Facebook renverse le cap et n’interdit pas la théorie des virus de laboratoire

Facebook renverse sa politique qui avait interdit les publications suggérant que Covid-19 était artificiel, au milieu d'un débat renouvelé sur les origines de

Facebook renverse sa politique qui avait interdit les publications suggérant que Covid-19 était artificiel, au milieu d’un débat renouvelé sur les origines du virus.

Facebook a annulé sa politique d’interdiction des publications suggérant que Covid-19 était d’origine humaine, dans la foulée d’un débat renouvelé sur les origines du virus qui est apparu pour la première fois en Chine.

La dernière initiative de Facebook, annoncée mercredi soir sur son site Web, met en évidence le défi de la police de la désinformation et de la désinformation sur le plus grand réseau social du monde.

« À la lumière des enquêtes en cours sur l’origine du Covid-19 et en consultation avec des experts en santé publique, nous ne supprimerons plus l’affirmation selon laquelle Covid-19 est fabriqué par l’homme ou fabriqué à partir de nos applications », indique le communiqué.

«Nous continuons de travailler avec des experts de la santé pour suivre le rythme de la nature évolutive de la pandémie et mettre régulièrement à jour nos politiques à mesure que de nouveaux faits et tendances émergent.

La nouvelle déclaration met à jour les directives de Facebook en février, lorsqu’elle a annoncé qu’elle supprimerait les allégations fausses ou démenties concernant le nouveau coronavirus qui a créé une pandémie mondiale tuant plus de trois millions de personnes.

Cette décision faisait suite à la directive du président Joe Biden aux agences de renseignement américaines d’enquêter sur les théories concurrentes sur la façon dont le virus est apparu pour la première fois – par contact avec des animaux sur un marché de Wuhan, en Chine, ou par libération accidentelle d’un laboratoire de recherche de la même ville.

L’ordre de Biden signale une escalade de la controverse croissante sur les origines du virus.

Les actions de Facebook ont ​​un impact sur le contenu publié par quelque 3,45 milliards d’utilisateurs actifs de ses applications, y compris son réseau social principal, Instagram, WhatsApp et Messenger.

Facebook s’est largement appuyé sur des groupes de vérification des faits indépendants, qui jusqu’à présent avaient largement rejeté la théorie d’une publication en laboratoire.

L’un de ces groupes, PolitiFact, a rapporté en septembre dernier que les autorités de santé publique avaient « répété à plusieurs reprises que le coronavirus n’était pas dérivé d’un laboratoire » mais au début du mois révisé ses directives, a déclaré « que cette affirmation est désormais plus largement contestée », affirmant qu’elle continuerait. pour revoir la question.

Dans un communiqué séparé, Facebook a déclaré qu’il intensifiait ses efforts pour lutter contre la désinformation en limitant la portée des utilisateurs qui partagent « à plusieurs reprises » de faux contenus.

Jusqu’à présent, Facebook n’avait pris cette action que sur des publications individuelles, mais va maintenant sévir contre les utilisateurs qui sont les plus grands diffuseurs de faux contenus.


Vaccin COVID: Instagram a suggéré des publications recommandant la désinformation anti-vaccin, selon un rapport


© 2021 AFP

Citation: Facebook renverse le cap, n’interdit pas la théorie des virus de laboratoire (2021, 27 mai) récupéré le 27 mai 2021 sur https://techxplore.com/news/2021-05-facebook-reverses-wont-lab-virus.html

Ce document est soumis au droit d’auteur. En dehors de toute utilisation équitable à des fins d’étude ou de recherche privée, aucune partie ne peut être reproduite sans l’autorisation écrite. Le contenu est fourni seulement pour information.