La Chine promulgue une nouvelle loi sur les données par crainte de « sécurité nationale »

La nouvelle loi chinoise sur la sécurité des données est le dernier effort visant à renforcer la surveillance du secteur technologique gigantesque du pays

La nouvelle loi chinoise sur la sécurité des données est le dernier effort visant à renforcer la surveillance du gigantesque secteur technologique du pays.

La nouvelle loi chinoise sur la sécurité des données entre en vigueur mercredi, le dernier effort visant à renforcer la surveillance du gigantesque secteur technologique du pays.

La loi au sens large cherche à resserrer la laisse aux géants chinois de la technologie et à ce qu’ils font avec les informations de leurs centaines de millions d’utilisateurs.

Cela survient également alors que les craintes grandissent quant à la sécurité des données, les ministères devenant de plus en plus dépendants des services de stockage en nuage.

Pékin a également signalé des problèmes de sécurité nationale comme justification de la loi. Alors que les entreprises technologiques chinoises cherchent à se développer à l’étranger, les autorités craignent que les données nationales ne se retrouvent entre des mains étrangères.

Voici un aperçu de ce que nous savons de la nouvelle loi :

Ce qu’il fait

La loi définit les responsabilités de toutes les entreprises et organisations manipulant des données.

Il prévoit des amendes pouvant aller jusqu’à 10 millions de yuans (1,55 million de dollars) pour une série d’infractions, notamment les fuites et le défaut de vérifier l’identité des acheteurs ou des vendeurs d’informations.

Sa portée est large et comprend les données stockées et traitées à l’intérieur des frontières de la Chine ainsi que les données à l’étranger qui pourraient nuire à la sécurité nationale de la Chine ou aux droits de ses citoyens.

Surtout, il est interdit aux organisations et aux individus de transmettre des informations aux autorités chargées de l’application des lois à l’étranger sans l’autorisation de Pékin.

Cela indique « qu’il y aura un contrôle beaucoup plus strict sur les transferts de données transfrontaliers », a déclaré à l’AFP Angela Zhang, professeure agrégée de droit à l’Université de Hong Kong.

La loi accorde également à Pékin le droit d’exercer des représailles contre tout gouvernement étranger utilisant des mesures « discriminatoires » contre la Chine dans les secteurs des données et de la technologie.

Les règles détaillées d’application de la loi n’ont pas été publiées.

‘La sécurité nationale’

La législation identifie également une nouvelle catégorie « de base » de données « liée à la sécurité nationale, la bouée de sauvetage de l’économie nationale, les principaux aspects des moyens de subsistance de la population et les principaux intérêts publics », qui feront l’objet d’un examen plus strict.

Les craintes grandissent à Pékin quant aux risques potentiels pour la sécurité des données chinoises se retrouvant entre des mains étrangères.

La nouvelle loi intervient des mois après que Pékin a cité des problèmes de sécurité nationale pour une enquête sur le géant de la technologie américain Didi Chuxing.

Les entreprises, y compris les grandes entreprises technologiques chinoises, « seront appelées à assumer davantage de responsabilités dans le respect des obligations de protection de la sécurité des données et à effectuer des évaluations régulières des risques de leurs activités de traitement des données », a déclaré Zhang.

Répression technologique

La loi entre en vigueur alors que la pression monte sur les entreprises technologiques chinoises pour qu’elles s’alignent après des années de croissance fulgurante.

La Chine a déjà tenté d’empêcher les grandes entreprises de s’inscrire à l’étranger, invoquant des problèmes de sécurité des données.

Vendredi, le Wall Street Journal a rapporté que le régulateur chinois des marchés boursiers prévoyait d’empêcher les entreprises technologiques gérant de grandes quantités de données utilisateur sensibles de lancer des introductions en bourse à l’étranger.

Le gouvernement a lancé des enquêtes de cybersécurité plus tôt cette année dans un certain nombre d’entreprises technologiques cotées aux États-Unis, dont Didi et la plate-forme de transport de camions Full Truck Alliance.

La loi sur la sécurité des données pourrait « créer de nouveaux obstacles réglementaires pour les entreprises technologiques chinoises riches en données qui cherchent à s’inscrire à l’étranger », a déclaré Zhang à l’AFP.

Commande numérique

La loi sur la sécurité des données fait partie d’un ensemble de lois qui façonneront l’économie numérique de la Chine pendant des décennies.

Ces lois sont en cours de déploiement alors que « le secteur technologique devient une arène clé au milieu de la rivalité américano-chinoise et peut aider à étendre l’influence de la Chine dans l’élaboration des politiques technologiques à travers le monde », a déclaré à l’AFP Kenn Yee, analyste politique chez Access Partnership.

Le pays a également récemment adopté une loi sur la protection des informations personnelles, qui doit entrer en vigueur en novembre, visant à restreindre la collecte de données sur les utilisateurs par les entreprises.

Et une loi controversée sur la cybersécurité en place depuis 2017 codifie les restrictions sur ce que les internautes peuvent publier en ligne, y compris tout ce qui porte atteinte à « l’honneur national », « perturbe l’ordre économique ou social » ou vise à « renverser le système socialiste ».


La Chine presse les géants de la technologie de procéder à un « auto-examen approfondi »


© 2021 AFP

Citation: La Chine déploie une nouvelle loi sur les données sur les craintes de « sécurité nationale » (2021, 1er septembre) récupéré le 1er septembre 2021 sur https://techxplore.com/news/2021-09-china-law-national.html

Ce document est soumis au droit d’auteur. En dehors de toute utilisation équitable à des fins d’étude ou de recherche privée, aucune partie ne peut être reproduite sans l’autorisation écrite. Le contenu est fourni seulement pour information.