Le leasing à risque : le héros méconnu des startups de matériel qui peinent à lever des capitaux

Financement mondial en février 2023 a chuté de 63 % par rapport à l’année précédente, avec seulement 18 milliards de dollars d’investissements. Pour les startups de robotique, cela ne s’est pas amélioré : 2022 a été la deuxième pire année de financement au cours des cinq dernières années, et les chiffres de 2023 vont dans la même direction.

Ce comportement des investisseurs face à l’incertitude et à l’austérité est justifié, en particulier lorsque les entreprises de matériel brûlent de l’argent plus rapidement que le SaaS. Ainsi, les fondateurs de startups de robotique et d’autres entreprises lourdes en équipement se demandent s’ils seront en mesure de clôturer leur prochain cycle de financement ou s’ils devront recourir à l’acquisition.

Mais il existe un juste milieu entre les emprunts coûteux et le financement par capital-risque qui fonctionne particulièrement bien pour les startups de matériel : le crédit-bail à risque.

Il existe un juste milieu entre les emprunts coûteux et le financement par capital-risque qui fonctionne particulièrement bien pour les startups de matériel : le crédit-bail à risque.

Les startups matérielles sont mieux adaptées que les éditeurs de logiciels pour ce type de financement car elles disposent d’actifs tangibles, équilibrant la nature à haut risque de l’industrie avec un passif.

En tant que PDG d’une start-up de robotique qui a récemment obtenu un contrat de crédit-bail de 10 millions de dollars, je décrirai les avantages de ce type d’accord pour les entreprises de matériel informatique et comment conclure un accord gagnant-gagnant lorsque la clôture d’un cycle n’est pas une option.

Pourquoi les contrats de leasing à risque sont-ils compatibles avec les startups matérielles ?

Contrairement à quelques développeurs ici et là dans le SaaS, les entreprises de matériel nécessitent une recherche et un développement (R&D) intensifs, des dépenses en capital (CapEx) et une main-d’œuvre manuelle pour fabriquer leurs produits. Il n’est donc pas surprenant que le taux de consommation de trésorerie de ce dernier soit plus de deux fois et demie supérieur à celui du premier.

Les startups matérielles essaient constamment d’éviter la dilution lors de la levée de fonds en raison de leurs opérations à forte intensité de capital. Par conséquent, le crédit-bail à risque peut être un soulagement pour les fondateurs car il leur donne l’argent dont ils ont besoin à l’avance sans compromettre les capitaux propres de leur entreprise.

Plutôt que de prendre une part des actions ou des capitaux propres d’une entreprise, le crédit-bail à risque considère les actifs physiques de l’entreprise comme un passif pour garantir le prêt, ce qui permet aux startups de l’obtenir plus facilement. C’est aussi un investissement à moindre risque et permet à l’entreprise de conserver 100% de sa propriété.

Ces accords fonctionnent comme un crédit-bail automobile, où la banque est techniquement propriétaire de la voiture (le produit manufacturé) tandis que la startup paie une mensualité pour la conserver et, dans la plupart des cas, l’exploiter comme elle le souhaite. Les prêteurs sont souvent plus flexibles avec les termes de leur accord que les autres bailleurs de fonds.

Au-delà d’éviter la dilution, le crédit-bail prélève théoriquement les équipements d’une entreprise sur ses actifs immobilisés, permettant des marges plus efficaces en termes de rentabilité.

Le plus : Booster l’équipement en tant que service

Avec le leasing à risque, une startup peut louer des actifs tels que des équipements, des biens immobiliers ou même de la propriété intellectuelle auprès d’une société de leasing spécialisée. Ils reçoivent les actifs en échange d’un loyer mensuel sur une durée fixe, généralement plus courte que le financement traditionnel.

rewrite this content and keep HTML tags

Financement mondial en février 2023 a chuté de 63 % par rapport à l’année précédente, avec seulement 18 milliards de dollars d’investissements. Pour les startups de robotique, cela ne s’est pas amélioré : 2022 a été la deuxième pire année de financement au cours des cinq dernières années, et les chiffres de 2023 vont dans la même direction.

Ce comportement des investisseurs face à l’incertitude et à l’austérité est justifié, en particulier lorsque les entreprises de matériel brûlent de l’argent plus rapidement que le SaaS. Ainsi, les fondateurs de startups de robotique et d’autres entreprises lourdes en équipement se demandent s’ils seront en mesure de clôturer leur prochain cycle de financement ou s’ils devront recourir à l’acquisition.

Mais il existe un juste milieu entre les emprunts coûteux et le financement par capital-risque qui fonctionne particulièrement bien pour les startups de matériel : le crédit-bail à risque.

Il existe un juste milieu entre les emprunts coûteux et le financement par capital-risque qui fonctionne particulièrement bien pour les startups de matériel : le crédit-bail à risque.

Les startups matérielles sont mieux adaptées que les éditeurs de logiciels pour ce type de financement car elles disposent d’actifs tangibles, équilibrant la nature à haut risque de l’industrie avec un passif.

En tant que PDG d’une start-up de robotique qui a récemment obtenu un contrat de crédit-bail de 10 millions de dollars, je décrirai les avantages de ce type d’accord pour les entreprises de matériel informatique et comment conclure un accord gagnant-gagnant lorsque la clôture d’un cycle n’est pas une option.

Pourquoi les contrats de leasing à risque sont-ils compatibles avec les startups matérielles ?

Contrairement à quelques développeurs ici et là dans le SaaS, les entreprises de matériel nécessitent une recherche et un développement (R&D) intensifs, des dépenses en capital (CapEx) et une main-d’œuvre manuelle pour fabriquer leurs produits. Il n’est donc pas surprenant que le taux de consommation de trésorerie de ce dernier soit plus de deux fois et demie supérieur à celui du premier.

Les startups matérielles essaient constamment d’éviter la dilution lors de la levée de fonds en raison de leurs opérations à forte intensité de capital. Par conséquent, le crédit-bail à risque peut être un soulagement pour les fondateurs car il leur donne l’argent dont ils ont besoin à l’avance sans compromettre les capitaux propres de leur entreprise.

Plutôt que de prendre une part des actions ou des capitaux propres d’une entreprise, le crédit-bail à risque considère les actifs physiques de l’entreprise comme un passif pour garantir le prêt, ce qui permet aux startups de l’obtenir plus facilement. C’est aussi un investissement à moindre risque et permet à l’entreprise de conserver 100% de sa propriété.

Ces accords fonctionnent comme un crédit-bail automobile, où la banque est techniquement propriétaire de la voiture (le produit manufacturé) tandis que la startup paie une mensualité pour la conserver et, dans la plupart des cas, l’exploiter comme elle le souhaite. Les prêteurs sont souvent plus flexibles avec les termes de leur accord que les autres bailleurs de fonds.

Au-delà d’éviter la dilution, le crédit-bail prélève théoriquement les équipements d’une entreprise sur ses actifs immobilisés, permettant des marges plus efficaces en termes de rentabilité.

Le plus : Booster l’équipement en tant que service

Avec le leasing à risque, une startup peut louer des actifs tels que des équipements, des biens immobiliers ou même de la propriété intellectuelle auprès d’une société de leasing spécialisée. Ils reçoivent les actifs en échange d’un loyer mensuel sur une durée fixe, généralement plus courte que le financement traditionnel.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :