Comment les jeunes utilisent les signaux pour repérer la désinformation en ligne

par Chikezie E. Uzuegbunam, Dani Madrid-Morales, Dr. Emeka Umejei, Etse Sikanku, Gregory Gondwe, Herman Wasserman, Khulekani Ndlo, La conversation

Repérer les canulars: comment les jeunes en Afrique utilisent des indices pour repérer la désinformation en ligne

Différents pays africains doivent trouver des solutions locales pour lutter contre la désinformation ou la désinformation. Crédits: Shutterstock

Les informations inexactes sur les réseaux sociaux sont devenues un problème dans de nombreux pays du monde. Les chercheurs connaissent bien les «fausses nouvelles» dans le Nord global, mais beaucoup moins sur ce qui se passe dans le Sud global, en particulier en Afrique.

Dans les pays africains, la population d’utilisateurs d’Internet et des médias mobiles augmente rapidement. Ils ont les moyens de partager des informations rapidement et facilement. Mais ils peuvent aussi répandre la désinformation et la désinformation. Selon le Manuel de l’UNESCO pour l’enseignement et la formation au journalisme, la désinformation est une information qui est fausse, mais considérée comme vraie par la personne qui la partage. La désinformation est connue pour être fausse par la personne qui la partage.

Sans plus de recherche dans un contexte africain, il est difficile pour les universitaires et les décideurs politiques de trouver des solutions aux problèmes spécifiques de fausses informations rencontrés sur le continent.

Une étude récente a révélé que les utilisateurs des médias sociaux au Kenya, au Nigéria et en Afrique du Sud étaient plus susceptibles de partager de fausses informations en ligne que leurs homologues américains. Pour surmonter les problèmes associés à la désinformation et à la désinformation, il est essentiel de comprendre pourquoi les gens font cela. Des informations fausses et trompeuses sur la pandémie de COVID-19, par exemple, peuvent mettre la vie en danger. La désinformation politique met également en danger la démocratie sur le continent.

Sur la base de cette étude, notre équipe a récemment exploré pourquoi les jeunes utilisateurs de médias africains partagent des informations en ligne. Nous avons constaté que les utilisateurs passent un certain temps à se demander si l’information est vraie. Leur décision de le partager (même s’ils savent que c’est faux) dépend du sujet et du type de message. Nous avons également trouvé des différences entre les pays qui pourraient être importantes lorsque l’on réfléchit à la manière d’éviter la propagation de fausses informations.

Raisons du partage

Fin 2019 et début 2020, nous nous sommes entretenus avec des étudiants de six pays africains: le Kenya, le Nigéria, l’Afrique du Sud, le Ghana, la Zambie et le Zimbabwe. Au total, nous avons discuté avec 94 étudiants universitaires dans le cadre de groupes de discussion. Nous leur avons montré des canulars qui ont largement circulé sur les réseaux sociaux à l’époque. Deux de ces canulars étaient liés à la santé et un concernait la politique locale.

Dans les six pays, la motivation la plus courante pour partager des informations (erronées), y compris des informations relatives à la santé et des informations sur le terrorisme, la violence politique et les escroqueries, était principalement attribuée à un sentiment de devoir civique ou d’obligation morale. Dans ces cas, les étudiants se sont sentis obligés d’alerter leurs amis et leur famille «au cas où» l’information s’avérerait vraie. À leur avis, ne pas le faire pourrait nuire à leurs relations.

L’humour et l’utilisation de la parodie ont également influencé le partage d’informations politiques (erronées). Cela corrobore une étude antérieure sur les pays africains, mais diffère des études menées dans les pays développés où la position sociale et l’orientation politique sont des facteurs plus importants.

Les motivations politiques ont souvent été mises en avant comme une raison de partager des informations erronées ailleurs. Notre étude a révélé que ces motivations se jouent différemment d’un pays à l’autre.

Au Zimbabwe, par exemple, où la liberté de la presse est faible et où l’autoritarisme est toujours une réalité, le partage d’informations politiques (erronées) a été présenté comme un acte courageux. En Afrique du Sud et au Ghana, qui ont tous deux un secteur médiatique relativement dynamique et une démocratie imparfaite, les étudiants semblent être les moins motivés à partager des informations politiques.

La culture politique et le système médiatique d’un pays semblent être liés à la manière dont les utilisateurs interagissent avec de fausses informations politiques.

Indices pour repérer les fausses informations

Tous les utilisateurs de médias sociaux ne partagent pas de fausses informations. Certains utilisent des indices pour vérifier si ce qu’ils voient en ligne est fiable. Cela les aide à décider de partager ou non du contenu sur les réseaux sociaux.

Dans tous les pays de notre étude, à l’exception de la Zambie et du Zimbabwe, les étudiants ont utilisé des indices pour déterminer le contenu à partager. Mais parfois, ces signaux les ont amenés à partager des informations inexactes. Par exemple, une coche bleue à côté d’un nom d’utilisateur Twitter était considérée comme un signe que le compte avait été vérifié et que l’histoire était potentiellement vraie. Pour certains, cela a suffi à les convaincre de partager un post. D’autres enquêteraient davantage.

Parmi les autres indices mentionnés figuraient le nombre d’abonnés, le manque de likes, de commentaires, de retweets et d’autres mesures, le mauvais style d’écriture et l’utilisation d’une ponctuation excessive. Lorsque la mise en page d’un site Web avait l’air « hors de propos », lorsque le montage était médiocre ou lorsqu’ils n’avaient aucun souvenir de la même histoire publiée dans les médias d’information grand public, les étudiants hésiteraient à la partager.

La reconnaissance de ces signaux semblerait indiquer que certains étudiants universitaires sont assez doués pour les médias. Mais être capable de reconnaître une fausse histoire ne les a pas toujours dissuadés de la partager.

La possibilité de partager une histoire, même si elle était connue pour être inexacte, dépendait du sujet. Des histoires sur la santé et la nourriture ainsi que des messages ou des tweets sur les escroqueries, la sécurité et le terrorisme étaient souvent partagés pour «sensibiliser». Les étudiants kényans ont déclaré qu’ils partageraient des histoires sur les incidents liés au terrorisme. Et les participants nigérians ont déclaré qu’ils partageraient des informations sur les attaques xénophobes anti-africaines en Afrique du Sud par sens du devoir civique et « juste au cas où » cela pourrait être bénéfique pour le destinataire.

Peu d’étudiants ont dit qu’ils partageraient une histoire politique. La plupart des participants ne s’intéressaient pas à la politique, ce qui les rendait moins susceptibles de réagir au stimulus. Les étudiants qui se sont décrits comme politiquement conscients et engagés ont déclaré qu’ils partageraient le reportage parce qu’il correspondait à leurs opinions politiques ou parce que cela susciterait un débat.

Ce que nous recommandons

Une constatation importante a été que les jeunes consommateurs de médias dans les pays africains ont fait preuve d’une grande capacité d’action en se fondant sur des indices pour évaluer l’information. Leurs pratiques pourraient être considérées comme des compétences en éducation aux médias, par exemple la recherche de sources supplémentaires et la vérification des affirmations trouvées sur les médias sociaux.

Cela confirme la nécessité pour l’éducation aux médias de trouver sa place dans les programmes scolaires des pays africains. Il fournit des compétences de pensée critique pour repérer des informations trompeuses en ligne.

Mais l’éducation aux médias n’est pas la seule solution. Les utilisateurs plus âgés sont également susceptibles de recevoir et de partager de fausses informations, souvent sans en connaître les dangers. De nombreux étudiants de notre étude ont noté que, même s’ils ne partageraient pas le contenu, les membres plus âgés de la famille le feraient.

Les journalistes, les entreprises de médias sociaux et les gouvernements devraient faire leur part pour résoudre ce problème. Par exemple, les grandes entreprises technologiques doivent intensifier les tentatives de signalement des fausses informations, éduquer les gens et utiliser des algorithmes pour contrôler la désinformation. Ces efforts doivent viser différents groupes démographiques.

Différents pays africains devront encore trouver leurs propres solutions en raison des différences contextuelles.


Comment réduire la propagation des fausses nouvelles en ne faisant rien


Fourni par The Conversation

Cet article est republié à partir de The Conversation sous une licence Creative Commons. Lisez l’article original.La conversation

Citation: Repérer les canulars: Comment les jeunes utilisent des indices pour repérer la désinformation en ligne (2021, 26 mai) récupéré le 26 mai 2021 sur https://techxplore.com/news/2021-05-hoaxes-young-people-cues-misinformation.html

Ce document est soumis au droit d’auteur. En dehors de toute utilisation équitable à des fins d’étude ou de recherche privée, aucune partie ne peut être reproduite sans l’autorisation écrite. Le contenu est fourni seulement pour information.