Le cryptage quantique pour renforcer l’autonomie européenne

Le cryptage quantique pour renforcer l'autonomie européenne

Crédit : Agence spatiale européenne

Les cyberattaques et la géopolitique menacent le monde de plus en plus numérique d’aujourd’hui, entraînant la perturbation des approvisionnements essentiels tels que l’électricité et l’eau. L’ESA, la Commission européenne et les sociétés spatiales européennes s’associent pour travailler à la mise en place d’un système de connectivité par satellite hautement sécurisé pour l’UE, basé sur les lois inviolables de la physique.

Le satellite Eagle-1 sera le premier système spatial de distribution de clés quantiques en Europe à être développé dans le cadre de ce partenariat, dans le cadre d’un contrat qui vient d’être conclu entre l’ESA et SES, dont le siège est à Luxembourg, avec le soutien de la Commission européenne. SES dirige un consortium de plus de 20 entreprises européennes.

Le satellite ouvrira la voie à un réseau ultra-sécurisé qui s’appuie sur les lois de la mécanique quantique pour assurer la sécurité des informations, renforçant considérablement l’autonomie européenne en matière de cybersécurité et de communications.

Eagle-1 démontrera la faisabilité de la technologie de distribution de clés quantiques – qui utilise les principes de la mécanique quantique pour distribuer des clés de chiffrement de telle sorte que toute tentative d’écoute soit immédiatement détectée – au sein de l’UE à l’aide d’un système par satellite. Pour ce faire, le système s’appuiera sur des technologies clés développées dans le cadre du programme Scylight de l’ESA, dans le but de valider des composants vitaux fournis au sein de l’UE.

Il démontrera et validera les technologies de distribution de clés quantiques de l’orbite terrestre basse au sol et fournira des données de mission précieuses pour le développement et le déploiement de l’infrastructure européenne de communication quantique (EuroQCI), qui sera intégrée au système européen de connectivité sécurisée. Il permettra à l’UE de se préparer à un réseau de communications sécurisé quantique transfrontalier souverain et autonome.

Le système utilisera initialement un terminal au sol optique amélioré du Centre aérospatial allemand (DLR) aux côtés d’un nouveau terminal au sol optique qui sera développé par une équipe des Pays-Bas. Le satellite de la plate-forme Eagle-1 sera exploité par SES, dont le siège est au Luxembourg. Les autres États membres de l’ESA impliqués dans le projet sont l’Autriche, la Belgique, la République tchèque, l’Italie et la Suisse.

Le satellite Eagle-1 doit être lancé en 2024 et achèvera ensuite trois ans de validation en orbite soutenue par la Commission européenne.

Josef Aschbacher, directeur général de l’ESA, a déclaré : « L’innovation spatiale européenne a pris un essor considérable, tant du point de vue technologique qu’en termes de commercialisation. Elle nous permet de développer et de mettre en œuvre des projets évolutifs de nouvelle génération dans l’espace dans des domaines critiques tels que la sécurité communication, réseaux de nouvelle génération et cybersécurité. Dirigé par l’ESA, partiellement financé par la Commission européenne et mis en œuvre par SES, Eagle-1 est une étape majeure vers la concrétisation de l’infrastructure européenne de communications quantiques sécurisée et évolutive.”

Elodie Viau, directrice des télécommunications et des applications intégrées à l’ESA, a déclaré : « Dans le monde de plus en plus interconnecté d’aujourd’hui, la sécurisation des informations est primordiale. Des clés de chiffrement robustes ainsi que des technologies permettant leur distribution sécurisée sont essentielles à cette entreprise. Nous sommes fiers de forger ce partenariat entre l’ESA et un consortium dirigé par SES pour créer le système de distribution de clés quantiques hautement sécurisé et autonome Eagle-1. L’ESA permet à l’industrie spatiale européenne de réussir en fédérant l’industrie autour de programmes à grande échelle, réalisant des bonds en avant compétitifs.”

Steve Collar, directeur général de SES, a déclaré : « La sécurité et la souveraineté européennes dans un futur monde d’informatique quantique sont essentielles au succès de l’Europe et de ses États membres. Nous sommes fiers de tirer parti de nos références multi-orbites et de nos plateformes et solutions en partenariat avec l’ESA, la Commission européenne et le gouvernement luxembourgeois pour faire progresser les communications quantiques et développer le système Eagle-1 afin de prendre en charge les réseaux européens sécurisés et souverains du futur.”


Le satellite défini par logiciel entre en service commercial


Fourni par l’Agence spatiale européenne

Citation: Cryptage quantique pour stimuler l’autonomie européenne (2022, 22 septembre) récupéré le 22 septembre 2022 sur https://techxplore.com/news/2022-09-quantum-encryption-boost-european-autonomy.html

Ce document est soumis au droit d’auteur. En dehors de toute utilisation loyale à des fins d’étude ou de recherche privée, aucune partie ne peut être reproduite sans l’autorisation écrite. Le contenu est fourni seulement pour information.