Des câbles Internet sous-marins relient les îles du Pacifique au monde, mais la tension géopolitique tire sur les fils

Des câbles Internet sous-marins relient les îles du Pacifique au monde.  Mais la tension géopolitique tire sur les fils

Câble arrivant à terre d’un navire. Crédit : Système de câble de la mer de corail

Si vous avez déjà envoyé un e-mail à un complexe des Fidji ou du Vanuatu à propos de ces vacances tant attendues, il est probable que votre e-mail ait voyagé via un câble Internet sous-marin. De tels câbles transportent une grande partie du trafic Internet dans le monde entier, en conjonction avec des connexions de fibre souterraine, des satellites et des liaisons micro-ondes.

Pour les pays insulaires du Pacifique, les câbles Internet sous-marins peuvent être cruciaux. Le nombre de pays insulaires du Pacifique disposant de telles connexions a considérablement augmenté ces dernières années. Même ainsi, de nombreux pays dépendent encore d’un seul câble et d’autres n’ont pas de câble du tout.

Chaque câble sous-marin a à peu près la largeur d’un tuyau d’arrosage, composé de couches protectrices de métal et de plastique enroulées autour de fibres optiques très fines qui transmettent les signaux sous forme d’impulsions lumineuses. Il y a plus de 400 câbles sous-marins sillonnant les fonds marins du monde, avec une longueur combinée de 1,3 million de kilomètres.

Internet a commencé comme un projet du gouvernement américain, et il est toujours dominé par les États-Unis aujourd’hui. Alors que les entreprises chinoises se sont impliquées dans la pose de câbles sous-marins, la géopolitique influence les décisions clés concernant le déploiement de câbles Internet à travers le Pacifique.

Aide et câbles

Les pays insulaires du Pacifique souhaitent améliorer leur connectivité. En réponse, les donateurs d’aide ont financé de nouveaux câbles.

L’Australie a financé le système de câble de la mer de corail pour la Papouasie-Nouvelle-Guinée et les Îles Salomon qui a été lancé en décembre 2019. La Nouvelle-Zélande a soutenu la composante Îles Cook du câble de Manatua, qui a atterri aux Îles Cook en septembre 2020.

L’Australie, les États-Unis et le Japon prévoient un deuxième câble pour Palau et l’Australie a fourni des fonds pour évaluer les options de tracé pour le premier câble du Timor Leste.

Des câbles Internet sous-marins relient les îles du Pacifique au monde.  Mais la tension géopolitique tire sur les fils

Câbles Internet sous-marins internationaux pour les pays insulaires du Pacifique. Crédit : Dr Amanda HA Watson et CartoGIS ANU, auteur fourni

Les entreprises chinoises exclues

La pose de câbles Internet sous-marins est devenue étroitement liée à la géopolitique.

Un récent appel d’offres pour le câble de la Micronésie orientale, qui devait être financé par la Banque mondiale et la Banque asiatique de développement, a suscité des avertissements des États-Unis aux États fédérés de Micronésie, Nauru et Kiribati au sujet des « menaces à la sécurité posées par la coupure d’une entreprise chinoise -offre de prix.” De telles préoccupations ont peut-être été à l’origine d’une décision de déclarer les trois offres invalides.

Depuis lors, Nauru aurait envisagé un itinéraire de câble qui se connecterait aux îles Salomon (permettant au trafic Internet de se diriger vers l’Australie à partir de là). Une autre possibilité est que les États-Unis interviennent pour financer un câble suivant le même itinéraire que celui initialement prévu.

Le gouvernement des Îles Salomon aurait organisé pour une entreprise chinoise la pose d’un câble entre les Îles Salomon et l’Australie, mais le gouvernement australien est intervenu pour financer le projet à la place. Cette décision “a exclu Huawei Marine”, qui avait été engagée par les Îles Salomon pour faire le travail.

Problèmes de sécurité

L’Australie et ses alliés s’inquiètent des risques potentiels associés à l’accès de la Chine aux câbles Internet ou au contrôle de ceux-ci. Ces inquiétudes se sont accrues depuis que la société chinoise Huawei a commencé à poser des câbles sous-marins.

Taïwan aurait exprimé une inquiétude similaire : « Taïwan a affirmé que la Chine soutenait les investissements privés dans les réseaux de câbles sous-marins du Pacifique comme moyen d’espionner les pays étrangers et de voler des données.

Des préoccupations similaires semblent être à l’origine de l’annulation de trois câbles prévus, soutenus par Facebook et Google entre autres, qui devaient relier Hong Kong. Ces plans ont changé après l’introduction des lois d’extradition de Hong Kong et d’autres changements dans son paysage politique.

Le plan de câble Hong Kong-Amériques a été retiré, une connexion prévue à Hong Kong pour le câble Pacific Light a été abandonnée et le Bay-to-Bay Express a également été abandonné.

Des câbles Internet sous-marins relient les îles du Pacifique au monde.  Mais la tension géopolitique tire sur les fils

Le câble débarque aux Îles Salomon. Crédit : Système de câble de la mer de corail

Sanctions américaines

Le ministère américain de la Justice a clairement exprimé ses inquiétudes : « Une connexion directe par câble entre les États-Unis et Hong Kong poserait un risque inacceptable pour la sécurité nationale et les intérêts des forces de l’ordre des États-Unis. »

Les États-Unis ont imposé des sanctions contre Huawei et d’autres entreprises chinoises. De son côté, Huawei a démenti à plusieurs reprises les accusations d’espionnage et de liens avec l’État chinois et a proposé de faire tester ses équipements.

En août de cette année, la société de télécommunications chinoise China Mobile s’est retirée de la propriété d’un câble qui doit relier les Philippines et les États-Unis. Des sanctions contre l’entreprise auraient empêché le projet de câble d’aller de l’avant.

La géopolitique n’est pas la seule préoccupation

Comme pour l’annonce récente des sous-marins et d’autres domaines de collaboration, l’Australie pourrait travailler avec des pays partenaires pour établir des propositions de connectivité stratégique. Idéalement, les plans de connexions Internet mettraient en priorité les besoins des pays bénéficiaires et de leurs citoyens. La planification d’une nouvelle infrastructure Internet tiendrait également compte des conséquences environnementales de la construction et de l’exploitation.

Cependant, dans le contexte actuel, les considérations géopolitiques semblent susceptibles de peser lourdement dans l’esprit des décideurs.

Les États-Unis dominent Internet et contrôlent le déploiement des câbles Internet dans le Pacifique et ailleurs.

Il reste à voir ce que cela signifiera pour les habitants des pays insulaires du Pacifique. Si les pays partenaires traditionnels consultent les dirigeants locaux sur ce qu’ils veulent, alors tout ira bien. Le temps peut révéler si l’accès à Internet dans la région du Pacifique est freiné par des tensions géopolitiques.


Un nouveau plan de câble de données sous-marin en Asie dévoilé par Google et Facebook


Fourni par La Conversation

Cet article est republié à partir de The Conversation sous une licence Creative Commons. Lire l’article original.La conversation

Citation: Des câbles Internet sous-marins relient les îles du Pacifique au monde, mais la tension géopolitique tire sur les fils (2021, 20 septembre) récupérés le 20 septembre 2021 sur https://techxplore.com/news/2021-09-undersea-internet-cables- îles-du-pacifique.html

Ce document est soumis au droit d’auteur. En dehors de toute utilisation équitable à des fins d’étude ou de recherche privée, aucune partie ne peut être reproduite sans l’autorisation écrite. Le contenu est fourni seulement pour information.