La route de Paris : Phoebe Gill

On sait que c'est un événement important quand quelqu'un publie son tout premier post sur Instagram. Dimanche, Phoebe Gill est devenue la plus jeune championne britannique depuis 1974. À seulement dix-sept ans, elle a connu une saison sans précédent, récompensée par son premier maillot de Grande-Bretagne aux Jeux olympiques. Phoebe s'est entretenue avec James Rhodes pour discuter du tourbillon des dernières semaines et de l'excitation de ce qui l'attend cet été.

Il y a douze mois, peut-être même deux mois, peu de gens, en dehors de ceux qui suivent de près la course de demi-fond britannique, auraient probablement connu Phoebe Gill. Elle a stupéfié le monde de la course avec un chrono de 1:57.86 au Belfast Irish Milers Meeting, un record européen U18 et le deuxième meilleur temps de l'histoire pour une U18 au niveau mondial. Huit semaines plus tard, et deux performances de 1:58 plus tard, la jeune fille de 17 ans est championne de Grande-Bretagne et se dirige vers les Jeux olympiques.

Son ascension a été assez rapide, mais peut-être pas inattendue. Ceux qui suivent de près la scène des courses de niveau club britannique, en particulier les mercredis soirs à Watford, connaissent bien Phoebe. Elle a couru 2:03.74 en mai 2022, améliorant son temps à 2:03.34 deux mois plus tard. Ces temps sont presque deux secondes plus rapides que le précédent record britannique pour son âge, établi en 1979.

L'année dernière a été tout aussi impressionnante. Champion des écoles anglaises, champion des Jeux de la jeunesse du Commonwealth et un saut à 2:01.50. De plus en plus d'yeux se sont ouverts, de plus en plus d'amateurs ont pris connaissance du St Albans Strider.

La percée de Belfast

Le Irish Milers Meeting de Belfast a pour habitude de proposer des courses rapides sur 800 m. Louise Shanahan a battu le record d'Irlande en 2022 (1:59.42), douze mois plus tard, elle et Abbie Ives ont couru sous les deux minutes. Une piste rapide, un peloton solide, une course sans aucun doute passionnante étaient sur le point de se dérouler un samedi après-midi ensoleillé. Ce serait un euphémisme.

1:57.86. Phoebe a atteint la cloche en moins de 57 secondes et a tenu le coup de manière remarquable pour battre le record européen des moins de 18 ans. Elle a amélioré le record de Marion Geissler-Huber, une Allemande de l'Est, datant de 45 ans. Une qualifiée olympique, de plus de 1,5 seconde, huitième sur la liste des seniors britanniques de tous les temps. Il n'y a probablement pas assez de superlatifs, et il a fallu un certain temps pour que l'ampleur du temps soit prise en compte :

«Ce temps de 1:57 était surréaliste. Je me souviens avoir pleuré dans l'avion du retour parce que je n'arrivais pas à croire que j'avais enfin réussi ! C'était un record personnel de quatre secondes ! J'étais vraiment contente que mon travail acharné ait porté ses fruits, mais je ne me suis jamais vraiment laissée convaincre que je pouvais arriver à cette position qui me permettrait de me qualifier pour une place à Paris.“.

Paris peut-être ?

Tout le monde commence l'année avec des objectifs, des ambitions, des cibles. Les Jeux olympiques étaient-ils sur le radar ? Phoebe et son entraîneur de longue date, Deborah Steer, avaient des opinions différentes :

«Au début de la saison, j'ai eu une réunion avec mon entraîneur et elle m'a dit : « Tu peux passer sous les deux minutes, j'ai confiance en toi. Tu peux obtenir un temps de qualification olympique ». Je ne la croyais pas ! J'ai dit : « Non, je veux juste me concentrer sur les Championnats d'Europe U18 », et elle m'a répondu : « Ok… ! » Je n'aurais jamais cru que cela pourrait arriver !“.

Bien sûr, pour atteindre Paris, il faut d'abord passer par les Championnats britanniques. Une première pour Phoebe, où elle courrait aux côtés de personnes qu'elle avait regardées à la télévision, plutôt que de se mettre sur la ligne de départ. Quatre d'entre elles se sont rendues à Manchester avec le niveau olympique, et avec Keely Hodgkinson assurée d'une place, seule une place dans le top deux suffirait.

Photo : James Rhodes

Deux tours

Phoebe a couru comme une professionnelle chevronnée, pas comme une débutante. Elle s'est détachée de ses adversaires, dont deux finalistes olympiques de Tokyo, pour gagner en 1:58.66. Elle est ainsi devenue la plus jeune championne britannique depuis 1974. Phoebe nous fait part de ses impressions sur la course :

«J'ai parlé à mon entraîneur avant et je lui ai dit : « Je ne veux pas le mener ! ». Si je le mène, j'ai l'impression que je vais simplement sortir à 54 [seconds] pour le premier tour et puis mourir dans les 100 derniers mètres, comme la dernière fois que j'ai couru à Manchester. J'aurais vraiment aimé laisser quelqu'un d'autre prendre les devants, mais non, j'ai mordu à l'hameçon comme l'a dit le commentateur ! Quand je me suis retrouvé dans cette position, je me disais dans ma tête “tu peux toujours contrôler ça, tu peux toujours faire la même tactique”.

Je suis arrivée à la cloche et je me suis dit « ce n'est pas si rapide, je peux encore remonter à partir de là ». J'ai juste lâché mes jambes et je me suis sentie passer à une autre vitesse. J'avais l'impression que Jemma et moi nous battions jusqu'à la ligne ; c'était une expérience incroyable de l'avoir sur mon épaule, une athlète si talentueuse et cela m'a vraiment poussée jusqu'à la ligne« .

C'est un exploit énorme, qui ne peut être sous-estimé. Le plus frappant, peut-être, est que Phoebe a maintenant couru sous les deux prochaines minutes à trois reprises, de manières très différentes.

«Pour le 800 m, il faut être très adaptable, c'est une course très tactique. J'aime ça, mais cela signifie aussi que j'étais très stressé avant les championnats. Cela m'a vraiment donné confiance dans le fait que je peux courir de différentes manières. C'était agréable de savoir que le 1:57 n'était pas juste un hasard, et que je l'ai solidifié en passant à nouveau sous les deux minutes“.

Photo : James Rhodes

Nouvelles cibles et nouveaux coéquipiers

Le projet initial de disputer les Championnats d’Europe U18, avec Phoebe annoncée dans l’équipe, n’est plus d’actualité. La compétition, en deux manches, se déroulera du 18 au 21 juillet, soit moins de deux semaines avant les Jeux olympiques. L’attention est portée uniquement sur la grande danse. De même, les Championnats du monde U20 prévus fin août ne sont pas sur le radar ;Je serai en vacances alors !“.

Cependant, Phoebe courra avant les Jeux olympiques, dont le lieu reste à déterminer. La première chose à faire est de s'assurer que «profitez et imprégnez-vous de la préparation de celui-ci« .

Le trio sera redoutable au Stade de France, avec la médaillée d'argent de Tokyo Keely Hodgkinson et la quatrième Jemma Reekie. Une opportunité que Phoebe savoure :

«Ce sont des gens adorables, ils sont tous les deux venus me voir après la course, et je n'aurais pas pu avoir de meilleures personnes à mes côtés, qui ont été mes mentors. Keely était assez jeune quand elle a participé à ses premiers Jeux olympiques, elle sait donc ce que c'est. J'ai vraiment hâte de passer du temps avec eux« .

Photo : James Rhodes

Toujours surréaliste

Quatre jours après la plus grande course de sa vie, elle n’a toujours pas pleinement réalisé la réalité de ce qui l’attend le mois prochain, le rêve de tant de personnes.

«Je n'ai pas encore compris. Je continue à revoir ma course et à regarder des photos, et je n'arrive pas à croire que c'est moi. Maintenant que je suis là, j'essaie de m'en rendre compte, mais je n'y arrive pas ! J'ai l'impression que je me sentirai en confiance avant les Jeux, mais je veux juste profiter de chaque instant. C'est tellement bien que cet événement soit le premier où je recevrai un gilet GB“.

Cette affirmation n’est pas celle que beaucoup de gens peuvent dire. Le voyage ne fait que commencer.

Photo : James Rhodes

Laisser un commentaire