La gentillesse chaotique de Party Animals sera certainement un gagnant du Xbox Game Pass

Soyons honnêtes. Party Animals est le genre de jeu vidéo dont l’inspiration est évidente et indéniable. Si nous considérons le Xbox Game Pass comme une épicerie, il s’agit de la version interne de ce grand magasin d’un produit de marque célèbre ; un Cola générique par opposition au Coca Cola.

Comme tout chasseur de bonnes affaires le sait, ces produits ne sont pas toujours des contrefaçons de qualité inférieure. Parfois, vous trouvez une version de marque propre qui est en fait aussi bonne – voire meilleure – que l’originale. Tel est le cas pour Fêtardsce qui constitue un argument extrêmement solide pour être réellement meilleur que son inspiration, le bagarreur indépendant bien-aimé Gang Beasts.

Les jours canins ne font que commencer.

Si vous n’êtes pas familier avec Gang Beasts, son concept était simple : des bagarres bâclées et basées sur la physique mettant en vedette des petits mecs potelés et squameux qui ressemblent un peu à un cousin rabougri de l’icône de la télévision britannique Morph. Le plaisir est dans le chaos : les commandes sont vagues, les mouvements difficiles à maîtriser et tout est juste ce qu’il faut d’imprévisible. C’est un rire aux éclats parce que cela devient une compétition féroce et pourtant jamais sérieuse – une aiguille difficile à enfiler.

Party Animals est, il faut l’admettre, essentiellement ce jeu. Il possède toutes les mêmes caractéristiques, et même certains des mêmes modes. Ce qui le distingue, je suppose, c’est le niveau de finition atteint par le développeur Recreate Games, des menus astucieux aux superbes modèles de personnages ; les fêtards titulaires.

Vous commencez par sélectionner le personnage avec lequel vous souhaitez jouer, avec une variété d’animaux représentés, chacun avec plusieurs options de costumes. Je suis un amateur de chiens insupportable, alors j’ai bien sûr choisi un Corgi, mais avec l’armure d’un chevalier. Pourquoi pas?

Des gorilles au milieu ?

Quel que soit le mode, le cœur de Party Animals est simple : ces créatures mignonnes avec leurs animations disquettes se battent les unes contre les autres. Le format dans lequel cela se déroule change cependant un peu.

Le mode principal ressemble en fait beaucoup à la lutte ; après avoir sélectionné une étape, les joueurs apparaissent sur une sorte de plate-forme centrale surélevée. Le but est de faire sortir les autres joueurs de la plateforme – du ring, si vous préférez – pour les éliminer. Des coups de poing ou des coups de tête au bon moment peuvent neutraliser temporairement vos ennemis, les mettant dans un état où vous pouvez les traîner jusqu’au bord de la scène et les soulever. Cependant, ils auront quelques secondes pour se relever et entrer en lice s’ils maîtrisent les commandes délibérément lâches.

Au fil du temps, un sinistre gaz vert commence à imprégner la scène (de quoi souffrent ces animaux ?), réduisant ainsi la quantité d’espace immobilier « sûr ». Des armes peuvent apparaître sur la scène, vous pouvez donc par exemple prendre une pelle et vous lancer en ville contre vos rivaux comme un mafieux. Les joueurs éliminés peuvent lancer des objets comme des peaux de banane et des poissons sur la scène pour influencer le résultat global. Finalement, il n’en restera qu’un seul debout.

Une chose que je dois noter et qui est cruciale dans Party Animals est que dans certains modes, il s’agit d’un véritable jeu en écran partagé, ce qui signifie que chaque joueur a une vision absolue des choses par rapport à son personnage. Gang Beasts a permis à tous les joueurs de partager un même point de vue, ce qui a conduit à un affichage plus grand mais aussi à de nombreux moments frustrants de meurtre par la caméra ; pas le cas ici. Cela permet également aux joueurs assommés d’avoir toujours leur skin dans le jeu via l’apparition d’objets. C’est un choix intelligent.

Le tigre venu taquiner.

L’autre mode auquel j’ai joué lors de la pratique était Football (Soccer) – et c’est un autre mode qui démontre une fois de plus comment Party Animals vise à améliorer et à transformer ce type d’expérience de fête. Gang Beasts l’a ajouté en 2016, mais c’était assez compliqué et toujours assez axé sur les combats. Il s’agit d’une affaire à quatre contre quatre, parfaite pour les manigances en ligne. Le ballon est énorme et il a plus en commun avec Rocket League qu’autre chose.

Lors d’une exposition de jeux vidéo, lorsque tout le monde est en surchauffe, a la gueule de bois et est fatigué, il est rare que vous jouiez à quelque chose qui fait crier les gens à haute voix. Même les matchs serrés de Street Fighter ont du mal à me réveiller alors que j’ai consommé autant d’alcool la nuit précédente. Mais le ballon de football des Party Animals nous a fait hurler alors que le ballon filait vers le but. Pas seulement les médias actuels, mais aussi les développeurs, qui auront donné cette démo d’innombrables fois et qui pourtant y trouvent toujours de l’enthousiasme.

Party Animals ressemble fondamentalement à une évolution raffinée d’un chouchou indépendant établi. Ce sera parfait pour les fêtes, voire quelque chose auquel vous jouerez tous les jours, et cela en fait un fourrage Game Pass absolument parfait. On dirait que ce sera génial – et c’est l’une des signatures Game Pass les plus intelligentes jamais réalisées par Xbox.


Fêtards arrive sur Xbox Game Pass pour Series X/S, Xbox One et PC le 20 septembre.

Laisser un commentaire