Comment vos ondes cérébrales pourraient être utilisées dans des procès criminels

Comment vos ondes cérébrales pourraient être utilisées dans des procès criminels

Crédit : Roman Zaiets/Shutterstock

L’Américain Kevin Strickland a été disculpé après avoir passé 42 ans en prison pour avoir été condamné à tort pour un triple meurtre en novembre 2021. Sa condamnation en 1978 était basée sur l’identification erronée d’un témoin oculaire. Le témoin oculaire a déclaré plus tard que la police avait fait pression sur elle pour qu’elle identifie Strickland et avait tenté de faire rétracter son témoignage, mais avait échoué. Elle est décédée en 2015.

Les forces de l’ordre du monde entier sont aux prises avec le manque de fiabilité de l’identification par les témoins oculaires et la rareté des indices physiques sur les scènes de crime. Il existe une multitude de preuves montrant que l’identification erronée par un témoin oculaire est un facteur contributif aux condamnations injustifiées. La police ne recueille des preuves matérielles que dans environ 15 % ou moins des scènes de crime. Cela rend les preuves non physiques telles que les témoignages oculaires extrêmement importantes.

Strickland et d’autres victimes d’identification erronée, dont Thomas Raynard James – disculpé en avril 2022 après avoir passé 32 ans en prison – auraient pu être sauvés de longues peines de prison grâce à une technologie innovante.

Développé par feu Peter Rosenfeld, professeur à l’Université Northwestern, le protocole d’essai complexe (CTP) est considéré comme une méthode fiable et solide pour analyser une onde cérébrale spécifique, connue sous le nom de P300. Cette technique relativement peu coûteuse et non invasive pourrait être utilisée pour déterminer si un témoin ou un suspect reconnaît des informations cruciales liées à un crime, connues uniquement de cette personne et des autorités.

Comment ça fonctionne

Nous avons tous été dans des situations où notre attention a été saisie en entendant notre nom mentionné dans un cadre social. Ce réflexe a été une caractéristique de la survie depuis le début de l’humanité pour nous permettre de détecter si un son ou une vue particulière était une menace. Cette réaction involontaire est l’une des principales théories qui sous-tendent ce phénomène.

Le P300 est une onde cérébrale électrique détectable en plaçant des électrodes sur le cuir chevelu d’une personne. Il apparaît sur un électroencéphalogramme (EEG) sous la forme d’une déviation positive ou négative (une courbe vers le bas ou vers le haut) environ 300 à 600 millisecondes après qu’une personne a reçu un stimulus nouveau et significatif. Cette réaction est considérée comme un indice fiable de reconnaissance de la mémoire. Cela peut montrer quand une personne reconnaît le nom d’un individu, le goût sucré du chocolat ou le son de la voix d’un artiste.

Comment vos ondes cérébrales pourraient être utilisées dans des procès criminels

L’apparence de base d’une onde P300 pour un sujet de test «innocent» (à gauche), par rapport à la façon dont elle apparaît chez un sujet «coupable» (à droite) qui reconnaît les informations de la sonde. Pz fait référence à l’emplacement de l’électrode – sur la ligne médiane hémisphérique du cortex pariétal. Crédit : Funicelli, et al, 2021, auteur fourni

Le CTP est une méthode particulière d’application d’un test d’information dissimulée, une technique déjà utilisée régulièrement dans les enquêtes médico-légales, comme dans les parades d’identité. La logique derrière cela est facile à comprendre. Un témoin ou un suspect se voit présenter une information cruciale (la « sonde »), mélangée à une série d’alternatives neutres (« non pertinentes »).

Dans ce test, les enquêteurs analysent l’activité cérébrale de la personne interrogée via des électrodes fixées sur son cuir chevelu. Ils utilisent ensuite un calcul statistique pour déterminer s’ils reconnaissent la sonde – le visage d’un attaquant ou d’une arme – par rapport aux non pertinents.

L’utiliser sur le terrain

Jusqu’à présent, le CTP a été principalement testé en laboratoire, généralement avec de jeunes adultes en bonne santé ayant fait des études universitaires dans des conditions contrôlées. Le CTP a fait l’objet de dizaines d’expériences dans quatre laboratoires indépendants couvrant au moins quatre pays jusqu’à présent. Les expériences ont utilisé différents scénarios tels que le vol simulé et le terrorisme simulé. Je prévois d’autres expériences sur le terrain pour comparer le succès du CTP avec les défilés de photos conventionnels et leurs réponses subjectives “Je suis sûr que c’est lui” des témoins oculaires.

D’autres méthodes similaires au CTP ont été utilisées en Inde, aux États-Unis et en Nouvelle-Zélande, dans le cadre d’un test d’information dissimulée. Des études plus indépendantes avec ces méthodologies sont nécessaires avant qu’elles ne deviennent courantes. Avec plus de recherches sur le CTP, j’espère que cette technique de détection de la mémoire pourra être recevable devant les tribunaux britanniques dans quelques années.

Effectuer le test sur un suspect ou un témoin oculaire avant l’entretien formel pourrait confirmer s’il reconnaît ou non une arme du crime ou le visage du délinquant. Les résultats du test seraient ensuite utilisés pour évaluer leur crédibilité, par exemple s’ils contredisent les résultats du test lors d’un entretien.

Il est impossible de savoir si l’identification par photo utilisant l’analyse des ondes cérébrales avec le CTP aurait évité les erreurs judiciaires mentionnées ci-dessus. Mais les résultats préliminaires de mes recherches en cours suggèrent que le CTP pourrait être un atout pour les forces de l’ordre, permettant aux enquêteurs d’extraire des preuves du cerveau des suspects et des témoins oculaires.

Le potentiel de cette technologie n’est pas sans embûches. Une menace majeure à son utilité est lorsque des informations pertinentes sont accidentellement publiées dans le domaine public. Par exemple, une personne accusée d’un crime sur la base de preuves issues d’une analyse des ondes cérébrales pourrait prétendre que le témoin a reconnu son visage dans la presse, faussant ainsi les résultats du test. Cela serait difficile à naviguer dans certaines situations, mais pourrait être atténué par les forces de l’ordre gardant leurs cartes plus près de leur poitrine.


Activité cérébrale qui révèle la connaissance du crime


Fourni par La Conversation

Cet article est republié de The Conversation sous une licence Creative Commons. Lire l’article d’origine.La conversation

Citation: Comment vos ondes cérébrales pourraient être utilisées dans les procès criminels (1er juillet 2022) récupéré le 1er juillet 2022 sur https://techxplore.com/news/2022-07-brainwaves-criminal-trials.html

Ce document est soumis au droit d’auteur. En dehors de toute utilisation loyale à des fins d’étude ou de recherche privée, aucune partie ne peut être reproduite sans l’autorisation écrite. Le contenu est fourni seulement pour information.