Exercice de respiration (Pranayama) – Techniques pour prolonger les pauses (Bandhas)

 

La respiration est la source de la vie. C’est la raison fondamentale pour laquelle les anciens yogis ont développé différentes techniques de respiration, des techniques de respiration débutantes ou de base aux techniques de respiration avancées. Ces techniques de respiration ou pranayamas sont conçues pour permettre la libre circulation de l’énergie dans le corps et pour purifier les canaux énergétiques du corps appelés nadis. La pratique du Pranayama garantit également que chaque cellule du corps reçoit de l’oxygène et des nutriments.

La pratique des bandhas

 

La respiration est divisée en quatre étapes:

  1. Inhalation ou Puraka
  2. Pause complète ou Abhyantara Kumbhaka (Pause après l’inhalation) Pause complète
  3. Expiration ou Rechaka
  4. Pause vide ou Bahya Kumbhaka (Pause après expiration)

 

Une pause complète est l’arrêt délibéré du flux d’air et de la rétention d’air dans les poumons. Cela se produit sans aucun mouvement des poumons ou de toute partie du corps. La Pause Vide, en revanche, est délibérément prolongée et termine le cycle de respiration qui se termine lorsque la pause se termine et que l’inhalation commence. Des techniques ou techniques traditionnelles sont formulées afin de prolonger ces pauses. Il s’agit de tentatives intentionnelles pour bloquer les voies respiratoires de manière à ce que l’air ne s’échappe pas lorsque la poitrine et les muscles abdominaux se relâchent. Ces aides sont appelées Bandhas. Bhand est un mot sanskrit lié aux mots anglais «band», «bind», «bond» et «bound». Chacun des Bandha utilisés pour prolonger les pauses respiratoires lie l’air dans nos poumons ou verrouille les canaux d’air afin que l’air ne puisse pas s’échapper ou entrer.

Les parties du corps qui sont principalement impliquées dans les Bandhas sont:

  1. lèvres et palais
  2. glotte
  3. menton et
  4. diapraghm

 

Les deux premiers sont plus importants pour prolonger les pauses complètes tandis que les deux derniers sont fondamentalement plus importants pour les pauses vides.

Voici les quatre bandhas importants:

  • Bandha impliquant les lèvres et le palaisCette technique est utilisée par les nageurs. Dans ce Bandha, vous fermez bien vos lèvres pour qu’aucun air ne puisse s’échapper par la bouche. Appuyer les lèvres contre les dents peut aider à les resserrer. Si vos narines sont claires, soulevez simplement votre palais mou contre le toit de votre pharynx et fermez le passage dans les narines. Cela peut être fait délibérément ou vous pouvez apprendre à permettre que cela se produise automatiquement après une formation. Un peu de pression d’air de vos poumons peut aider à maintenir le palais dans une telle position fermée.
  • Bandha impliquant la glotteBandhasVous pouvez empêcher l’air de quitter vos poumons en fermant votre glotte. Votre glotte se ferme automatiquement lorsque vous avalez. Tout ce que vous avez à faire est d’arrêter vos mouvements de déglutition au moment où votre trachée est fermée. Cela peut être difficile à faire au début, car un schéma réflexe automatique a été intégré à vos mécanismes nerveux autonomes. Mais un petit effort pour essayer d’atteindre un contrôle volontaire sur vos processus involontaires devrait vous donner la maîtrise de cette technique. Bien sûr, vous pouvez combiner à la fois les lèvres et la fermeture du palais avec la fermeture de la glotte pour produire une serrure encore plus serrée.
  • Bandha impliquant Chin – Jalandhara BandhaLe Jalandhara Bandha ou «menton lock» se fait en appuyant le menton près de la poitrine et en laissant tomber la tête pour aider à maintenir l’immobilité des mouvements musculaires et aériens. Cette position est très utile pour maintenir une pause vide. La pression du menton contre la poitrine pousse la base de la langue et du larynx vers le haut dans le pharynx et contre le palais, aidant ainsi à résister à la pression provoquée par le vide dans les poumons.
  • Bandha impliquant un diaphragme – Uddiyana BandhaBandhasLe quatrième Bandha, Uddiyana Bandha, consiste à soulever le diaphragme et à le maintenir immobile pendant une pause vide. L’abdomen doit être ramené et remonté le plus possible. Expulsez tout l’air avant d’utiliser ce Bandha. Afin d’atteindre un contrôle complet et plus de confort, vous pouvez faire un effort en une ou plusieurs simulations d’inhalations sans admettre d’air avant d’assumer la relaxation la plus complète possible pendant cette pause. Vous pouvez combiner les techniques de verrouillage du menton et de diaphragme surélevé pour conserver une pause vide. Ces deux techniques peuvent être employées en position debout ou assise et elles sont couramment employées ensemble pendant les postures assises.

    Ces deux Bandhas semblent servir d’exercices intenses et stimulant la circulation plutôt que de calmer les attitudes musculaires, bien qu’ils aident une personne à atteindre une maîtrise approfondie de son cycle de respiration. Prolonger la durée d’une pause demande de la prudence, de la patience et de la pratique. Allongez progressivement la durée de la pause en comptant. Vous pouvez utiliser vos doigts pour compter la durée d’une pause. Après chaque pause successive, ajoutez une pause au reste. Si vous essayez d’atteindre une pause prolongée lors de votre première tentative, vous risquez d’en faire trop, de souffrir d’un certain inconfort et de ne ressentir aucun effet bénéfique ou reposant. Lorsque vous ressentez le besoin de faire un effort pour faire une pause plus longtemps après avoir fait une série de pauses de plus en plus longues, arrêtez immédiatement. Par une pratique constante, vous pouvez observer une augmentation progressive de la durée des pauses qui peuvent être tenues avec confort. La pratique peut être pratiquée une fois par jour ou plusieurs fois par jour. Les progrès que vous faites sont principalement une affaire individuelle. Certains peuvent faire cela beaucoup plus facilement que les autres.

Les avantages de Kevala Kumbhaka

 

Kevala Kumbhaka (pause parfaitement paisible) implique non seulement l’arrêt complet du mouvement de l’air et des muscles, mais aussi la prise de conscience de tous ces mouvements et tendances. L’état vécu est un repos complet. L’urgence, l’intérêt, le motif, la volonté, le désir et d’autres émotions négatives disparaissent momentanément avec la disparition d’intérêts et d’anxiétés spécifiques, tels que ceux de la haine, de la peur, de l’ambition, de l’amour, de la faim et de la soif. Vous vous sentirez également détaché de tendances telles que la haine de tâches spécifiques, la peur d’une personne en particulier ou la revendication de droits spécifiques, ou de se forcer avec zèle ou d’autres à atteindre les objectifs indiqués. Au cours d’une pause aussi paisible, une quiescence parfaite est ressentie. Pour quiconque se tordant sous la pression de multiples angoisses, l’expérience de la paix absolue de Kevala Kumbhaka, offre un moment très reposant et bienheureux.

L’expérience de Kevala Kumbhaka aide à retarder la sur-anxiété progressive qui est courante dans notre société. Les suicides et les tendances suicidaires, qui résultent du développement d’anxiétés insupportables, peuvent être retardés et évités par une pratique suffisamment assidue du Yoga. Les mécanismes automatiques qui induisent spontanément l’inhalation et l’expiration, ainsi que les battements cardiaques, la faim et la soif, peuvent être modifiés et inhibés pendant de courtes périodes.

L’expérience de Kevala Kumbhaka se termine d’elle-même et, malgré un léger renversement des tendances anxieuses, on est bientôt de nouveau plongé dans les angoisses les plus habituelles. L’expérience doit être répétée encore et encore, et même alors, bien qu’elle puisse aider à un renversement temporaire, on ne peut pas s’attendre à ce qu’elle surmonte ou contrecarre les pulsions beaucoup plus puissantes que la nature, la culture et les ambitions individuelles ont établies si profondément en nous. Pourtant, ses effets apaisants ne devraient pas être négligés par quiconque est devenu trop ambitieux et trop anxieux.

Le pouvoir de Kevala Kumbhaka et des exercices de respiration est efficacement exploité en le combinant avec les avantages d’entreprendre les autres éléments du yoga tels que les asanas. Bien que la respiration puisse être entreprise indépendamment des asanas et vice versa, la combinaison est beaucoup plus efficace que de faire chacun séparément. La beauté de cette technique est qu’elle est accessible à tous – indépendamment de l’âge, du sexe, de la profession, de la religion ou du type d’ambition. Cela peut être pratique de le faire le matin et le soir. Vous pouvez également le faire sur votre lieu de travail. Le faire est plus relaxant que d’aller prendre une tasse de café, d’aller à la fontaine à eau ou d’aller fumer.

Avertissement: Les exercices de respiration de yoga ou Pranayama sont des exercices très puissants. De nombreuses personnes éprouvent des étourdissements ou perdent conscience en pratiquant des techniques respiratoires de niveau débutant ou avancé. Pratiquez tous les exercices de respiration lentement et de manière contrôlée. Demandez peut-être à un ami de rester avec vous pour essayer une nouvelle technique de respiration. De plus, vous pouvez également vous inscrire à des cours de respiration ou de yoga et pratiquer sous la supervision d’un expert.

 

Voir les produits associés dans notre boutique de yoga :

Mon Guide Yoga pour Débutants