Comment faire face à un bébé en reflux – partie 1

« Plus de la moitié des bébés souffrent de reflux gastro-oesophagien avant l’âge de 3 mois. Mais je ne le savais pas quand j’étais enceinte. Le reflux n’a jamais été mentionné dans les cours prénatals et aucun ami ne m’a jamais parlé de son bébé qui en était atteint. Il n’y avait aucune indication pendant ma grossesse, même si dès que je pouvais sentir Lexi bouger, elle avait le hoquet au moins deux fois par jour. Je sais maintenant que cela peut être un signe précoce qu’un bébé aura un reflux. Je veux partager l’histoire de Lexi pour sensibiliser les autres mères à la maladie et à ce qui peut être fait à ce sujet.

Semaine 1 : Les vomissements commencent

Lexi est née par césarienne le 7 juillet 2010, ne pesant que 6 lb 11 oz. C’était le plus beau jour de ma vie, elle était si petite et magnifique. Ce premier jour est le seul jour de sa vie jusqu’à présent où elle n’a pas été malade. Le deuxième jour, les vomissements ont commencé. C’était après chaque tétée et quand les tétées peuvent avoir lieu toutes les demi-heures, cela fait beaucoup de lait qui remonte. Nous sommes arrivés à la maison le deuxième jour et étions seuls. Lexi a continué à être malade après chaque tétée et entre les tétées. Nous passions au moins trois mousselines par tétée, trois à quatre tenues par jour et six à sept bavoirs. Il y avait des appels téléphoniques aux visiteurs de santé, aux sages-femmes et aux médecins généralistes tous les jours, mais ils ont tous abouti à la même réponse : “C’est juste un bébé malade” et “Elle va s’en sortir”, car elle prenait du poids.

Semaine 2 : Diagnostic

Au bout de deux semaines, nous en avions assez et nous avons été référés à l’hôpital local où nous avons été gardés pendant 24 heures. Le médecin a vu le problème de première main lorsque Lexi a vomi partout devant lui. Finalement, nous avons reçu un diagnostic de reflux gastro-oesophagien et Lexi s’est vu prescrire trois médicaments différents. Chacun devait être pris à un moment différent – un trois fois par jour, un quatre fois par jour et un à chaque repas, et tous étaient liquides. Comme j’allaitais, je ne pouvais pas les ajouter à son lait, alors j’ai vite découvert que la seule façon d’amener Lexi à les prendre était de mettre une tétine de biberon dans sa bouche et d’y injecter lentement les médicaments lorsqu’elle a commencé à téter.

Ce que Lexi a été prescrit

  • Nourrisson Gaviscon, pour apaiser l’irritation de l’œsophage par l’acide apporté par le vomi;
  • Ranitidine, pour réduire la production d’acide gastrique; et
  • Dompéridone, pour réduire les nausées et aider le lait à passer plus rapidement de l’estomac aux intestins.

Semaine 3 : Alerte posologique

La semaine suivante, Lexi a été hospitalisée pendant 48 heures car le reflux s’est soudainement aggravé. C’est alors que nous avons découvert que les doses de médicaments dépendent du poids, donc dès qu’un bébé prend du poids, les doses doivent être modifiées. L’hôpital a alors donné à Lexi les doses maximales pour son poids. Tous les quelques jours, nous étions en contact avec notre médecin généraliste ou notre visiteuse médicale pour augmenter ses doses à mesure qu’elle prenait du poids. C’est à ce stade que nous avons commencé à rechercher d’autres options pour nous aider.

Semaine 4 : soucis d’alimentation

À la fin du premier mois, Lexi allait définitivement un peu mieux, mais elle ne dormait pas bien à cause de la douleur qu’elle ressentait. Elle était vraiment difficile à apaiser, car elle savait que quand elle rotait, elle serait malade et cela ferait mal. Même si nous l’avons changée ou essuyé les malades, elle sentait toujours l’humidité. Je détestais avoir des visiteurs ou aller chez d’autres personnes, car la quantité de choses que nous devions emporter était folle – des cales, des mousselines à gogo et des serviettes pour me couvrir lorsque je mangeais. Je suis passé par une étape où je détestais la nourrir. Je n’en voyais pas l’intérêt parce que je savais qu’elle recommencerait. Je changeais constamment de vêtements à cause de tous les vomissements que faisait Lexi.

Semaine 5 : Faire des merveilles

Quand Lexi avait 5 semaines, une amie m’a parlé d’ostéopathie crânienne. Après quelques recherches, j’ai découvert que cela pouvait aider à traiter le reflux, donc après avoir contacté un ostéopathe local, nous avons eu un rendez-vous ce jour-là. Je ne peux pas en dire assez. Cela a fait des merveilles pour Lexi après la première session. Le traitement impliquait un massage doux du nerf vague à l’arrière du cou et le long de la colonne vertébrale jusqu’au sacrum pour encourager le corps à se mettre en action et à renforcer le muscle sphincter dans l’œsophage.

Après la première séance, Lexi dormait mieux et était plus détendue. Son corps a commencé un nettoyage (beaucoup de couches sales et un nez qui coule) pendant quelques jours et sa maladie s’est atténuée. Après le deuxième traitement, nous avons réduit sa médication et cela ne l’a pas affectée négativement, son reflux est resté le même, ce qui était bon signe. Après son troisième traitement, nous avons complètement arrêté les médicaments et Lexi était un bébé différent. J’ai progressivement développé ma confiance pour me nourrir en public et j’étais généralement plus heureuse de câliner Lexi car je savais que je ne serais pas couverte de vomi. Lexi a continué à recevoir des traitements chaque semaine jusqu’à l’âge de 12 semaines, puis nous avons arrêté, car elle allait tellement mieux.

Partie 2 : Le reflux de Lexi s’aggrave, ainsi que des conseils pour sevrer un bébé souffrant de reflux.

Lire la suite…