Les bénéfices de Facebook augmentent au milieu des résultats de Facebook Papers

Les bénéfices de Facebook augmentent au milieu des résultats de Facebook Papers

Sur cette photo fournie par le Parlement britannique, la dénonciatrice de Facebook Frances Haugen, à droite, témoigne devant le comité mixte du projet de loi sur la sécurité en ligne, dans le cadre des plans du gouvernement pour la réglementation des médias sociaux, à Londres, le lundi 25 octobre 2021. Haugen a déclaré lundi que Facebook aggravait la haine et l’extrémisme en ligne et a expliqué comment il pourrait améliorer la sécurité en ligne. Crédit : Annabel Moeller/Parlement britannique via AP

Au milieu des retombées des documents de Facebook Papers étayant les affirmations selon lesquelles le réseau social a privilégié le succès financier à la sécurité des utilisateurs, Facebook a annoncé lundi une augmentation de ses bénéfices pour le dernier trimestre.

La dernière démonstration de solidité financière de l’entreprise fait suite à la fois à une avalanche de rapports sur les Facebook Papers – une vaste mine de documents internes rédigés obtenus par un consortium d’agences de presse qui comprenait l’Associated Press – mais aussi du témoignage de Frances Haugen, dénonciatrice de Facebook, devant les législateurs britanniques.

Facebook a déclaré que son bénéfice net avait augmenté de 17% au cours de la période juillet-septembre à 9,19 milliards de dollars, ou 3,22 $ par action, soutenu par de solides revenus publicitaires. C’est contre 7,85 milliards de dollars, ou 2,71 dollars par action, un an plus tôt. Le chiffre d’affaires a augmenté de 35 % pour atteindre 29,01 milliards de dollars. Les analystes s’attendaient en moyenne à un bénéfice de 3,19 $ par action pour un chiffre d’affaires de 24,49 milliards de dollars, selon un sondage de FactSet.

Les actions Facebook ont ​​augmenté de 3,90 $, ou 1 %, pour atteindre 332,43 $ dans les échanges après les heures normales. Il avait clôturé en hausse de 1% pour la journée.

Haugen a déclaré lundi à une commission parlementaire britannique que le géant des médias sociaux alimentait la haine et l’extrémisme en ligne, ne protégeait pas les enfants contre les contenus préjudiciables et n’avait aucune incitation à résoudre les problèmes, donnant ainsi un élan aux efforts des gouvernements européens travaillant sur une réglementation plus stricte des entreprises technologiques.

Les bénéfices de Facebook augmentent au milieu des résultats de Facebook Papers

La dénonciatrice de Facebook Frances Haugen part après avoir témoigné devant la commission mixte du projet de loi sur la sécurité en ligne, dans le cadre des plans du gouvernement britannique pour la réglementation des médias sociaux, à la Chambre du Parlement, à Londres, le lundi 25 octobre 2021. La dénonciatrice de Facebook Frances Haugen a déclaré lundi aux législateurs britanniques que le géant des médias sociaux alimentait la haine et l’extrémisme en ligne, ne protégeait pas les enfants contre les contenus préjudiciables et n’avait aucune incitation à résoudre les problèmes, ce qui a donné une forte impulsion aux efforts des gouvernements européens travaillant sur une réglementation plus stricte des géants de la technologie. Crédit : AP Photo/Matt Dunham

Bien que son témoignage fasse écho à une grande partie de ce qu’elle a dit au Sénat américain ce mois-ci, sa comparution en personne a suscité un vif intérêt de la part d’un comité parlementaire britannique qui est beaucoup plus avancé dans l’élaboration d’une législation pour limiter le pouvoir des sociétés de médias sociaux.

Haugen a déclaré au comité de législateurs britanniques que les groupes Facebook amplifient la haine en ligne, affirmant que les algorithmes qui donnent la priorité à l’engagement prennent les personnes ayant des intérêts dominants et les poussent à l’extrême. L’ancien data scientist de Facebook a déclaré que la société pourrait ajouter des modérateurs pour empêcher les groupes d’une certaine taille d’être utilisés pour diffuser des opinions extrémistes.

« Incontestablement, cela aggrave la haine », a-t-elle déclaré.

Haugen a déclaré qu’elle était « choquée d’entendre récemment que Facebook veut doubler le métaverse et qu’ils vont embaucher 10 000 ingénieurs en Europe pour travailler sur le métaverse », a déclaré Haugen, faisant référence aux plans de l’entreprise pour un monde en ligne immersif. pense que ce sera la prochaine grande tendance Internet.

Les bénéfices de Facebook augmentent au milieu des résultats de Facebook Papers

Sur cette photo fournie par le Parlement britannique, la dénonciatrice de Facebook Frances Haugen, au centre, témoigne devant le comité mixte du projet de loi sur la sécurité en ligne, dans le cadre des plans du gouvernement pour la réglementation des médias sociaux, à Londres, le lundi 25 octobre 2021. Haugen a déclaré lundi que Facebook aggravait la haine et l’extrémisme en ligne et a expliqué comment il pourrait améliorer la sécurité en ligne. Crédit : Annabel Moeller/Parlement britannique via AP

« Je me suis dit : ‘Wow, savez-vous ce que nous aurions pu faire en matière de sécurité si nous avions eu 10 000 ingénieurs de plus ?' », a-t-elle déclaré.

Facebook dit qu’il veut une réglementation pour les entreprises technologiques et était heureux que le Royaume-Uni montre la voie.

« Bien que nous ayons des règles contre les contenus préjudiciables et que nous publions régulièrement des rapports de transparence, nous convenons que nous avons besoin d’une réglementation pour l’ensemble du secteur afin que des entreprises comme la nôtre ne prennent pas ces décisions par nous-mêmes », a déclaré Facebook lundi.

Il a souligné qu’il avait investi 13 milliards de dollars (9,4 milliards de livres) dans la sûreté et la sécurité depuis 2016 et a affirmé qu’il avait « presque réduit de moitié » le nombre de discours de haine au cours des trois derniers trimestres.

Haugen a accusé Instagram, propriété de Facebook, de ne pas avoir empêché les enfants de moins de 13 ans – l’âge minimum d’utilisation – d’ouvrir des comptes, affirmant qu’il ne faisait pas assez pour protéger les enfants des contenus qui, par exemple, les font se sentir mal dans leur corps.

Les bénéfices de Facebook augmentent au milieu des résultats de Facebook Papers

La dénonciatrice de Facebook Frances Haugen part après avoir témoigné devant la commission mixte du projet de loi sur la sécurité en ligne, dans le cadre des plans du gouvernement britannique pour la réglementation des médias sociaux, à la Chambre du Parlement, à Londres, le lundi 25 octobre 2021. La dénonciatrice de Facebook Frances Haugen a déclaré lundi aux législateurs britanniques que le géant des médias sociaux alimentait la haine et l’extrémisme en ligne, ne protégeait pas les enfants contre les contenus préjudiciables et n’avait aucune incitation à résoudre les problèmes, ce qui a donné une forte impulsion aux efforts des gouvernements européens travaillant sur une réglementation plus stricte des géants de la technologie. Crédit : AP Photo/Matt Dunham

« Les propres recherches de Facebook le décrivent comme le récit d’un toxicomane. Les enfants disent: » Cela me rend malheureux, j’ai l’impression que je n’ai pas la capacité de contrôler mon utilisation, et j’ai l’impression que si je partais, je serais ostracisé ,' » elle a dit.

Le mois dernier, la société a retardé les plans d’une version pour enfants d’Instagram, destinée aux moins de 13 ans, afin de répondre aux préoccupations concernant la vulnérabilité des utilisateurs plus jeunes. Haugen a déclaré qu’elle craignait qu’il ne soit pas possible de sécuriser Instagram pour un enfant de 14 ans et que « je doute sincèrement qu’il soit possible de le rendre sûr pour un enfant de 10 ans ».

Elle a également déclaré que les systèmes de modération de Facebook sont moins bons pour capturer du contenu dans des langues autres que l’anglais, et c’est un problème même au Royaume-Uni car c’est un pays diversifié.

« Ces personnes vivent également au Royaume-Uni et sont alimentées par une désinformation dangereuse, qui radicalise les gens », a déclaré Haugen. « Et donc la couverture basée sur la langue n’est pas seulement une bonne chose pour les individus, c’est une question de sécurité nationale. »

Les bénéfices de Facebook augmentent au milieu des résultats de Facebook Papers

La dénonciatrice de Facebook Frances Haugen part après avoir témoigné devant la commission mixte du projet de loi sur la sécurité en ligne, dans le cadre des plans du gouvernement britannique pour la réglementation des médias sociaux, à la Chambre du Parlement, à Londres, le lundi 25 octobre 2021. La dénonciatrice de Facebook Frances Haugen a déclaré lundi aux législateurs britanniques que le géant des médias sociaux alimentait la haine et l’extrémisme en ligne, ne protégeait pas les enfants contre les contenus préjudiciables et n’avait aucune incitation à résoudre les problèmes, ce qui a donné une forte impulsion aux efforts des gouvernements européens travaillant sur une réglementation plus stricte des géants de la technologie. Crédit : AP Photo/Matt Dunham

Pressée de savoir si elle pense que Facebook est fondamentalement mauvais, Haugen s’est opposée et a déclaré: « Je ne peux pas voir dans le cœur des hommes. » Facebook n’est pas méchant, mais négligent, a-t-elle suggéré.

« Il croit en un monde plat et il n’acceptera pas les conséquences de ses actions », soulignant son gigantesque siège social à un niveau et décloisonné comme une incarnation de la philosophie.

Il s’agissait de la deuxième comparution de Haugen devant les législateurs après avoir témoigné aux États-Unis sur le danger que représente, selon elle, l’entreprise, qu’il s’agisse de nuire aux enfants, d’inciter à la violence politique et d’alimenter la désinformation. Haugen a cité des documents de recherche internes qu’elle a secrètement copiés avant de quitter son travail dans l’unité d’intégrité civique de Facebook.

Les documents, que Haugen a fournis à la Securities and Exchange Commission des États-Unis, allèguent que Facebook a accordé la priorité aux profits sur la sécurité et a caché ses propres recherches aux investisseurs et au public. Certaines histoires basées sur les fichiers ont déjà été publiées, exposant les troubles internes après que Facebook a été aveuglé par l’émeute du Capitole américain du 6 janvier et comment il a tergiversé sur la limitation du contenu qui divise en Inde. Plus est à venir.

  • Les bénéfices de Facebook augmentent au milieu des résultats de Facebook Papers

    Sur cette photo fournie par le Parlement britannique, la dénonciatrice de Facebook Frances Haugen, deuxième à gauche, témoigne devant le comité mixte du projet de loi sur la sécurité en ligne, dans le cadre des plans du gouvernement pour la réglementation des médias sociaux, à Londres, le lundi 25 octobre 2021 Haugen a déclaré lundi que Facebook aggravait la haine et l’extrémisme en ligne et a expliqué comment il pourrait améliorer la sécurité en ligne. Crédit : Annabel Moeller/Parlement britannique via AP

  • Les bénéfices de Facebook augmentent au milieu des résultats de Facebook Papers

    La militante principale de SumOfUs Flora Rebello Arduini ajuste une installation devant le parlement à Westminster à Londres, le lundi 25 octobre 2021. Une installation de 4 mètres de haut représentant Mark Zuckerberg surfant sur une vague d’argent a été construite devant le parlement, alors que la dénonciatrice Facebook Frances Haugen doit témoigner devant les députés sur la façon dont l’entreprise fait passer les bénéfices avant la sécurité publique. L’action intervient après que la recherche SumOfUs a révélé qu’Instagram regorge toujours de publications faisant la promotion des troubles de l’alimentation, des compléments alimentaires non prouvés et des produits de blanchiment de la peau. Crédit : AP Photo/Kirsty Wigglesworth

  • Les bénéfices de Facebook augmentent au milieu des résultats de Facebook Papers

    La militante principale de SumOfUs Flora Rebello Arduini ajuste une installation devant le parlement à Westminster à Londres, le lundi 25 octobre 2021. Une installation de 4 mètres de haut représentant Mark Zuckerberg surfant sur une vague d’argent a été construite devant le parlement, alors que la dénonciatrice Facebook Frances Haugen doit témoigner devant les députés sur la façon dont l’entreprise fait passer les bénéfices avant la sécurité publique. L’action intervient après que la recherche SumOfUs a révélé qu’Instagram regorge toujours de publications faisant la promotion des troubles de l’alimentation, des compléments alimentaires non prouvés et des produits de blanchiment de la peau. Crédit : AP Photo/Kirsty Wigglesworth

Des représentants de Facebook et d’autres sociétés de médias sociaux prévoient de s’adresser au comité britannique jeudi.

Les législateurs britanniques rédigent un projet de loi sur la sécurité en ligne appelant à la mise en place d’un régulateur qui obligerait les entreprises à rendre des comptes lorsqu’il s’agit de supprimer les contenus préjudiciables ou illégaux de leurs plateformes, tels que du matériel terroriste ou des images d’abus sexuels sur des enfants.

Haugen doit rencontrer le mois prochain des responsables de l’Union européenne à Bruxelles, où la commission exécutive du bloc met à jour son règlement numérique pour mieux protéger les internautes en tenant les entreprises en ligne plus responsables des contenus illégaux ou dangereux.

En vertu des règles britanniques, qui devraient entrer en vigueur l’année prochaine, les géants de la Silicon Valley s’exposent à une pénalité pouvant aller jusqu’à 10 % de leurs revenus mondiaux pour toute violation. L’UE propose une sanction similaire.


Le lanceur d’alerte Haugen témoignera alors que le Royaume-Uni scrute Facebook


© 2021 La Presse Associée. Tous les droits sont réservés. Ce matériel ne peut pas être publié, diffusé, réécrit ou redistribué sans autorisation.

Citation: Les bénéfices de Facebook augmentent au milieu des résultats de Facebook Papers (2021, 26 octobre) récupérés le 26 octobre 2021 à partir de https://techxplore.com/news/2021-10-facebook-profits-papers.html

Ce document est soumis au droit d’auteur. En dehors de toute utilisation équitable à des fins d’étude ou de recherche privée, aucune partie ne peut être reproduite sans l’autorisation écrite. Le contenu est fourni seulement pour information.