux mois sous les projecteurs à cause de ses affirmations selon lesquelles Facebook a toujours priorisé les profits sur la sécurité des personnes, et les partisans comme les ennemis se demandent ce qui va suivre.

Alors que les reportages cinglants des médias étaient publiés, Facebook a noté dans un dossier réglementaire qu’à partir de septembre “il était devenu l’objet d’enquêtes et de demandes gouvernementales” concernant les documents divulgués aux législateurs et aux régulateurs.

La société a également changé le nom de sa société mère en “Meta” en octobre alors que le géant de la technologie essaie de passer du statut de réseau social en proie aux scandales à sa vision de la réalité virtuelle pour l’avenir.


Lanceur d’alerte sur Facebook : “Je veux lancer un mouvement de jeunesse”


© 2021 AFP

Citation: Impact d’Instagram sur les enfants sondés par les États américains (2021, 18 novembre) récupéré le 18 novembre 2021 à partir de https://techxplore.com/news/2021-11-instagram-impact-children-probed-states.html

Ce document est soumis au droit d’auteur. En dehors de toute utilisation équitable à des fins d’étude ou de recherche privée, aucune partie ne peut être reproduite sans l’autorisation écrite. Le contenu est fourni seulement pour information.