Facebook, Google, Twitter face à griller par les législateurs britanniques

Facebook, Google, Twitter face à griller par les législateurs britanniques

En ce 13 mars 2019, fichier photo, applications Facebook, Messenger et Instagram s’affichent sur un iPhone, à New York. Il y a deux ans, Apple a menacé de retirer Facebook et Instagram de sa boutique d’applications en raison de préoccupations concernant l’utilisation de la plate-forme comme outil pour échanger et vendre des femmes de ménage au Moyen-Orient. Crédit : AP Photo/Jenny Kane, dossier

Les législateurs britanniques devraient griller jeudi Facebook et d’autres géants de la technologie sur la façon dont ils gèrent la sécurité en ligne alors que les efforts européens pour réglementer les entreprises de médias sociaux prennent de l’ampleur.

Des représentants de Facebook, Google, Twitter et TikTok seront interrogés par des membres d’une commission parlementaire examinant le projet de loi du gouvernement britannique sur la sécurité en ligne.

Les gouvernements des deux côtés de l’Atlantique veulent des règles plus strictes visant à protéger les utilisateurs de médias sociaux, en particulier les plus jeunes, mais les efforts du Royaume-Uni sont bien plus avancés. Les législateurs britanniques interrogent des chercheurs, des journalistes, des cadres techniques et d’autres experts pour un rapport au gouvernement sur la manière d’améliorer la version finale du projet de loi sur la sécurité en ligne.

L’audience intervient la même semaine, YouTube, TikTok et Snapchat ont été interrogés par un panel du Sénat américain. Ils ont fourni peu d’engagement ferme pour la législation américaine renforçant la protection des enfants contre les dommages en ligne, qui, selon les législateurs, vont des troubles de l’alimentation, du contenu sexuellement explicite et du matériel faisant la promotion de drogues addictives.

La dénonciatrice de Facebook, Frances Haugen, a comparu devant le comité britannique cette semaine, disant aux membres que les systèmes de l’entreprise aggravaient la haine en ligne et qu’elle était peu incitée à résoudre le problème. Elle a déclaré que le temps presse pour réglementer les sociétés de médias sociaux qui utilisent des systèmes d’intelligence artificielle pour déterminer le contenu que les gens voient.

Facebook, Google, Twitter face à griller par les législateurs britanniques

La dénonciatrice de Facebook Frances Haugen part après avoir témoigné devant la commission mixte du projet de loi sur la sécurité en ligne, dans le cadre des plans du gouvernement britannique pour la réglementation des médias sociaux, à la Chambre du Parlement, à Londres, le lundi 25 octobre 2021. La dénonciatrice de Facebook Frances Haugen a déclaré lundi aux législateurs britanniques que le géant des médias sociaux alimentait la haine et l’extrémisme en ligne, ne protégeait pas les enfants contre les contenus préjudiciables et n’avait aucune incitation à résoudre les problèmes, ce qui a donné une forte impulsion aux efforts des gouvernements européens travaillant sur une réglementation plus stricte des géants de la technologie. Crédit : AP Photo/Matt Dunham

Haugen était un data scientist de Facebook qui a copié des documents de recherche internes et les a remis à la Securities and Exchange Commission des États-Unis. Ils ont également été fournis à un groupe de médias, dont l’Associated Press, qui a rapporté de nombreuses histoires sur la façon dont Facebook a priorisé les profits sur la sécurité et a caché ses propres recherches aux investisseurs et au public.

Le projet de loi sur la sécurité en ligne du Royaume-Uni appelle un régulateur à garantir que les entreprises technologiques se conforment aux règles les obligeant à supprimer les contenus dangereux ou préjudiciables ou à s’exposer à des sanctions pouvant atteindre 10 % des revenus mondiaux annuels. L’Union européenne travaille sur des règles numériques similaires.

Les législateurs britanniques sont toujours aux prises avec des problèmes épineux tels que la protection de la vie privée et de la liberté d’expression et la définition de contenus légaux mais préjudiciables, y compris l’intimidation en ligne et le plaidoyer en faveur de l’automutilation.

  • Facebook, Google, Twitter face à griller par les législateurs britanniques

    Sur cette photo fournie par le Parlement britannique, la dénonciatrice de Facebook Frances Haugen, à droite, témoigne devant le comité mixte du projet de loi sur la sécurité en ligne, dans le cadre des plans du gouvernement pour la réglementation des médias sociaux, à Londres, le lundi 25 octobre 2021. Haugen a déclaré lundi que Facebook aggravait la haine et l’extrémisme en ligne et a expliqué comment il pourrait améliorer la sécurité en ligne. Crédit : Annabel Moeller/Parlement britannique via AP

  • Facebook, Google, Twitter face à griller par les législateurs britanniques

    Dans cette photo d’archive du 20 décembre 2018, un Bangladais lit un reportage faisant mention de Facebook ainsi que d’un autre service de réseautage social, sur son téléphone portable à Dhaka, au Bangladesh. Les documents internes de l’entreprise de l’ancienne chef de produit Facebook devenue dénonciatrice Frances Haugen montrent que dans certaines des régions les plus volatiles du monde, le contenu terroriste et les discours de haine prolifèrent parce que l’entreprise manque de modérateurs qui parlent les langues locales et comprennent les contextes culturels. Crédit : AP Photo, Fichier

Ils essaient également de maîtriser la désinformation qui fleurit sur les réseaux sociaux.

Maria Ressa, une journaliste philippine qui a partagé le prix Nobel de la paix de cette année pour son combat pour la liberté d’expression sous de graves risques, a reconnu le défi, déclarant mercredi au comité qu’une loi pour lutter contre la désinformation était nécessaire.

“La réglementation est notre dernier espoir”, a déclaré Ressa. “Le problème est que vous serez un modèle pour tout le monde dans le monde, vous devez donc être un étalon-or, c’est difficile.” Dans le même temps, “ne rien faire rapproche le monde du fascisme”, a-t-elle ajouté.


Le lanceur d’alerte Haugen témoignera alors que le Royaume-Uni scrute Facebook


© 2021 La Presse Associée. Tous les droits sont réservés. Ce matériel ne peut pas être publié, diffusé, réécrit ou redistribué sans autorisation.

Citation: Facebook, Google, Twitter face grilling par des législateurs britanniques (2021, 28 octobre) récupéré le 28 octobre 2021 à partir de https://techxplore.com/news/2021-10-facebook-google-twitter-grilling-uk.html

Ce document est soumis au droit d’auteur. En dehors de toute utilisation équitable à des fins d’étude ou de recherche privée, aucune partie ne peut être reproduite sans l’autorisation écrite. Le contenu est fourni seulement pour information.