Les vidéos virales copient les chaînes d’information pour diffuser de la désinformation

De nombreuses chaînes YouTube, trouvées à travers l'Afrique et au-delà, mélangent la désinformation avec de vraies nouvelles pour brouiller les lignes et sembler plus

De nombreuses chaînes YouTube, que l’on trouve à travers l’Afrique et au-delà, mélangent désinformation et actualités réelles pour brouiller les pistes et sembler plus crédibles.

Du Mali à l’Australie, les vidéos YouTube à bas prix qui imitent les chaînes d’information sérieuses sont devenues un outil clé pour diffuser la désinformation et monétiser les pièges à clics dans plusieurs langues.

Contrairement aux soi-disant « deepfakes », qui utilisent des technologies sophistiquées pour manipuler subtilement le contenu audiovisuel et le faire paraître aussi réaliste que possible, ces formats sont produits à bas prix et ont tendance à suivre la même formule simple.

Ils s’ouvrent sur un jingle et des graphismes flashy calqués sur de vrais bulletins d’actualité, avant d’afficher une succession rapide de clips et de photos.

Une voix robotique décrit les événements prétendument vus dans les images, souvent accompagnées de sous-titres brouillés et d’animations ringardes.

Sorties à un rythme industriel sur YouTube, les vidéos sont ensuite partagées dans des groupes et des pages Facebook avec des dizaines de milliers de followers.

Bien que les créateurs des vidéos soient difficiles à retracer, les experts affirment que leurs objectifs peuvent aller de semer la confusion et attiser les tensions politiques à gagner des clics et à gagner de l’argent.

« Ce qu’il essaie de faire, c’est de vous distraire avec des images afin que vous ne prêtiez pas trop d’attention à l’audio en cours de lecture », a déclaré Shyam Sundar, fondateur du Media Effects Research Lab à l’Université d’État de Pennsylvanie.

« Les gens ne vont pas scruter strictement le contenu de ce monologue audio, ils sont donc moins susceptibles d’appeler des informations erronées ou de remettre en question des informations ».

« C’est une combinaison mortelle… bombardée de tant d’informations simultanément, votre cerveau essaie de faire face à tous les stimuli et à l’audio en plus. »

« Spam et escroqueries »

Un exemple récent a allégué que le groupe paramilitaire russe Wagner avait inauguré une base au Mali, qui lutte contre une insurrection islamiste et des violences intercommunautaires.

L’affirmation a fait surface au milieu d’informations selon lesquelles Bamako envisageait d’embaucher des mercenaires Wagner après que la France a annoncé qu’elle réduirait sa présence militaire au Sahel.

Cette décision a attisé les craintes internationales quant à l’influence croissante de la Russie dans la région.

La vidéo de sept minutes en français a été vue plus de 37 000 fois depuis sa première publication en novembre sur une chaîne YouTube appelée « Africa24 Infos ».

Mais l’histoire était fausse : AFP Fact Check a découvert que les images étaient soit sorties de leur contexte, soit carrément trafiquées.

Une autre vidéo en anglais prétend faussement montrer l’Australie en train de détruire des bateaux de pêche chinois.

En réalité, la voix informatisée a récité un article d’un site d’information maritime sur l’Australie interceptant des bateaux de pêche illégaux en provenance d’Indonésie, échangeant des « bateaux de pêche indonésiens » contre des « bateaux de pêche chinois ».

Le clip, publié sur la chaîne « Today News Post » le 25 octobre, a jusqu’à présent attiré plus de 25 000 vues.

De nombreuses chaînes YouTube, que l’on trouve à travers l’Afrique et au-delà, mélangent désinformation et actualités réelles pour brouiller les pistes et sembler plus crédibles.

Les vidéos sont « faciles à réaliser et à diffuser en masse », a déclaré l’expert en désinformation Sebastian Dieguez de l’Université de Fribourg en Suisse.

Les coûts de production sont faibles : les gens n’ont besoin que d’un logiciel de script et de synthèse vocale. Il existe même des programmes gratuits qui génèrent automatiquement des vidéos YouTube.

« Semblable aux messages de spam et aux escroqueries, ils essaient de lancer le réseau le plus large possible », a déclaré Dieguez à l’AFP Fact Check.

Il a comparé le phénomène à la popularité du mouvement complotiste américain QAnon, qui ces dernières années est passé des marges des médias sociaux au grand public grâce à des publications largement partagées sur des plateformes comme Facebook et Instagram.

« C’est un nouveau style de complot – un message cryptique qui repose sur les utilisateurs qui l’interprètent de manière active et participative… vous êtes le héros dans tout ça. »

Qui est derrière ?

Au-delà de la composante politique, les clips servent aussi à gagner de l’argent.

« S’il s’agit d’un contenu controversé, il sera cliqué et partagé », a déclaré l’expert des médias Sundar.

« C’est ainsi que l’épidémie de fake news a commencé en 2016 : une bande d’adolescents macédoniens a compris cette formule. Pour eux, l’incitation était économique.

Il y a cinq ans, la Macédoine est devenue un épicentre improbable pour produire et diffuser de la désinformation de masse pour soutenir la campagne électorale américaine de Donald Trump.

Pour l’instant, les producteurs derrière les vidéos low-cost restent pour la plupart dans l’ignorance. Les experts disent que les sources peuvent aller des gouvernements et des trolls russes aux personnes cherchant simplement à tirer profit des appâts cliquables.

« Ces vidéos YouTube diffusées via des comptes Facebook me rappellent les techniques des trolls russes que j’ai découvertes en 2014 et 2015 », a déclaré à l’AFP la journaliste d’investigation finlandaise Jessikka Aro.

« Vous ne pouvez pas attribuer tout le matériel ou les comptes directement à l' »usine à trolls », ou au ministère de la Défense du Kremlin, ou au service militaire russe. Et c’est tout le problème !  »


YouTube dit avoir supprimé 1 mn de vidéos « dangereuses » sur COVID-19


© 2021 AFP

Citation: Les vidéos virales copient les chaînes d’information pour diffuser la désinformation (2021, 8 décembre) récupérées le 8 décembre 2021 sur https://techxplore.com/news/2021-12-viral-videos-news-channels-disinformation.html

Ce document est soumis au droit d’auteur. En dehors de toute utilisation équitable à des fins d’étude ou de recherche privée, aucune partie ne peut être reproduite sans l’autorisation écrite. Le contenu est fourni seulement pour information.