Cinq façons dont l’ère d’Internet a changé l’anglais britannique

Cinq façons dont l'ère d'Internet a changé l'anglais britannique - nouvelle recherche

Crédit : Irina Bg / Shutterstock

Les changements spectaculaires de la technologie au cours des 20 dernières années, d’Internet au smartphone et aux assistants numériques comme Alexa, ont rendu la communication plus accessible que jamais. Nous avons créé un monde en ligne où nous publions, partageons, commentons, exprimons des opinions et recherchons des informations ainsi que des relations. Ces changements ont également transformé le langage que nous utilisons.

Notre nouvelle étude basée sur le British National Corpus 2014 (BNC2014) – un échantillon de 100 millions de mots de la langue actuelle – nous montre à quel point la langue a changé à l’ère d’Internet. Ces données ont été mises en contraste avec l’original British National Corpus 1994 (BNC1994) – un ensemble de données comparables qui échantillonne l’anglais britannique du début des années 1990.

L’étude a utilisé une méthodologie appelée linguistique de corpus, qui analyse de grandes quantités de langage à l’aide de logiciels spécialisés. La méthode permet aux chercheurs de rechercher et de comparer la fréquence des mots dans différents textes et genres, révélant les modèles et les tendances de la langue au fil du temps. Le logiciel utilisé dans cette étude a été développé à l’Université de Lancaster et peut être téléchargé gratuitement avec les données.

Voici quelques-uns des changements les plus frappants :

1. Nous sommes devenus plus informels

Notre étude a révélé que dans l’ensemble, l’anglais britannique est devenu beaucoup plus informel. Cela est vrai non seulement dans les articles de blog et les médias sociaux, où l’on s’attendrait à l’informalité, mais dans tout l’éventail des genres, de la fiction aux journaux, en passant par les discours politiques et les écrits universitaires.

Prenons l’exemple ci-dessous, tiré d’un article universitaire récent, un genre traditionnellement perçu comme formel. Ce qui est nouveau dans la langue de ce texte, c’est la fréquence élevée de traits informels comme les contractions (n’est pas) et les pronoms à la deuxième et à la première personne. C’est quelque chose qui serait assez inhabituel avant la révolution Internet.

« Pour au moins selon une conception chrétienne populaire, quand vous croire quelque chose vraiment sur la base de la foi ce n’est pas à cause de n’importe quoi tu es naturellement compétent pour faire…Je soutiens dans cet article que il y a pas de tension profonde entre la connaissance basée sur la foi et l’épistémologie de la vertu. »

Cinq façons dont l'ère d'Internet a changé l'anglais britannique - nouvelle recherche

Les modaux sont en train de disparaître. Auteur fourni

2. Nous utilisons « M. et Mme. » moins souvent

Par rapport à il y a 20 ans, nous sommes désormais plus susceptibles de nous adresser aux personnes en utilisant leurs prénoms que par des formes d’adresses plus formelles. La fréquence d’utilisation de Monsieur et Madame a diminué respectivement de 30% et 56%. La diminution de l’utilisation de Mme a été en partie contrebalancée par l’augmentation de l’utilisation de Mme, mais la diminution globale de l’utilisation de toutes les formes formelles d’adresse combinées est de 33%.

3. « Langue »

Internet a transformé non seulement la façon dont nous utilisons le langage, mais aussi les mots eux-mêmes. Les termes, acronymes et orthographes suivants font partie d’un registre connu sous le nom de « elanguage »: Alexa, app, awesome, blog, congrats, email, fab, Facebook, fitbit, Im, Instagram, iPad, iPhone, Ive, Lol, omg, tbh, tweet, Twitter et site Web.

Chaque mot de cette liste a une histoire derrière lui. Prenez, par exemple, le mot « application », qui est quelque peu symbolique de la révolution technologique. Bien que les premières utilisations de ce terme datent du début des années 1990, il n’y a qu’une poignée d’exemples de ce mot utilisé dans les 100 millions de mots du BNC1994. Un exemple, tiré d’un magazine informatique :

« Pour exécuter votre application Windows moyenne, vous aurez besoin de 4 Mo de RAM, un disque dur de 100 Mo. »

Au début des années 1990, le terme utilisé pour désigner une application était un logiciel avec 9 356 exemples dans le BNC1994. De nos jours, les logiciels sont beaucoup moins utilisés avec une baisse de 49 % de l’utilisation. D’autre part, l’application a considérablement augmenté sa fréquence d’utilisation en elanguage (167 par million de mots) ainsi qu’en anglais britannique général (41 par million de mots).

Cinq façons dont l'ère d'Internet a changé l'anglais britannique - nouvelle recherche

4. Adieu aux modaux

L’utilisation de verbes modaux tels que must, may et shall a atteint de nouveaux creux. Must est maintenant utilisé un peu plus de 350 fois par million de mots, soit une baisse de 42 % au cours des 20 dernières années. Le mois de mai a marqué une baisse similaire (41 %) à celle du doit, tandis que doit changer encore plus radicalement, une baisse de 61 %.

Ces changements sont associés à l’évolution globale de l’anglais britannique vers l’informalité. Les phrases suivantes, toutes deux tirées de BNC1994, sonnent maintenant légèrement démodées et formelles :

« Bien sûr, nous ne resterons pas ici longtemps. »

« Puis-je retirer ma veste, s’il vous plaît ? »

La diminution des fréquences des modaux a commencé en anglais au début du 20e siècle, lorsque must et may apparaissaient bien plus de 1 000 fois par million de mots. Shall a toujours été le verbe avec la fréquence la plus faible (400 par million de mots au début du 20ème siècle et 64 par million de mots en anglais d’aujourd’hui). Le graphique ci-dessous montre une trajectoire claire de diminution des modaux de base en anglais. Si la tendance se poursuit au même rythme, ces modaux seront pratiquement hors d’usage d’ici 2050. Notez, cependant, que le changement de langue suit rarement un modèle linéaire simple de diminution.

5. Ponctuation

Le changement de langue est également démontré dans des caractéristiques linguistiques subtiles comme les signes de ponctuation. Ceux-ci indiquent la longueur de nos phrases, le message et le ton qu’elles véhiculent : déclarations, questions ou exclamations. Le tableau ci-dessous montre les cinq signes de ponctuation les plus populaires dans l’écriture anglaise et comment leur fréquence par million de mots a changé depuis le début des années 1990 jusqu’à nos jours.

Les signes de ponctuation les plus courants sont utilisés plus fréquemment aujourd’hui qu’ils ne l’étaient au début des années 90. Ceci est particulièrement visible dans le cas des points d’interrogation (augmentation de 64 %) et des points d’exclamation (augmentation de 103 %). Cela pourrait être un signe que le langage devient plus interactif et porte une charge plus émotionnelle. Il y a une légère diminution (5 %) de l’utilisation des points-virgules, qui sont généralement utilisés dans un style d’écriture plus formel.

L’étude du corpus offre un aperçu unique des changements apportés aux caractéristiques lexicales et grammaticales de l’anglais britannique au fil des ans, dont seuls quelques exemples ont été donnés dans cet article. Ceux-ci reflètent les changements dans la technologie ainsi que dans la société. Alors que la langue change constamment, l’accès sans précédent à une variété de formes de langage sur Internet, où l’on n’a pas besoin d’être un écrivain de fiction ou un journaliste pour atteindre des milliers ou des millions de lecteurs, a accéléré l’informalisation de la langue.


L’utilisation de gros mots a diminué de plus d’un quart au Royaume-Uni depuis les années 1990, selon une étude


Fourni par La Conversation

Cet article est republié à partir de The Conversation sous une licence Creative Commons. Lire l’article original.La conversation

Citation: Cinq façons dont l’ère d’Internet a changé l’anglais britannique (2021, 29 décembre) récupéré le 29 décembre 2021 à partir de https://techxplore.com/news/2021-12-ways-internet-era-british-english.html

Ce document est soumis au droit d’auteur. En dehors de toute utilisation équitable à des fins d’étude ou de recherche privée, aucune partie ne peut être reproduite sans l’autorisation écrite. Le contenu est fourni seulement pour information.