Les recruteurs de crypto voient l’opportunité de recruter des talents au milieu des licenciements de Big Tech • TechCrunch

Un certain nombre de grands ces derniers mois, les sociétés de cryptographie ont licencié des employés dans le but de maintenir leur entreprise à flot. Mais alors que les grands acteurs rejettent les talents dans le bassin, les startups ont la possibilité de les récupérer.

Les recruteurs et les responsables de talents ont partagé leurs réflexions avec TechCrunch sur ce que cela signifie et comment les talents devraient naviguer dans l’environnement de recrutement actuel.

“L’embauche dans un marché baissier est unique en ce sens que ceux qui cherchent à rejoindre l’espace pendant les périodes de ralentissement sont plus susceptibles d’être passionnés, de comprendre et de croire en l’industrie à long terme”, Zack Skelly, responsable des talents chez une société d’investissement axée sur la cryptographie Libellule, a déclaré à TechCrunch. “Ils sont là pour les bonnes raisons, plutôt que simplement avoir besoin de trouver un autre emploi ou espérer profiter financièrement d’un cycle de battage publicitaire.”

Lundi, des rapports ont révélé que Gemini, une startup de cryptographie qui s’est mêlée à Genesis, désormais en faillite, licencie 10% de son personnel, selon des messages internes consultés par The Information. Ce n’était pas non plus la première fois que Gemini licenciait du personnel. En juillet, l’entreprise a procédé à une deuxième série de licenciements, sept semaines seulement après avoir supprimé 10% de ses effectifs en raison de “conditions de marché turbulentes”, a rapporté TechCrunch.

Gemini est l’une des nombreuses grandes entreprises de cryptographie à réduire leurs activités. Plus tôt ce mois-ci, Coinbase et Crypto.com ont tous deux supprimé 20 % de leurs emplois alors que les entreprises tentaient de surmonter le ralentissement du marché de la cryptographie.

Même si les licenciements se produisent dans les grandes entreprises de cryptographie, il ne s’agit que d’un segment dans un redimensionnement plus large des effectifs technologiques : Salesforce, Amazon, Meta, Alphabet et Microsoft ont tous procédé à des licenciements ces dernières semaines.

“Plus généralement, cela signifie l’accès à un bassin encore plus large de talents éprouvés et capables”, a déclaré Gus Brewer, recruteur chez Alchemy, à TechCrunch. “De nombreuses entreprises confrontées à des licenciements sont connues pour leurs normes extrêmement élevées en matière de recrutement, ce qui devrait certainement être pris en compte lors de l’évaluation des nouveaux talents disponibles.”

Certains projets de crypto et startups révisent leurs plans d’embauche pour capitaliser sur cet afflux de talents, a déclaré Skelly. “Pourtant, même si un plus grand nombre de candidats peut faciliter le recrutement global, j’ai entendu certains fondateurs dire qu’il était plus difficile de trouver ceux qui sont vraiment alignés sur la mission. Il y a plus de CV qualifiés qui apparaissent – oui – mais il y a aussi plus à filtrer en ce qui concerne les actifs incorporels.

Mais il est important de noter que tous les secteurs de la cryptographie n’embauchent pas de manière agressive. “Il y a très peu d’opportunités dans le trading en ce moment”, a déclaré Dan Eskow, fondateur de l’agence de talents Web3 Up Top, à TechCrunch. « Il ne semble pas y avoir d’action. Qu’il s’agisse de développeurs, de commerçants, de chercheurs, il n’y a pas grand-chose à faire.

Eskow se concentre sur l’aide aux talents pour trouver des emplois dans des projets ou des entreprises en phase de démarrage. “Vous ne voyez pas une tonne de licenciements [for startups] car beaucoup attendent d’y être obligés. […] Dans l’espace DeFi, il y a une situation de stabilité d’emploi beaucoup plus élevée », a-t-il noté.

Et maintenant, c’est une période lente, a déclaré Tyler Feinerman, responsable des opérations des talents et des personnes chez Wachsman, à TechCrunch.

“Janvier est généralement une période de l’année plus lente pour l’embauche, mais les facteurs macroéconomiques ont certainement exacerbé les conditions”, a noté Feinerman. “Février à avril est généralement la période la plus chaude pour le marché du travail, alors même si les choses peuvent rester un peu plus lentes que d’habitude, je pense que nous pouvons nous attendre à voir des pousses vertes à l’horizon.”

Comment se démarquer