Le lanceur d’alerte Haugen témoignera alors que le Royaume-Uni scrute Facebook

Le lanceur d'alerte Haugen témoignera alors que le Royaume-Uni scrute Facebook

Dans cette photo d’archive du 5 octobre 2021, l’ancienne employée de Facebook Frances Haugen prend la parole lors d’une audition du sous-comité sénatorial du commerce, des sciences et des transports sur la protection des consommateurs, la sécurité des produits et la sécurité des données, à Capitol Hill, à Washington. L’ancien data scientist de Facebook devenu lanceur d’alerte, Haugen prévoit de répondre aux questions des législateurs britanniques qui travaillent sur une législation visant à restreindre le pouvoir des sociétés de médias sociaux. Haugen doit comparaître le lundi 25 octobre 2021 devant une commission parlementaire chargée d’examiner le projet de loi du gouvernement britannique visant à réprimer les contenus en ligne préjudiciables. Crédit : AP Photo/Alex Brandon, dossier

L’ancienne data scientist de Facebook devenue lanceuse d’alerte, Frances Haugen, prévoit de répondre lundi aux questions des législateurs britanniques qui travaillent sur une législation visant à restreindre le pouvoir des sociétés de médias sociaux.

Haugen doit comparaître devant une commission parlementaire chargée d’examiner le projet de loi du gouvernement britannique visant à réprimer les contenus en ligne préjudiciables, et ses commentaires pourraient aider les législateurs à renforcer les nouvelles règles. Elle témoigne le jour même où Facebook devrait publier ses derniers résultats.

Ce sera sa deuxième comparution devant les législateurs après avoir témoigné devant le Sénat américain plus tôt ce mois-ci sur le danger que représente, selon elle, l’entreprise, allant de nuire aux enfants à l’incitation à la violence politique et à la désinformation. Haugen a cité des documents de recherche internes qu’elle a secrètement copiés avant de quitter son travail dans l’unité d’intégrité civique de Facebook.

Elle a déclaré aux législateurs américains qu’elle pensait qu’un régulateur fédéral était nécessaire pour superviser les géants du numérique comme Facebook, ce sur quoi les responsables britanniques et européens travaillent déjà.

Le projet de loi du gouvernement britannique sur la sécurité en ligne appelle à la mise en place d’un régulateur qui tiendrait les entreprises responsables lorsqu’il s’agit de supprimer le contenu préjudiciable ou illégal de leurs plateformes, tel que le matériel terroriste ou les images d’abus sexuels sur des enfants.

« C’est un moment assez important », a déclaré Damian Collins, le législateur qui préside le comité, avant l’audience. « C’est un moment, un peu comme Cambridge Analytica, mais peut-être plus grand dans la mesure où je pense qu’il offre une véritable fenêtre sur l’âme de ces entreprises. »

Collins faisait référence à la débâcle de 2018 impliquant la société d’exploration de données Cambridge Analytica, qui a recueilli des détails sur pas moins de 87 millions d’utilisateurs de Facebook sans leur autorisation.

Haugen doit également rencontrer le mois prochain des responsables de l’Union européenne à Bruxelles, où la commission exécutive du bloc met à jour son règlement numérique pour mieux protéger les internautes en tenant les entreprises en ligne plus responsables des contenus illégaux ou dangereux.

En vertu des règles britanniques, qui devraient entrer en vigueur l’année prochaine, les géants de la Silicon Valley s’exposent à une pénalité pouvant aller jusqu’à 10 % de leurs revenus mondiaux pour toute violation. L’UE propose une sanction similaire.

Le comité britannique espère en savoir plus de Haugen sur les données recueillies par les entreprises technologiques. Collins a déclaré que les fichiers internes que Haugen a remis aux autorités américaines sont importants car ils montrent le type d’informations détenues par Facebook et ce que les régulateurs devraient demander lorsqu’ils enquêtent sur ces sociétés.

Le comité a déjà entendu une autre dénonciatrice de Facebook, Sophie Zhang, qui a sonné l’alarme après avoir trouvé des preuves de manipulation politique en ligne dans des pays comme le Honduras et l’Azerbaïdjan avant son licenciement.


Facebook est prêt à ouvrir les algorithmes aux régulateurs, selon le vice-président mondial


© 2021 La Presse Associée. Tous les droits sont réservés. Ce matériel ne peut pas être publié, diffusé, réécrit ou redistribué sans autorisation.

Citation: Le lanceur d’alerte Haugen témoignera alors que le Royaume-Uni scrute Facebook (2021, 25 octobre) récupéré le 25 octobre 2021 sur https://techxplore.com/news/2021-10-whistleblower-haugen-testify-uk-scrutinizes.html

Ce document est soumis au droit d’auteur. En dehors de toute utilisation équitable à des fins d’étude ou de recherche privée, aucune partie ne peut être reproduite sans l’autorisation écrite. Le contenu est fourni seulement pour information.