Font fureur alors que le Département d’État retire Times New Roman pour Calibri à la retraite • TechCrunch

Dans un rappel réconfortant des controverses absurdement faibles de l’ère Obama, le Département d’État fait de très petites vagues en retirant officiellement l’ancienne police Times New Roman des communications officielles. Elle sera remplacée par Calibri, une police plus connue maintenant pour avoir été publiquement retirée en 2021.

Vraiment, cependant, il n’y a pas de fureur (et encore moins de fureur) à ce sujet, car si quelqu’un se soucie suffisamment des polices pour dire quoi que ce soit, il est probablement tellement fatigué de TNR maintenant que sa seule plainte serait “qu’est-ce qui a pris si longtemps?” Mais c’est drôle que ce soit dans les nouvelles du tout.

Le Washington Post a appris le changement grâce à une fuite de câble envoyée par le secrétaire d’État Anthony Blinken – pas tout à fait la sécurité opérationnelle que j’espérais d’eux, mais nous l’aurions découvert bien assez tôt. La raison de ce changement est l’accessibilité et la lisibilité : une police sans empattement (c’est-à-dire sans les petits bouts aux extrémités des lettres) est considérée par beaucoup comme plus facile à lire à des tailles plus petites sur les appareils numériques, en particulier pour les personnes malvoyantes.

C’est un objectif louable, même s’il n’est pas si simple : une police plus lisible est une bonne idée, mais l’accessibilité doit être intégrée aux processus à partir de zéro, et non comme une couche supérieure. Pourtant, les petits pas comptent aussi.

Curieusement, le Département d’État prend la même mesure que Microsoft en 2007, lorsqu’il a également remplacé Times New Roman par le nouveau Calibri comme police par défaut pour les documents. Le raisonnement était en grande partie le même : le sans empattement était plus lisible et les gens n’imprimaient pas autant.

Times New Roman, en haut, et Calibri, en bas.

Mais c’était il y a longtemps, et Calibri est maintenant en voie de disparition pour diverses raisons, peut-être pour ses terminateurs désagréablement atténués. Ce n’est pas comme si elle allait être purgée de la Terre ou quoi que ce soit du genre – “pas la valeur par défaut” n’est pas une condamnation à mort – mais c’est vraiment un peu étrange de la choisir comme votre “nouvelle” police hautement officielle compte tenu des circonstances.

Il est compréhensible que le gouvernement fédéral préfère généralement un produit qui a fait ses preuves depuis de nombreuses années d’utilisation. Je ne m’attends pas vraiment à ce qu’ils passent à Roboto, ou à Source Sans, ou même à ma police préférée parmi les remplaçants de Microsoft, Bierstadt. Bien que celui-ci basé sur les quartiers gerrymander aurait pu être approprié :

C’est juste qu’il existe en fait une police faite à cet effet : Noto. La collaboration entre la méga-fonderie Monotype et Google est une police sans empattement totalement gratuite qui a été conçue à partir de zéro pour répondre à toutes les langues, tous les symboles et tous les besoins typographiques ordinaires. C’est idéal pour toute application gouvernementale qui pourrait avoir besoin d’être imprimée en plusieurs langues, mais encore plus pour le vaste département d’État. Mais peut-être ont-ils leurs raisons de préférer une police par défaut de Microsoft à une police de caractères Google relativement exotique. “Gardez-le simple, État.”

La maîtrise du design n’est pas vraiment une force fédérale, mais elle semble s’améliorer – mieux que de nombreux gouvernements d’État, je dois dire, qui ont souvent des agences et des pages officielles qui sortent tout droit de 2007 elles-mêmes. Dans ce cas, passer à une police plus appropriée, même si elle est vieillissante et pas cool, est une bonne décision et peut-être le filet qui précède un flot de bonnes conceptions réfléchies – dont l’accessibilité est une partie et une conséquence, pas seulement un composant.