La Cour suprême des États-Unis entendra des affaires contestant l’immunité des entreprises technologiques

La Cour suprême des États-Unis a accepté d'entendre des affaires contestant l'immunité juridique des sociétés Internet de responsabilité pour les utilisateurs

La Cour suprême des États-Unis a accepté d’entendre des affaires contestant l’immunité légale des sociétés Internet de toute responsabilité pour le contenu généré par les utilisateurs.

La Cour suprême des États-Unis, dans une décision aux ramifications potentiellement importantes, a accepté lundi d’entendre deux affaires contestant l’immunité légale des sociétés Internet de toute responsabilité pour les contenus publiés par leurs utilisateurs.

L’une des affaires acceptées par le tribunal a été déposée par la famille de Nohemi Gonzalez, une Américaine de 23 ans qui faisait partie des 130 personnes tuées lors des attentats de novembre 2015 de l’État islamique à Paris.

La plainte allègue que Google a violé la loi antiterroriste américaine en recommandant des vidéos de l’EI incitant à la violence sur YouTube, propriété de Google.

“Les services de Google ont joué un rôle unique et essentiel dans le développement de l’image de l’EI, son succès dans le recrutement de membres du monde entier et sa capacité à mener des attaques”, selon la plainte.

En vertu de l’article 230 du Communications Decency Act de 1996, les sociétés de médias sociaux telles que Google, Facebook et Twitter ne sont pas considérées comme des éditeurs et ne sont pas légalement responsables du contenu publié par leurs utilisateurs.

Un tribunal inférieur a statué dans l’affaire Gonzalez que Google bénéficiait d’une protection juridique en vertu de l’article 230, qui, selon ses partisans, est essentielle à la protection de la liberté d’expression sur Internet.

L’article 230 a cependant été attaqué par les législateurs démocrates et républicains, la gauche affirmant que les entreprises technologiques promeuvent le discours de haine d’extrême droite et la droite alléguant qu’elle permet aux entreprises de censurer les voix conservatrices.

Parmi ceux qui ont critiqué l’article 230 figure l’ancien président républicain Donald Trump, qui a été banni de Twitter et de Facebook après l’attaque du 6 janvier 2021 contre le Capitole par ses partisans.

L’autre affaire connexe acceptée par la Cour suprême concerne un procès accusant Twitter d’encourager le terrorisme dans lequel un tribunal inférieur a refusé de décider si le service de messagerie bénéficie d’un bouclier juridique en vertu de l’article 230.


La lutte de Trump pour lever l’interdiction de Twitter s’effondre lors d’une audience au tribunal


© 2022 AFP

Citation: La Cour suprême des États-Unis entendra les affaires contestant l’immunité des entreprises technologiques (2022, 3 octobre) récupéré le 3 octobre 2022 sur https://techxplore.com/news/2022-10-supreme-court-cases-tech-firm.html

Ce document est soumis au droit d’auteur. En dehors de toute utilisation loyale à des fins d’étude ou de recherche privée, aucune partie ne peut être reproduite sans l’autorisation écrite. Le contenu est fourni seulement pour information.