La startup new-yorkaise veut laisser une trace avec des tatouages ​​éphémères

Abigail Glasgow reçoit son tatouage temporaire à New York

Abigail Glasgow reçoit son tatouage temporaire à New York

Ni marque permanente ni virement papier: une start-up new-yorkaise a créé les premiers tatouages ​​qui disparaissent complètement au bout d’un moment, visant à ouvrir le marché de l’encre corporelle à une nouvelle clientèle.

«Ça va s’estomper donc je ne suis pas trop inquiète», dit Abigail Glasgow avec un regard malicieux, car la première lettre du nom de son fiancé est tatouée sur son avant-bras.

Pendant des années, des tatoueurs amateurs du monde entier – principalement en Asie – ont proposé des tatouages ​​«semi-permanents», affirmant que l’utilisation d’encre végétale et une moindre pénétration de la peau les feraient disparaître à terme.

Mais dans la pratique, les tatouages ​​n’ont tendance qu’à se détériorer, sans disparaître complètement et provoquant souvent des lésions, au point que plusieurs tatoueurs professionnels ont tiré la sonnette d’alarme.

Après six ans de développement, la société Ephemeral a créé une encre composée de polymères biodégradables qui se dissout naturellement entre neuf et 15 mois après le même processus d’encrage qu’un tatouage conventionnel.

Josh Sakhai, l’un des trois co-fondateurs d’Ephemeral, était étudiant à l’Université de New York quand il voulait se faire tatouer définitivement, mais avait « trop ​​peur » à cause de la réaction de sa famille d’origine iranienne.

Il a donc décidé de créer un tatouage temporaire fait d’encre qui s’estompe. L’effort a nécessité 50 formulations différentes avant qu’il ne trouve la bonne, dont un certain nombre Sakhai a testé sur lui-même.

Josh Sakhai, l'un des trois co-fondateurs d'Ephemeral, montre les tatouages ​​temporaires sur son corps

Josh Sakhai, l’un des trois co-fondateurs d’Ephemeral, montre les tatouages ​​temporaires sur son corps

Se décrivant en plaisantant comme un « cochon d’Inde », Sakhai montre du doigt plusieurs endroits sur ses bras où il dit qu’il avait l’habitude de se faire tatouer.

Sakhai a développé la formule dans un laboratoire de Milford, Connecticut, juste au nord de New York, en collaboration avec des dermatologues. Ils n’utilisaient que des produits approuvés par le régulateur américain de la Food and Drug Administration.

Sakhai assure que, comme les tatouages ​​permanents, les tatouages ​​éphémères ne se diluent pas ou ne se brouillent pas sporadiquement avec le temps. Au lieu de cela, les lignes restent nettes et les dessins s’estompent uniformément, dit-il.

‘Espiègle’

Le salon de tatouage éphémère a ouvert ses portes dans le quartier de Williamsburg à Brooklyn à la fin du mois de mars. Pour l’instant, seule l’encre noire est disponible, mais d’autres couleurs sont attendues.

«Ce que nous faisons, c’est ouvrir la possibilité de faire des tatouages ​​à une toute nouvelle clientèle qui auparavant ne recevait pas de tatouage permanent», déclare Sakhai.

Le tatouage éphémère, qui coûte entre 175 $ et 450 $, peut être un pas vers les gens qui décident de se faire tatouer définitivement, selon le jeune entrepreneur.

La tatoueuse Marissa Boulay offre à Abigail Glasgow un tatouage éphémère à New York

La tatoueuse Marissa Boulay offre à Abigail Glasgow un tatouage éphémère à New York

«Cela élargit vraiment les possibilités de la communauté traditionnelle», dit-il.

Ephemeral a recruté des tatoueurs plus habitués à encrer des dessins permanents, comme Marissa Boulay, 29 ans, qui dessine le «M» sur l’avant-bras de Glasgow, qui présente également des tatouages ​​permanents.

«Je peux être plus joueur», déclare Glasgow. «Je peux décider plus spontanément de ce que je veux faire» en termes de design et d’emplacement.

C’est aussi l’occasion pour elle de tester un dessin de fleur pour voir si elle l’aime suffisamment pour le faire en permanence.

Les tatouages, autrefois associés aux rebelles de la société, sont de plus en plus courants parmi la génération Y.

Environ 40% des 18-34 ans aux États-Unis ont au moins un tatouage, selon une étude réalisée en 2019 par le Nielsen Institute.

«Nous n’essayons pas de changer quoi que ce soit. Nous acceptons simplement les changements qui se produisent», déclare Boulay, une vétéran de l’industrie du tatouage depuis 11 ans qui est elle-même couverte de tatouages.

« Je pense que les tatouages ​​concernent l’expression de soi et l’art. Et je pense que nous essayons simplement de permettre à plus de gens de vivre cette expérience », ajoute-t-elle.


Vidéo: Chimie des tatouages


© 2021 AFP

Citation: La startup new-yorkaise vise à laisser une trace avec des tatouages ​​éphémères (27 avril 2021) récupéré le 27 avril 2021 sur https://techxplore.com/news/2021-04-york-startup-aims-ephemeral-tattoos.html

Ce document est soumis au droit d’auteur. En dehors de toute utilisation équitable à des fins d’étude ou de recherche privée, aucune partie ne peut être reproduite sans l’autorisation écrite. Le contenu est fourni seulement pour information.