La société de capital-risque Maniv se développe dans toutes les directions, armée d'un nouveau fonds de 140 millions de dollars

La société de capital-risque Maniv s’est développée dans presque tous les domaines depuis son lancement il y a huit ans en Israël – depuis sa base d’investisseurs et son portefeuille de 40 startups jusqu’à sa concentration géographique, sa présence et la taille de ses fonds.

Mais même avec un fonds de 140 millions de dollars récemment fermé dans ses coffres et un nouveau bureau à New York, le fondateur Michael Granoff affirme que Maniv n'est encore dans l'âme qu'un fonds de démarrage « qui enfreint parfois ses propres règles ».

Cela signifie en grande partie la même chose que lors de son lancement en 2016 : une stratégie d’investissement précoce axée sur ce que l’entreprise décrit comme l’intersection entre la mobilité, le transport et l’énergie.

Il existe cependant quelques évolutions notables qui font allusion à la stratégie d'investissement de Maniv avec son troisième et dernier fonds connu sous le nom de Maniv III, a appris Testeur Joe en exclusivité. Maniv, autrefois fermement concentré sur les startups israéliennes, continue d'élargir sa portée géographique et possède désormais un portefeuille de sociétés actives dans neuf pays.

“Nous allons donc certainement garder un œil sur le marché local ici, mais nous rechercherons les meilleures offres et apprendrons tout ce que nous pouvons du flux de transactions qui arrive de manière très distribuée en provenance du monde entier”, a déclaré Granoff.

La société de capital-risque a également largement cessé d’utiliser le terme générique autrefois à la mode « mobilité » (en le laissant souvent en dehors de son nom d’origine Maniv Mobility) et a plutôt choisi de parler de technologie profonde, de décarbonisation et de numérisation du secteur des transports.

“Je pensais que la trajectoire de ce terme (mobilité) allait continuer à se clarifier au fil du temps, mais en fait, je pense que c'est le contraire qui s'est produit pour de nombreuses raisons”, a expliqué Granoff, ajoutant que même si le terme mobilité n'est peut-être pas utilisé comme souvent, elle reste au cœur de sa mission.

Nate Jaret, associé général chez Maniv, a déclaré que le fonds de 140 millions de dollars reflète de nouveaux objectifs : un groupe d'investisseurs plus diversifié ainsi que l'inclusion d'investisseurs financiers qui voient la décarbonisation et la numérisation de toutes les formes de transport (même aérien et maritime). comme une tendance séculaire irréversible qui génère les meilleurs rendements financiers.

Historiquement, la base d’investisseurs de Maniv était composée de constructeurs automobiles. Il reflète désormais mieux les innombrables affluents essentiels du transport et de la mobilité, explique Jaret. En d’autres termes, Maniv est sorti de l’automobile traditionnelle pour trouver des investisseurs stratégiques dans les domaines du leasing, de la fintech, de la logistique, de la maintenance des véhicules, de l’énergie, de la gestion et de la réparation de flottes.

Ses nouveaux investisseurs dans le fonds, un groupe qui comprend BNP Paribas Personal Finance et les branches capital-risque de Shell et Enterprise Mobility, représentent « la riche mosaïque d'industries directement touchées par les changements dans le secteur des transports sur ces thèmes de décarbonisation et de numérisation ». dit Jaret. “Ce ne sont pas seulement les constructeurs automobiles et les acteurs de niveau 1 qui fabriquent les plateformes, mais aussi les acteurs de l'assurance après-vente, de la maintenance, de la réparation, des infrastructures et de l'énergie qui tentent de comprendre leur nouvelle position.”

Le fonds Maniv III comprend également les investisseurs de retour Valeo et InMotion Ventures, la branche de capital-risque de Jaguar-Land Rover. Tissé Capital de Toyota Motor Corp., la société de location de véhicules Arval, le géant des infrastructures de transport Ferrovial, la société de fabrication industrielle ITT Inc., l'entreprise de paiement de flotte WEX et une compagnie d'assurance européenne anonyme ont également participé au fonds.

Le fonds de Maniv reflète également une stratégie d'investissement évolutive.

La société, qui gère près de 320 millions de dollars d’actifs, a précédemment dirigé des investissements dans la start-up de puces de calcul d’IA Hailo à Tel Aviv ; Réseau de covoiturage et de recharge pour véhicules électriques Revel à New York ; le constructeur de camions électriques moyens Harbinger Motors en Californie ; la plateforme de bus interurbains Kolors à Mexico ; River, une startup indienne de véhicules électriques à deux roues ; et l'abonnement automobile espagnol Bipi, acquis par la branche de financement de Renault, RCI Banque, en 2021.

Maniv s’insinue désormais dans le monde plus large des technologies climatiques – du moins là où il chevauche le transport. La société a utilisé le nouveau fonds pour réaliser quatre investissements à ce jour, notamment dans une startup basée à Chicago appelée Celadyne qui s'efforce de prolonger la durée de vie et l'efficacité des membranes échangeuses de protons afin de rendre la production d'hydrogène vert financièrement viable.

Le fonds a également investi dans la startup israélienne Neologic, qui a développé une conception de puce exclusive pour des gains de performances et de puissance dans les centres de données et l'automobile ; une startup d'échange de batteries de motos électriques appelée Vammo, basée au Brésil ; et Circular, basée à San Francisco, qui encourage l'utilisation de plastique recyclé post-consommation dans la fabrication en comblant les lacunes en matière d'informations omniprésentes et de tests.

rewrite this content and keep HTML tags

La société de capital-risque Maniv s’est développée dans presque tous les domaines depuis son lancement il y a huit ans en Israël – depuis sa base d’investisseurs et son portefeuille de 40 startups jusqu’à sa concentration géographique, sa présence et la taille de ses fonds.

Mais même avec un fonds de 140 millions de dollars récemment fermé dans ses coffres et un nouveau bureau à New York, le fondateur Michael Granoff affirme que Maniv n'est encore dans l'âme qu'un fonds de démarrage « qui enfreint parfois ses propres règles ».

Cela signifie en grande partie la même chose que lors de son lancement en 2016 : une stratégie d’investissement précoce axée sur ce que l’entreprise décrit comme l’intersection entre la mobilité, le transport et l’énergie.

Il existe cependant quelques évolutions notables qui font allusion à la stratégie d'investissement de Maniv avec son troisième et dernier fonds connu sous le nom de Maniv III, a appris Testeur Joe en exclusivité. Maniv, autrefois fermement concentré sur les startups israéliennes, continue d'élargir sa portée géographique et possède désormais un portefeuille de sociétés actives dans neuf pays.

“Nous allons donc certainement garder un œil sur le marché local ici, mais nous rechercherons les meilleures offres et apprendrons tout ce que nous pouvons du flux de transactions qui arrive de manière très distribuée en provenance du monde entier”, a déclaré Granoff.

La société de capital-risque a également largement cessé d’utiliser le terme générique autrefois à la mode « mobilité » (en le laissant souvent en dehors de son nom d’origine Maniv Mobility) et a plutôt choisi de parler de technologie profonde, de décarbonisation et de numérisation du secteur des transports.

“Je pensais que la trajectoire de ce terme (mobilité) allait continuer à se clarifier au fil du temps, mais en fait, je pense que c'est le contraire qui s'est produit pour de nombreuses raisons”, a expliqué Granoff, ajoutant que même si le terme mobilité n'est peut-être pas utilisé comme souvent, elle reste au cœur de sa mission.

Nate Jaret, associé général chez Maniv, a déclaré que le fonds de 140 millions de dollars reflète de nouveaux objectifs : un groupe d'investisseurs plus diversifié ainsi que l'inclusion d'investisseurs financiers qui voient la décarbonisation et la numérisation de toutes les formes de transport (même aérien et maritime). comme une tendance séculaire irréversible qui génère les meilleurs rendements financiers.

Historiquement, la base d’investisseurs de Maniv était composée de constructeurs automobiles. Il reflète désormais mieux les innombrables affluents essentiels du transport et de la mobilité, explique Jaret. En d’autres termes, Maniv est sorti de l’automobile traditionnelle pour trouver des investisseurs stratégiques dans les domaines du leasing, de la fintech, de la logistique, de la maintenance des véhicules, de l’énergie, de la gestion et de la réparation de flottes.

Ses nouveaux investisseurs dans le fonds, un groupe qui comprend BNP Paribas Personal Finance et les branches capital-risque de Shell et Enterprise Mobility, représentent « la riche mosaïque d'industries directement touchées par les changements dans le secteur des transports sur ces thèmes de décarbonisation et de numérisation ». dit Jaret. “Ce ne sont pas seulement les constructeurs automobiles et les acteurs de niveau 1 qui fabriquent les plateformes, mais aussi les acteurs de l'assurance après-vente, de la maintenance, de la réparation, des infrastructures et de l'énergie qui tentent de comprendre leur nouvelle position.”

Le fonds Maniv III comprend également les investisseurs de retour Valeo et InMotion Ventures, la branche de capital-risque de Jaguar-Land Rover. Tissé Capital de Toyota Motor Corp., la société de location de véhicules Arval, le géant des infrastructures de transport Ferrovial, la société de fabrication industrielle ITT Inc., l'entreprise de paiement de flotte WEX et une compagnie d'assurance européenne anonyme ont également participé au fonds.

Le fonds de Maniv reflète également une stratégie d'investissement évolutive.

La société, qui gère près de 320 millions de dollars d’actifs, a précédemment dirigé des investissements dans la start-up de puces de calcul d’IA Hailo à Tel Aviv ; Réseau de covoiturage et de recharge pour véhicules électriques Revel à New York ; le constructeur de camions électriques moyens Harbinger Motors en Californie ; la plateforme de bus interurbains Kolors à Mexico ; River, une startup indienne de véhicules électriques à deux roues ; et l'abonnement automobile espagnol Bipi, acquis par la branche de financement de Renault, RCI Banque, en 2021.

Maniv s’insinue désormais dans le monde plus large des technologies climatiques – du moins là où il chevauche le transport. La société a utilisé le nouveau fonds pour réaliser quatre investissements à ce jour, notamment dans une startup basée à Chicago appelée Celadyne qui s'efforce de prolonger la durée de vie et l'efficacité des membranes échangeuses de protons afin de rendre la production d'hydrogène vert financièrement viable.

Le fonds a également investi dans la startup israélienne Neologic, qui a développé une conception de puce exclusive pour des gains de performances et de puissance dans les centres de données et l'automobile ; une startup d'échange de batteries de motos électriques appelée Vammo, basée au Brésil ; et Circular, basée à San Francisco, qui encourage l'utilisation de plastique recyclé post-consommation dans la fabrication en comblant les lacunes en matière d'informations omniprésentes et de tests.

Laisser un commentaire